Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les carnets de campagne

Municipales 2020 : Ocana veut retrouver du lien social

-
Par , France Bleu RCFM

Dans le cadre de ses carnets de campagne des municipales 2020, RCFM vous emmène aujourd'hui à Ocana, dans la vallée du Prunelli. Le maire sortant ne se représente pas, deux candidats sont en lice pour lui succéder.

Deux candidats sont en lice à Ocana
Deux candidats sont en lice à Ocana © Radio France - Marion Galland

On raconte au village d'Ocana, que le château de l'Orese, dont il ne reste aujourd'hui que des ruines mais qui dominait la vallée, n’eut jamais qu’un seul seigneur. Ce seigneur eut une fin tragique puisqu’il fut jeté dans le ravin par son chevrier pour avoir outrepassé son droit de cuissage en courtisant la femme de ce dernier. 

Bien des siècles ont passé et s'il n'y a plus de seigneur, les Ocanais vont tout de même devoir se choisir un maire. Lors du précédent scrutin Jean-Luc D'ornano était seul en lice mais à l'issue de son premier mandat l'édile a décidé de ne pas se représenter. A quelques semaines du premier tour, deux candidats se sont portés volontaires pour briguer le poste.

Dès le mois d’octobre, Jules Remadi, cadre retraité du développement social et culturel au service des familles, revenu au village depuis quelques années, a annoncé sa candidature à la mairie. Il aura face à lui Jean-Jacques Muraccioli, 58 ans, employé d’une société de matériaux de construction. 

Le village d'Ocana
Le village d'Ocana © Radio France - Marion Galland

Au village, ce que l’on souhaite avant tout c’est retrouver de l’activité, du lien social. L’unique épicerie a fermé ses portes, et à l’exception du bureau de Poste et d’un bar, il n’y a plus de commerce. La plupart des actifs travaillent à Ajaccio et de nombreux jeunes ont d’ailleurs quitté le village pour s’y installer, notamment en raison du manque de terrains et du prix élevé du foncier. 

La commune a pourtant beaucoup gagné en attractivité ces trois dernières décennies, elle ne comptait même pas 300 habitants il y a trente ans, il y en a aujourd’hui 605.

Autre problématique, la commune se partage en deux zones, le village et la plaine. Cette dernière s’est beaucoup développée, a gagné de nombreux habitants, mais il y existe encore trop peu d’infrastructures. Les candidats veulent éviter que cette zone se transforme en cité dortoir et tous deux souhaitent harmoniser le village pour que personne ne se sente exclu. 

Les Ocanais restent cependant très attachés à leur village, qui dispose d’une école maternelle et d’une école primaire où 36 élèves sont scolarisés.

Les carnets de campagne à Ocana, le reportage

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu