Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Municipales à Annonay : les temps forts du grand débat France Bleu

- Mis à jour le
Par

Ce lundi 2 mars, les principaux candidats aux municipales à Annonay ont confronté leurs propositions pour la dynamisation du centre-ville, la sécurité et les déplacements dans la plus grande ville de l'Ardèche. Un débat France Bleu-Le Dauphiné Libéré.

Les candidats participants au débat des municipales pour Annonay Les candidats participants au débat des municipales pour Annonay
Les candidats participants au débat des municipales pour Annonay © Radio France - Jean-Christophe Rampal

Participaient à ce débat : Simon Plénet, Marc-Antoine Quenette, Patrice Frappat (qui représente la liste emmenée par Denis Neime) et Jérôme Dozance. En application de la règle de l'équité, le cinquième candidat, Christophe Marchisio de Lutte ouvrière, n'était pas présent.

Publicité
Logo France Bleu

Quel positionnement politique pour chacun ?

Simon Plenet est président de l'agglo, adjoint au maire sortant. Olivier Dussopt a cédé son fauteuil à Antoinette Scherer qui se représente mais ne souhaite plus être maire. Est-il socialiste ou macron-compatible, lui qui a le soutien affiché d'Olivier Dussopt, désormais secrétaire d'Etat à la fonction publique ? "Olivier Dussopt est un ami, c'est son soutien personnel, pas celui du gouvernement ou d'En Marche. Je suis socialiste. Il n'y a pas le logo du PS car seuls cinq membres de la liste adhèrent au PS. Nous défendons des valeurs de gauche."

Simon Plénet, candidat à la mairie d'Annonay pour la majorité sortante. © Radio France - Jean-Christophe Rampal

Patrice Frappat -qui participe à ce débat en remplacement de Denis Neime- est 7e sur la liste menée par Denis Neime et soutenue par EELV, le PCF et la France insoumise. Lui affirme appartenir à "la seule liste véritablement de gauche".

Jérôme Dozance mène une liste qui se veut citoyenne mais cet Annonéen de 51 ans, patron d'une agence de communication, a été adhérent à LREM. En 2016, "j'ai aimé cet appel à la société civile. J'avais beaucoup d'espoir dans cette volonté de faire de la politique autrement, de sortir des clivages". Il s'en est éloigné depuis mais dit avoir conservé cette envie de faire de la politique autrement au niveau local.

Marc-Antoine Quenette assume-t-il son appartenance à LR ? Le conseiller municipal d'opposition, également chef de file de l'opposition de droite au département, le dit : "je suis adhérent des Républicains. Je viens de la droite sociale. Je n'ai pas demandé l'investiture du parti car je mène une liste de rassemblement. Ce qui compte, ce n'est pas l'étiquette mais le programme."

loading

Quelle stratégie pour redynamiser le centre-ville ?

Pour Marc-Antoine Quenette, il y a eu des erreurs stratégiques pour relancer le commerce de centre-ville. Il aurait fallu travailler sur "les dents creuses". Les 600.000 euros investis sur la rue Franki Kramer, ce n'était pas la priorité. Au contraire pour Simon Plenet puisque cette réhabilitation a permis de créer six cellules déjà réservées par des artisans d'art. Simon Plenet veut développer en ville les pôles d'attractivité pour créer des flux et doper le commerce.

"200 logements déjà réhabilités"

Jérôme Dozance veut lui un office du commerce avec un manager de centre-ville plus efficace, "chargé d'aller chercher les enseignes". Pour Patrice Frappat, cette problématique du commerce de centre-ville n'est pas propre à Annonay. La priorité est de permettre aux habitants de mieux vivre dans le centre-ville, voire de "donner envie de venir y habiter" en détruisant les immeubles et en aérant le coeur de ville. "200 logements ont déjà été réhabilités" souligne Simon Plenet. La restructuration du centre ancien n'est pas assez efficace rétorque Marc-Antoine Quenette pour qui il faut une "accélération de la décision publique"

Jérôme Dozance, candidat à la mairie d'Annonay lors du débat du premier tour dans les locaux de France Bleu Drôme Ardèche. Il conduit la liste Annonay dynamique nouvelle. © Radio France - Jean-Christophe Rampal

Quant à la réhabilitation des anciennes tanneries du quartier de la Cance, s'il y a des nuances, tous les candidats l'évoquent dans leurs programmes. Ils se rejoignent sur le projet d'y installer le conservatoire et la Smac, la scène des musiques actuelles.

loading

Comment améliorer la sécurité à Annonay ?

Simon Plenet défend le bilan de l'équipe sortante. "Nous avons installé une cinquantaine de caméras. Il faut en rajouter. Même si ce n'est pas une solution unique. Nous voulons renforcer les effectifs de la police municipale et plus de médiateurs de proximité". Pour Patrice Frappat et la liste EELV-PCF-FI, "la vidéosurveillance qu'on appelle maintenant vidéoprotection, c'est non. Il faut tisser des liens et travailler sur l'intégration."

"Des habitants doivent s'éclairer au téléphone portable pour rentrer chez eux le soir"

"La sécurité n'a pas été au centre de votre mandat" attaque Marc-Antoine Quenette qui émet des doutes sur le fonctionnement effectif de ces caméras. Lui veut améliorer l'éclairage : "certains habitants des quartiers de La Croze et de Lapras doivent s'éclairer au téléphone portable pour rentrer chez eux". L'élu de droite veut également lancer le dispositif voisins vigilants et le programme pour les jeunes délinquants "tu casses, tu répares".

Marc-Antoine Quenette (LR) candidat à la mairie d'Annonay, lors du débat du premier tour dans les locaux de France Bleu Drôme Ardèche. © Radio France - Jean-Christophe Rampal

Pour Jérôme Dozance, il faudrait élargir les plages de la police municipale de 7h à 23h et aussi permettre aux gendarmes de s'installer en centre-ville. Pourquoi pas dans l'ancienne caserne de pompiers ? Impossible expliquent en choeur Simon Plenet et Marc-Antoine Quenette car il faut 1,5 hectare pour la nouvelle gendarmerie qui doit inclure les bureaux et les 50 logements des familles des militaires. 

loading

Comment faciliter les déplacements en ville ?

Grosse passe d'armes entre le socialiste Simon Plenet et le LR Marc-Antoine Quenette à propos du projet d'un deuxième ascenseur urbain. "Oui nous voulons un deuxième ascenseur entre le Champ de Mars et l'avenue de l'Europe" dit Simon Plenet. "C'est 4 millions d'euros" s'agace Marc-Antoine Quenette. "Faux procès que de dire qu'il coûte cher, le reste à charge pour la municipalité ne sera que de 600.000 euros" pour Simon Plenet. "Oui mais la subvention régionale d'1,3 million serait mieux utilisée ailleurs, pour des équipements sportifs par exemple !" répond Marc-Antoine Quenette.

Patrice Frappat soutient cette idée d'un deuxième ascenseur dont il revendique la paternité. "C'est cohérent pour passer d'un niveau à l'autre". Plus important pour lui, il souhaite "la gratuité des bus pour ceux qui ont des difficultés de mobilité, jeunes, personnes âgées et demandeurs d'emploi". Jérôme Dozance de son côté met l'accent sur son projet d'une navette autonome, un minibus sans chauffeur, pour desservir des lieux stratégiques comme l'hôpital et la gare routière. 

Patrice Frappat, membre de la liste d'Annonay à gauche, lors du débat pour le premier tour dans les locaux de France Bleu Drôme Ardèche. © Radio France - Jean-Christophe Rampal
loading

Pour conclure, une question à chacun: quel maire serez-vous si vous êtes élu ? "à l'écoute et disponible" a souligné Simon Plenet. "Efficace dès le premier mois" de son mandat pour Marc-Antoine Quenette. Jérôme Dozance veut être "proche des Annonéens". Patrice Frappat qui est lui colistier estime que son équipe si elle était élue ferait "attention aux plus faibles".

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu