Élections

Invasion ou délire : les candidats du canton d'Orange se divisent sur l'accueil des migrants

Par Aurélie Lagain, Daniel Morin et Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse mercredi 28 septembre 2016 à 4:28 Mis à jour le mercredi 28 septembre 2016 à 18:31

Les cinq candidats du canton d'Orange
Les cinq candidats du canton d'Orange © Radio France - Philippe Paupert

Invasion de migrants, risque d'afflux de terroristes ou hallucination : les cinq candidats à l'élection du canton d'Orange se sont affrontés mercredi soir sur l'accueil des migrants pendant l'émission "Rue de la République", l'émission politique et citoyenne de France Bleu Vaucluse.

Une motion sera soumise au vote des élus du conseil départemental vendredi pour refuser l'accueil de migrants en Vaucluse.

Lors de l'émission Rue De La République, les cinq candidats à l'élection dans le canton d'Orange se sont affrontés mercredi soir sur cet accueil polémique. Le débat était animé par Daniel Morin de France Bleu Vaucluse et Noëlle Réal de Vaucluse matin.

Réécoutez Rue de la République

Le candidat Les Républicains Olivier Surles assure qu'il n'est pas favorable à l'accueil des migrants : "J'y suis défavorable. Je n'aurais pas voté la mise à disposition d'un bâtiment du département par la préfecture de Vaucluse". Daniel Morin lui demande alors s'il soutiendrait une motion présentée par le Front National pour refuser l'arrivée de migrants, réponse du candidat Les Républicains : "Je m'abstiens".

"Qui peut nous prouver qu'il n'y a pas des terroristes dans l'afflux des migrants ?" Jean-François Mattei candidat Front national

Le candidat Ligue du Sud Yann Bompard dénonce une "substitution de population inouïe. Nous sommes contre l'arrivée de migrants en Vaucluse. Nous voterions en soutien de la motion du Front national".

Le candidat FN Jean-François Mattei s'oppose lui aussi à l'arrivée de migrants. Jean-François Mattei s'interroge : "Qui peut nous prouver qu'il n'y a pas des terroristes dans l'afflux des migrants ?" Pour le candidat frontiste du canton d'Orange, c'est "trop facile de dire que c'est l'État. C'est le président du département Maurice Chabert qui fait basculer le vote en faveur de l'accueil. On a qu'a mettre les migrants dans sa commune, à Gordes!"

A gauche, la candidate communiste Fabienne Haloui explique que "nous ne sommes pas confrontés à une invasion". "Pas pour l'instant" , l'interrompt le candidat FN Jean-François Mattei. "C'est une invasion" insiste le candidat Ligue du Sud.

Fabienne Haloui (PCF) rétorque que "ces gens de droite et d’extrême-droite sont dangereux. Vous serez jugés par l'Histoire pour avoir voté contre l'accueil des migrants. Nous avons une responsabilité d'accueil." Jean-François Mattei lui réplique alors : "Prenez-les chez vous"

"J'hallucine complètement ! On mégote en Vaucluse sur l'accueil de 200 migrants. Elle est où la dignité humaine ?" Serge Marolleau candidat écologiste

Le candidat écologiste Serge Marolleau s'indigne sur : "J'hallucine complètement ! On mégote en Vaucluse sur l'accueil de 200 migrants. Elle est où la dignité humaine ? C'est incroyable ! Si jamais la centrale de Tricastin pète et qu'on soit dans la contrainte de déplacer les habitants du Vaucluse, si un pays nous dit "on veut pas de vous chez nous", vous dites quoi ?"

Personne ne répond à Serge Marolleau (EELV). Il insiste "il faut arrêter de fantasmer sur le grand remplacement, c'est du délire total." Pour la Ligue Du Sud, Yann Bompard lui demande s'il sait que "l'État est en faillite. Est-ce que vous savez que le département est endetté? Est que vous savez que les français de souche vauclusiens vivent dans la misère ? Il faut s'occuper des nôtres. C'est les nôtres avant les autres !".

Élection départementale dans le canton d'Orange

Scrutin dimanche dans le canton d'Orange car l'élection départementale de 2015 a été annulée cet été par la justice. Cinq binômes sont en lices pour le premier tour de scrutin :

  • Pour la Ligue du Sud : Yann Bompard et Marie-Thérèse Galmard (sortants)
  • Pour le Front National : Brigitte Vigne et Jean-François Mattéi
  • Pour Europe Ecologie Les Verts - Alliance écologiste : Serge Marolleau et Brigitte Romero
  • Pour la gauche : Fabienne Haloui (PCF) et Jean Gatel
  • Pour Les Républicains : Yannick Cuer et Olivier Surles