Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Élections

REPLAY - Quatrième débat des municipales France Bleu Isère / Le Dauphiné Libéré à Saint-Martin-d'Hères

La tournée des municipales de France Bleu Isère se poursuit ce mercredi 12 février Saint-Martin-d'Hères, la deuxième ville du département. Ce débat, en partenariat avec Le Dauphiné Libéré, a réuni les quatre candidats, entre 18h et 19h, et en direct depuis la salle René-Proby.

De gauche à droite : Gafsi, Queiros, Charlot et Oudjaoudi
De gauche à droite : Gafsi, Queiros, Charlot et Oudjaoudi © Radio France - Benjamin Bourgine

Gros plan sur les municipales à Saint-Martin-d'Hères à l'occasion du quatrième débat France Bleu Isère / Le Dauphiné Libéré mercredi soir entre 18h et 19h. Le quatre candidats seront réunis pour débattre durant une heure en direct depuis la salle René-Proby. Philippe Charlot, Mohamed Gafsi et Georges Oudjaoudi sont les trois challengers de David Queiros, le maire sortant. Ils font tous trois partie de son opposition municipale et veulent mettre fin à 75 ans de communisme de domination du PCF.

Réécoutez le débat France Bleu Isère / Le Dauphiné Libéré à Saint-Martin-d'Hères

Débat mené par Véronique Pueyo (France Bleu Isère) et Ganaële Melis (Le Dauphiné Libéré). Durée : 53 minutes.

Le débat des municipales à Saint-Martin-d'Hères.

Les participants, par ordre alphabétique

David Queiros, maire communiste sortant. - Radio France
David Queiros, maire communiste sortant. © Radio France - Benjamin Bourgine

Les thèmes du débat

Le dossier Neyrpic

  • Philippe Charlot : "Le parti communiste a été incapable de créer un centre-ville. La seule solution a été de faire un centre privé. J’irai discuter avec le promoteur pour voir comment organiser la chose. Saint-Martin-d'Hères doit aussi devenir un modèle dans la transition écologique et non un centre géré par le secteur privé."
  • Mohamed Gafsi : "Il faut retrouver la raison. Le projet Neyrpic a été mené en dépit du bon sens. Cela va changer le visage de la commune. C'est le promoteur qui a la main. Il a mit 26 millions d'euros sur la table. A terme, c'est 180 millions pour lui et 50 millions pour les commerçants. Cela répond aux besoins des habitants avec un pôle de loisirs. Mais il faudra avoir une vraie réflexion en consultant les habitants."
  • Georges Oudjaoudi : "Les jeunes que je croise dise que c’est un projet ringard, digne de années Pompidou. Il y a la privatisation de 5 hectares. Nous voulons bâtir un cœur de ville. Ça me désole. Nous ne voulons pas être le porte voix de grandes fortune et de grands groupe. Cet espace ne doit pas être privé."
  • David Queiros : "J’ai veillé à l’amélioration du projet depuis 6 ans. Cela offre des perspectives de développement avec des espaces de convivialité, des commerces, des loisirs. Les entreprises veulent s’y installer, donc cela apportera des créations d’emplois. De plus, j'ai proposé la création d'un complexe cinéma de 12 salles. J’irai jusqu’au bout de ce projet si je suis réélu."
Georges Oudjaoudi. - Radio France
Georges Oudjaoudi. © Radio France - Benjamin Bourgine

La politique de l’urbanisme menée à Saint-Martin-d'Hères

  • Philippe Charlot : "On construit mal. On a des opérations trop denses, un manque de vert, de végétation. La priorité pour moi, c’est d’améliorer le parc existant grâce à des opérations de réhabilitation. On a besoin de retrouver une urbanisation a visage humain. Les gens ont besoin de respirer et d'éviter les ilôts de chaleur. Certaines parties de la ville sont très mal desservies par les transport en commun et je pense que la ville n'a pas joué le jeu à fond avec le SMTC."
  • Mohamed Gafsi : "La bétonisation doit s’arrêter. On doit s’occuper des 43% de logements sociaux. Mais le problème, c'est que l'on rénove mal. Les habitants du Champberton ne sont pas contents. Certains habitants n’arrivent plus a fermer la porte de leurs toilettes. Il faut construire mieux et surtout pour les habitants."
  • Georges Oudjaoudi : "Il y a trop de logement. La question, c’est la densité. On ne s’est pas posé la question de la ville de demain. Déjà nous allons implanter 500 arbres dans les espaces publics et 300 arbres dans les espaces privés. La ville a deux besoins. Recoudre, respirer à nouveau et avoir des mobilités opérantes. C’est tout cet ensemble que nous pensons que Saint-Martin-d'Hères a besoin."
  • David Queiros : "Je souhaite construire des éco-quartiers. La question de la rénovation et de la transition écologique est au cœur de nos actions. Par exemple, les habitants de la place Karl Marx nous disent qu’ils allument moins le chauffage maintenant depuis la rénovation. Cela veut dire que nous avons bien travaillé."

La sécurité

  • Philippe Charlot : "Très clairement, les habitants nous disent qu’ils voient plus souvent la police nationale mais pas la police municipale. Nous voulons doubler les effectifs de la police municipale. C’est-à-dire une vingtaine d’agents supplémentaires. Pour renforcer la sécurité, il faut aussi qu’il y ait du travail en commun avec la police nationale. Je veux que la police municipale soit équipée avec des armes a feu. La sécurité est un besoin essentiel des habitants."
  • Mohamed Gafsi : "Notre commune a de nombreux atout. La réalité est qu’elle est surtout connue pour ses faits divers. Ici, c’est plus de 20.000 crimes par an. On est dans le top 90 des villes les moins sûres de France. Il n’y a aucune politique de sécurité publique qui est efficace. La police municipale sera formée et armée parce que cela est dissuasif. On continuera avec la mise en place de vidéo protection et on recrutera des agents de sécurité et de prévention pour renforcer les liens entre la mairie et les habitants. L’une de mes premières mesures sera de rencontrer le préfet et de lui demander de revoir l’action de l'Etat à Saint-Martin-d'Hères."
  • Georges Oudjaoudi : "La réalité, c’est de posséder un outil pédagogique et éducatif qui propose un panel pour accompagner nos jeunes. Les dealers existent, c’est vrai. La pègre pèse énormément sur la ville, même si c’est de mieux en mieux géré par la police. Il faut des agents de médiation pour convenir à plus de présence. Nous sommes persuadé que nous pouvons trouver des forces dans la commune. Il fut que la citoyenneté entière se mette au service de la sécurité."
  • David Queiros : "La sécurité, c’est l’affaire de tous. J’ai pu obtenir des effectifs supplémentaires de policiers nationaux. Mon équipe et moi sommes plutôt réservés sur l’armement des policiers nationaux. La présence policière est dissuasive vis-à-vis des délinquants et nous avons des résultats positifs. Je préfère attendre de voir l’Etat augmenter les effectifs de police. Je préfère embaucher des éducateurs sportifs, culturels plutôt que des policiers municipaux."
Philippe Charlot. - Radio France
Philippe Charlot. © Radio France - Benjamin Bourgine

La place des services publics

  • Philippe Charlot : "Il y a une tradition de services publics ici, mais je ne suis pas sûr que cela réponde aux besoins des habitants. Le premier point, c’est d’aller voir les gens. Le Centre Communal d'Action Sociale doit aller voir les gens qui ne perçoivent pas les aides auxquelles ils ont le droit. Parfois des gens n’ont pas eu de réponses de la mairie sur leurs problèmes rencontrés. On ne peut pas laisser les habitants dans le désarroi. Je ne suis pas là pour réduire le nombre d’agent municipaux car je souhaite conserver cette tradition."
  • Mohamed Gafsi : "C’est avant tout la citoyenneté et la jeunesse, en plus de répondre aux besoins réels des habitants. Je suis déçu d’avoir vu la MJC des Roseaux fermer sous le mandat de Monsieur Queiros. Nous ferons tout pour la rouvrir."
  • Georges Oudjaoudi : "Il faut partir sur le principe d’une reconquête citoyenne à Saint-Martin-d'Hères, des jeunes jusqu’aux aînés, pour construire un avenir durable. Accompagner également les initiatives citoyennes en offrant des dispositif matériels pour que les gens se croisent et créent des projets ensemble. Nous avons un dispositif qui n’est pas assez perméable. Nous voulons mettre en place un revenu communal supplétif pour que les gens puissent vivre décemment.
  • David Queiros : "J’en suis très fier. Ce qui a redouté le plus, c’est l’abandon de l’Etat. Je souhaite moderniser ce service public aux habitants avec le numérique. Le service public est en adaptation permanente. On est souvent victime, à Saint-Martin-d'Hères, de notre succès. Les cantines sont plus fréquentées. Et je veux aller encore plus loin en améliorant la qualité des repas et la taille des restaurants scolaires pour accueillir plus d'élèves."
Mohamed Gafsi. - Radio France
Mohamed Gafsi. © Radio France - Benjamin Bourgine

Le dernier mot des candidats

Philippe Charlot : - "Je veux dynamiser cette ville. Je suis fils d’ouvrier et je sais ce qu’est l’importance de l’éducation pour l'émancipation. On a besoin d’un périscolaire de qualité et d’avoir plus de mixité sociale."

Mohamed Gafsi : - "Je n’ai pas le même constat que Monsieur Queiros. Nous voulons que le maire soit plus proche des habitants. Un maire qui fait participer les habitants dans les décisions, grâce à des référendums."

Georges Oudjaoudi : - "Il est temps de changer et d’offrir une équipe plus innovante, plus dynamique et surtout qui puisse offrir une démocratie vivante aux habitants. Nous souhaitons une ville qui soit au cœur de la métropole de Grenoble, plus agréable, où il y a plus de liens entre les habitants. Et moins polluée parce que Saint-Martin-d'Hères est l'un des communes les plus polluée de l'agglomération."

David Queiros : - "J’ai tenu tout mes engagements et je compte bien continuer dans cette lancée. Pour la suite, il faut favoriser la création d’emplois et améliorer la place de Saint-Martin-d'Hères dans la métropole."

En partenariat avec

- - Aucun(e)
-
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu