Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cinq listes aux élections régionales en Bretagne : c'est quoi cette histoire de 3e tour?

C'est inédit en Bretagne. Cinq listes au deuxième tour des élections régionales. Que se passera-t-il si aucune n'a de vraie majorité ? Que prévoit le code électoral dans la répartition des listes ?

Les cinq têtes de file aux deuxième tour aux élections régionales en Bretagne
Les cinq têtes de file aux deuxième tour aux élections régionales en Bretagne - Divers

Les 2,5 millions d'électeurs bretons ont le choix entre cinq listes aux régionales ce dimanche pour le second tour des élections régionales. Mais que se passera-t-il si aucune liste n'a une vraie majorité ? La liste arrivée en tête au second tour obtiendra automatiquement 25% des 83 sièges mis en jeu en Bretagne. Une fois attribuée cette prime à la première liste, le reste des sièges est distribué entre les listes qui ont obtenu au moins 5% des suffrages exprimés, y compris la liste arrivée en tête. Pour atteindre les 42 sièges nécessaires pour élire le président à la majorité le 2 juillet prochain, il faut atteindre au moins 33 %.

Un troisième tour ? 

Et c'est là que le président socialiste sortant Loïg Chesnais-Girard, arrivé en tête dimanche dernier avec 20,95% des voix, a pris un risque en s'alliant avec Daniel Cueff, qui a obtenu 6,52 %. Vu la faible participation dimanche dernier, tout reste ouvert, mais on peut aussi s'attendre à un troisième tour, après l'élection, c'est-à-dire un jeu d'alliance avant le 2 juillet, jour de l'élection du président ou de la présidente.

Lors du débat du 24 juin sur les France Bleu de Bretagne, Loïg Chesnais-Girard a fait savoir qu'il ne s'allierait pas avec les marcheurs emmenés par Thierry Burlot. Mais il n'a pas précisé si cela excluait les conseillers régionaux de la société civile de la liste de Thierry Burlot.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess