Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Élections DOSSIER : Les élections européennes 2019

Élections européennes : les associations de la Somme craignent une baisse du fonds d'aide aux plus démunis

-
Par , France Bleu Picardie

Dimanche, nous voterons pour élire les nouveaux députés européens. On va voir toute la semaine sur France Bleu Picardie comment l'Union européenne intervient près de chez nous. Aujourd'hui, on s'intéresse au FEAD, le Fonds européen d'aide aux plus démunis.

Guy Magret,  secrétaire général du secours populaire de la Somme, devant la banderole pour le maintien des aides européennes
Guy Magret, secrétaire général du secours populaire de la Somme, devant la banderole pour le maintien des aides européennes © Radio France - Axelle Labbé

Somme, France

L'Europe, ce sont aussi des aides pour les précaires, grâce au FEAD, le Fonds européen d'aide aux plus démunis. Une enveloppe énorme : 3,8 milliards d'euros pour la période 2014-2020. Un mécanisme de solidarité destiné à lutter contre la pauvreté. En France, le FEAD remplit 30 à 40% des rayons de quatre associations : La Banque Alimentaire, le Secours populaire, la Croix Rouge et les Restaurants du cœur. Les Etats membres le renégocient en ce moment pour fixer le prochain budget, sur la période 20201-2027. Les associations craignent que le montant des dotations ne baisse. Ce serait dramatique pour les bénévoles picards. 

L'Europe fournit des denrées non périssables : farine, huile, lentilles ou thon par exemple, auxquels les associations ajoutent des produits frais :  viande, des légumes ou des yaourts collectés en grande surface. Si les aides baissent, il faudra donc trouver d'autre solutions.  Guy Magret, le secrétaire général du Secours populaire de la Somme, y a déjà réfléchit : "il va falloir qu'on se retrousse les manches pour aller chercher d'autres sources, et on sera obligé de réduire les proportions pour chaque famille. On ne va pas fermer, ce serait impensable".  L'association a enregistré une hausse de plus de 10% du nombre de bénéficiaires l'année dernière, avec 21 000 personnes inscrites et 259 tonnes de nourriture distribuée.

Quelques éléments ont déjà fuité des négociations : le FEAD serait fusionné avec le FSE, le Fonds social européen. Une catastrophe pour Christian Becuwe, président de la Banque alimentaire de la Somme, qui a distribué 1800 tonnes de nourriture l'an dernier aux associations, dont près de 30% fournies par l'Europe : "ce fonds social européen ne serait pas consacré qu'à l'alimentation, il intégrerait aussi le logement, la culture, etc. Et avec un montant qui que ne serait que de 2 milliards d'euros, au lieu de 3,8 milliards actuellement". 

Le secours populaire d'Amiens a carrément accroché une banderole sur ses locaux de la place Vogel "Oui au maintien de l'aide alimentaire européenne". Guy Magret lance un appel : "je demande à tous nos politiques, toutes les personne qui vont se présenter aux élections européennes d'avoir ce souri là dans la tête. Et on est prêt à les rencontrer, à leur expliquer à quoi sert cette aide alimentaire et comment ça se passe sur le tas". Il n'a pour l'instant reçu aucune visite des candidats.

La banderole accrochée sur le local du Secours populaire, rue Vogel à Amiens - Radio France
La banderole accrochée sur le local du Secours populaire, rue Vogel à Amiens © Radio France - Axelle Labbé

Le FEAD est-il menacé?

Européennes : les têtes de liste en France. - Visactu
Européennes : les têtes de liste en France. © Visactu