Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Violences scolaires : un collège de Drancy paralysé depuis dix jours

mercredi 13 février 2019 à 16:01 Par Nicolas Olivier, France Bleu Paris et France Bleu

Le collège Jorissen de Drancy (Seine-Saint-Denis) est à l'arrêt depuis le 4 février. Enseignants et parents se mobilisent pour tenter d'obtenir davantage de moyens humains afin d'encadrer les élèves, alors que les incidents se multiplient.

Une représentante des parents d'élèves distribue des tracts pour appeler les parents à garder leurs enfants à la maison.
Une représentante des parents d'élèves distribue des tracts pour appeler les parents à garder leurs enfants à la maison. © Radio France - Nicolas Olivier

Drancy, Seine-Saint-Denis, France

Une élève de quatrième qui met le feu aux cheveux d'une surveillante. Le grave incident du vendredi 1er février, heureusement sans conséquence pour la victime, a été "la goutte d'eau qui a fait déborder le vase" pour les enseignants du collège Jacques Jorissen de Drancy. Depuis, ils alternent jours de grève et accueil des rares élèves présents. Car les parents les soutiennent : ils ont décrété une opération "collège désert", et se relaient pour occuper l'établissement certains soirs. L'initiative a été prolongée jusqu'à vendredi 15 février.

"On a peur"

Classé REP (réseau d'éducation prioritaire) alors qu'il répondrait à tous les critères d'une requalification en REP+ (réseau d'éducation prioritaire renforcé), ce collège de 720 élèves est confronté à un fort absentéisme et surtout à une recrudescence des incidents ces deux dernières années. Une banalisation de la violence qui inquiète. "Il y a eu près de 25 conseils de discipline depuis le début de l'année scolaire, explique Zineb Haddad, l'une des représentantes des parents d'élèves. Certains élèves font de grosses bêtises, y'a des bagarres, même entre filles, des choses très graves. On a peur pour nos enfants."

Un manque d'encadrement criant

Les préadolescents, comme ces garçons de sixième, ne disent pas autre chose : "y'a un petit manque de sécurité, il n'y a pas assez de surveillants. On a tous peur, nos parents aussi". Pour Audrey Besrest qui enseigne l'histoire-géographie, le défaut d'encadrement est la principale explication à cette montée de la violence. "Comment notre établissement peut-il être un espace où ces transgressions sont permises ? Comme les élèves ont conscience que le cadre est fragile, ils s'engouffrent dans des brèches et outrepassent les limites".

D'après le corps enseignant, Jorissen n'est pas logé à la même enseigne que les autres collèges REP de Drancy. Il ne dispose que de 9 postes d'assistants d'éducation équivalents temps plein, soit un surveillant pour 80 élèves. Les profs disent avoir tout essayé en interne, ils attendent aujourd'hui des réponses fortes et immédiates de leur hiérarchie. A commencer par le recrutement d'un nouveau conseiller principal d'éducation pour compléter le mi-temps d'un stagiaire.

Un demi-poste de CPE attendu

"La seule chose qui pourra améliorer le climat scolaire, c'est d'apporter des moyens humains", estime Pauline Godbillot, professeur d'histoire-géographie et représentante du SNES. "On demande un troisième demi-poste de CPE, et pour l'année prochaine on veut que notre dotation horaire globale ne bouge pas, pour pouvoir fonctionner correctement ; par exemple pour que les élèves puissent continuer à travailler en demi groupe, ce qui ne serait plus possible ou très peu avec le volume d'heures qui nous est promis à la rentrée."

Enseignants et parents ont convenu de se rassembler ce jeudi 14 février à 15h devant la Direction académique de Bobigny. En l'absence de réponse favorable, la grève pourrait reprendre lundi prochain.