Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Élections

Élections européennes : la galère des panneaux pour les maires alsaciens

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Trente-quatre listes ont été déposées en France pour les élections européennes. Cela signifie aussi 34 emplacements à trouver pour chaque bureau de vote. Le tout en respectant un timing serré. Bref, pour les maires ruraux du Bas-Rhin, c'est un casse-tête.

Hugues Petit, le maire de Bernardvillé, n'avait que dix panneaux métalliques.
Hugues Petit, le maire de Bernardvillé, n'avait que dix panneaux métalliques. © Radio France - Marie Roussel

Bas-Rhin, France

Finalement 34 listes ont été validées en France pour les élections européennes, c'est un record. La petite dernière "l'Union pour une Europe au service des peuples" s'est ajoutée in extremis vendredi 10 mai, après avis du Conseil d'Etat. 

Trente-quatre listes, cela signifie aussi 34 emplacements à trouver, pour chaque bureau de vote. Sachant que le calendrier est très serré, puisque les municipalité avaient jusqu'au lundi 13 mai pour être prêtes. "On a jamais eu autant de listes !" s'exclame Hugues Petit, maire de Bernardvillé depuis 2001. Lui qui ne possède que dix panneaux électoraux métalliques, il a dû faire appel à une entreprise locale pour compléter. "On a pris du bois simple, pas cher, du sapin qui ne tient pas longtemps mais comme c'est pour quelques jours."

Manque de panneaux, et manque de place, aussi. La préfecture du Bas-Rhin a envoyé un courrier aux municipalités pour rappeler les règles, et rappeler notamment que les affichages recto-verso n'étaient pas autorisées. Etant donné que les affiches doivent restées autour d'un périmètre bien précis, le maire Hugues Petit a réquisitionné les façades de riverains (avec leur accord, bien sûr). "On va y avoir 100 mètres de panneaux sur la rue principale, ça va être bien vivant ! C'est pour cela qu'on espère quand même qu'ils seront utilisés. On serait content," avance Hugues Petit. 

C'est le branle-bas de combat dans toutes les communes ! " - Jacques Cornec, président des maires ruraux du Bas-Rhin. 

Il est certain, en effet, que certains emplacements vont rester vides dans les petites communes. "Certains petits partis n'auront pas l'envergure financière pour pouvoir faire imprimer tous les tracts, et surtout les apposer sur les panneaux.", détaille le maire de Bourgheim et président des maires ruraux du Bas-Rhin, Jacques Cornec.

La seule récompense à la hauteur de tous ces efforts, pour ces deux maires du Bas-Rhin, ce serait une forte participation aux européennes.