Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation DOSSIER : Les Bonnes Ondes

Yonne : des collégiens de Sens apprennent l'astronomie, en anglais

mardi 7 novembre 2017 à 5:01 Par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

Pour ces ateliers "sciences in schools", un professeur britannique de physique vient une matinée les aider à fabriquer un téléscope et à calculer eux-même l'âge de l'univers. Ces ateliers scientifiques coordonnés par le British Council un objectif : donner à l'anglais un côté pratique et ludique.

Miles Hudson, professeur de physique venu de Newcastle (Royaume-Uni) a proposé trois ateliers de physique autour de l'astronomie à ces élèves du collège des Champs Plaisants (Sens, Yonne)
Miles Hudson, professeur de physique venu de Newcastle (Royaume-Uni) a proposé trois ateliers de physique autour de l'astronomie à ces élèves du collège des Champs Plaisants (Sens, Yonne) © Radio France - Renaud Candelier

Dès les premières minutes, les élèves sont dans le vif du sujet. Ils apprennent à fabriquer eux-mêmes un petit téléscope avec deux lentilles en verre et une feuille de papier noir. "C'est un peu flou ?" interroge en Français Miles Hudson, professeur britannique de physique, venu de Newcastle pour assurer les ateliers. Mais à part quelques mots en Français, pour faire rire son auditoire, l'intégralité de la matinée se fait en anglais, y compris les calculs mathématiques.

Fabriquer un télescope ou calculer l'âge de l'univers, "in english", c'était le défi relevé par des élèves du collège des Champs Plaisants à Sens - Reportage de Renaud Candelier

Samuel, en quatrième, ose prendre la parole face à Miles Hudson qui lui demande si son image est floue : "no, it's not flou, enfin si. Et là elle est dans l'autre sens." Les mots ont du mal à venir reconnait le collégien. "quand tu l'as en face de toi, tu as la pression. J'ai du mal à trouver les mots. Mais sinon ça va, j'arrive à comprendre à peu près". Des petits Français un peu timides pour parler anglais, aors qu'il y a un truc tout simple explique Miles Hudson : "Comment dites-vous extraterrestrial en français ?Si vous voulez parler anglais mais que vous ne trouvez pas le bon mot alors vous devriez dire le mot français mais avec l'accent anglais."

Dans l'ensemble, les élèves semblent n'avoir aucun mal à suivre les trois heures de cours en anglais. Mais quand il s'agit de prendre la parole, c'est là qu'il y un blocage, très français, remarque Carole Hemard, chargée de projet au British Council : "dans les pays anglo-saxons on encourage beaucoup plus la pratique orale. C'est quelque chose qui est en train de se mettre en place en France mais qui prend un peu de temps, vraiment cette peur de l'erreur à l'oral."

Miles Hudson leur fait même faire des calculs assez poussés, sans prononcer un mot de Français - Radio France
Miles Hudson leur fait même faire des calculs assez poussés, sans prononcer un mot de Français © Radio France - Renaud Candelier
  - Aucun(e)
- creative commons - babsy