Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La collectivité européenne d'Alsace

Départementales : 181 binômes candidats pour la Collectivité européenne d'Alsace

Les élections départementales auront lieu les 20 et 27 juin. Pour la première fois, les Alsaciens éliront 80 conseillers d'Alsace. La Collectivité européenne d'Alsace, née de la fusion du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, compte 40 cantons. 35 détenus par la droite (LR, UDI), 5 par la gauche (PS, DVG).

L'hôtel du département à Strasbourg.
L'hôtel du département à Strasbourg. © Maxppp - Alexandre Marchi

Ils sont 181 binômes candidats à tenter de décrocher un siège de conseiller d'Alsace. Vous avez la liste complète des candidats sur le site de la préfecture du Haut-Rhin et tout en bas de cet article.

Sans surprise ce sont les cantons des zones urbaines Mulhouse et Strasbourg qui sont les plus disputés avec parfois jusqu'à 8 binômes candidats. La droite est sans surprise présente partout en Alsace. Le PS vise une fois de plus Strasbourg. Les écologistes ont multiplié les candidats pour tenter de transformer l'essai des élections municipales. Le Rassemblement National est également présent dans plusieurs cantons alsaciens. Le parti régionaliste Unserland sera présent dans 21 cantons.

L'actuel président de la Collectivité européenne d'Alsace, Frédéric Bierry (LR) est candidat dans le canton de Mutzig. La ministre déléguée à l'insertion, Brigitte Klinkert, repart en duo avec le maire de Colmar, Eric Straumann (LR) dans le canton de Colmar 2. Le député du Modem Bruno Fuchs se lance avec Fatima Jenn à Mulhouse 2.

Les enjeux 

C'est une première, avec la création le 1er janvier 2021 de la Collectivité européenne d'Alsace, née de la fusion des conseils départementaux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, les électeurs alsaciens sont appelés à élire 80 conseillers d'Alsace dans 40 cantons (17 dans le Haut-Rhin, 23 dans le Bas-Rhin).  

Outre les compétences classiques des départements (l'action sociale, la gestion des collèges, l'action culturelle et sportive), la Collectivité européenne d'Alsace a récupéré des compétences particulières, notamment le bilinguisme et les routes (la gestion de l'A35).

Sur le plan politique, l'Alsace ne devrait pas déroger à sa tradition de vote à droite aux élections départementales. Selon Philippe Breton, de l'observatoire de la vie politique en Alsace, le vrai enjeu résidera dans le duel entre la droite menée par Les Républicains et le Rassemblement national. "La droite classique représentée par LR et les divers droite est très bien implantée. L'inconnue c'est le score du RN. Parce qu'en 2015, ce parti avait fait 30% des voix sans avoir aucun élu. Cela peut entraîner des frustrations dans l'électorat. On va voir si le RN réussit à passer la barre et à avoir des élus" explique Philippe Breton.

Les résultats de 2015

En 2015, la droite avait largement remporté les élections dans les deux départements alsaciens. Dans le Bas-Rhin, sur 23 cantons, 19 sont détenus par la droite (LR, ex-UMP et UDI), 4 cantons strasbourgeois sont détenus par le Parti socialiste. Dans le Haut-Rhin, un seul des 17 cantons est revenu à la gauche (DVG), celui de Wittenheim, les 16 autres sont à droite. 

La liste de tous les binômes candidats 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess