Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Elections départementales : les communistes perdent le Val-de-Marne après 45 ans de règne

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

C'est l'évènement marquant de ce second tour des élections départementales 2021 en Ile-de-France. Le Val-de-Marne, dernier département communiste de France, a basculé à droite à l'issue du deuxième tour de ces élections.

 Olivier Capitanio, chef de file de la droite dans le Val-de-Marne et maire de Maisons Alfort Auteur
Olivier Capitanio, chef de file de la droite dans le Val-de-Marne et maire de Maisons Alfort Auteur © Maxppp - Gérald Morruzzi

Il n'y a plus de département communiste en France. Le Val-de-Marne a basculé à droite dimanche 27 juin 2021. Ce département francilien était le dernier département communiste de l'hexagone. 

Au premier tour dimanche dernier, la droite estimait être en "ballottage favorable". Au premier tour, elle était arrivée en tête dans 14 cantons. Malgré tout, les scores étaient serrés et les communistes espéraient bien conserver la main et garder le dernier département qu'ils géraient en France. Ils ont échoué. 

Les communistes détenaient ce département depuis 45 ans

Il y avait de la déception et de la tristesse ce dimanche soir du côté du président sortant Christian Favier qui s'exprime dans un communiqué. 

"Dans un _contexte d’abstention exceptionnelle_, le rassemblement des forces de gauche n’est pas parvenu à dégager une majorité malgré la dynamique citoyenne engagée dès janvier autour de la démarche participative Val-de-Marne en Commun" analyse-t-il, tout en félicitant son adversaire, le chef de file de la droite Olivier Capitanio.

Il dit s'inquiéter  de voir la droite à la tête de la Région Ile-de-France , de plusieurs départements franciliens et de nombreuses villes. 

"Je sais, ajoute-t-il, qu’une opposition résolue se dressera contre toutes les remises en cause des politiques sociales et écologiques construites avec les Val-de-Marnais au cours des dernières décennies. Je tiens à remercier les dizaines de milliers de Val-de-Marnais qui ont accordé leur confiance à nos candidates et candidats. Je les remercie également pour la confiance qu’ils m’ont accordée au cours de ces vingt dernières années"

Un événement historique pour la droite du Val-de-Marne

Olivier Capitanio, le maire LR de Maisons-Alfort depuis 2017 et chef de file du rassemblement LR, UDI et Libres! le mouvement de Valérie Pécresse, estime qu'il vit "un moment historique à l'échelle du Val-de-Marne mais probablement au-delà". 

"Cette victoire exprime la volonté de changement que nous avions ressentie ces dernières années", ajoute-t-il.

Avant l'élection départementale il avait expliqué vouloir redynamiser un département "essoufflé", selon lui, par 45 ans de gestion communiste.  "On n'entend jamais parler du Val-de-Marne, c'est un département qui a été aux abonnés absents" sous gestion communiste, indiquait-il.   

"_On est un département qui dit toujours non_, on est toujours contre tout. On ne fait aucun partenariat, rien. Tout nous passe sous le nez".  Face aux communistes, il dénonçait l'"effritement d'un parti qui ne sait plus répondre aux aspirations des gens qui historiquement lui font confiance".  

"Le PC s'est toujours présenté comme un bouclier social. Mais après 50 ans de communisme, on s'aperçoit que le Val-de-Marne est un des départements d'Île-de-France avec le plus haut taux de pauvreté", disait-il.

Olivier Capitanio, 53 ans, est pressenti pour être le premier président non communiste de ce département depuis 1976.

L'élection s'est jouée dans cinq cantons clés

A Champigny-sur-Marne, ville de Georges Marchais dirigée par le PCF depuis 1950 et déjà conquise par la droite aux municipales de 2020, la gauche était en difficulté au premier tour. Cela s'est confirmé au deuxième tour et le président du PCF Christian Favier perd son fief. Les deux cantons basculent à droite. Champigny 1 avec 52,47 % pour Michel Duvaudier (Libres) face à Christian Favier (PCF) et Champigny 2 avec 52,04% pour Jean-Pierre Barnaud (UDI) face à Alain Audhéon (Dvg).

A Choisy-le-Roi, passée à droite aux municipales de 2020,  gauche et droite étaient au coude-à-coude dimanche dernier. Le canton est finalement gagné par la droite qui recueille  55,94% des voix.

A l'Haÿ-les-Roses, le score était très serré au premier tour avec la gauche en tête. Retournement de situation au deuxième tour avec  l'union de la droite qui  obtient 51,92% des voix. 

A Orly, la gauche a réussi à se maintenir. Elle était devancée par la droite au premier tour. Elle a renversé la vapeur et a finalement  remporté le second tour avec 51,22% des voix contre 48,78% à la droite.  

Valérie Pécresse salue la victoire de la droite dans le Val-de-Marne

Valérie Pécresse donnée gagnante aux régionales en Ile-de-France a salué cette victoire et félicité les vainqueurs sur Twitter dimanche soir.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Tous les résultats canton par canton en Ile-de-France

Les résultats seront publiés dès qu'ils seront validés par le ministère de l'Intérieur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess