Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jean-Christophe Angelini, le nouvel homme fort de Porto-Vecchio

-
Par , , France Bleu RCFM

Depuis sa première candidature en 2001, Jean-Christophe Angelini n’a jamais perdu de vue son objectif, devenir maire de la cité du sel. Retour sur le parcours du nouveau maire de Porto-Vecchio.

Jean-Christophe Angelini est le nouveau maire de Porto-Vecchio
Jean-Christophe Angelini est le nouveau maire de Porto-Vecchio © Radio France - Olivier Castel

Amateur de bandes dessinées, tombé dans la marmite de la politique dès son plus jeune âge, Jean-Christophe Angelini milite a Corsica Nazione jusqu’en 1993, et quitte le mouvement après l’assassinat de Robert Sozzi. Il rejoint alors l’UPC et fondera quelques années plus tard le PNC (2002), dont il deviendra le premier secrétaire général et militera pour l’arrêt de la violence clandestine.

La politique ancrée au corps

Mais bien avant cela, il fait ses premières armes au lycée de Porto-Vecchio puis à l’Université de Corse où il devient le leader de la CSC. Titulaire d’une maitrise de droit public, il sera, entre 1999 et 2001, directeur de cabinet du président de l’université de Corse, où il traitera entre autres des relations avec l’Assemblée de Corse. La politique est ancrée en lui. 

C’est à Porto-Vecchio qu’il réalise son premier coup d’éclat en s’invitant au second tour des municipales de 2001, imposant la première triangulaire à Camille de Rocca Serra et Denis de Rocca Serra, il n’a alors que 26 ans et, avec ses 16%, devient conseiller municipal. En 2011 il remporte la cantonale face, encore une fois, à Camille de Rocca Serra. 

Le virage de 2015

Trois ans plus tard sa nouvelle défaite aux municipales remet en cause sa légitimité, Jean-Christophe Angelini semble au bord du gouffre. Le sursaut viendra en 2015 avec la victoire des nationalistes aux élections territoriales. Dès lors il remporte touts les batailles dans lesquelles il s’engage, notamment les législatives, qui mettent un terme au mandat de député de Camille de Rocca Serra. L’espoir renaît alors pour le président de l’Agence du Développement Economique de la Corse.

Tirant les leçons de ses échecs aux précédentes municipales, il s’allie avec Michel Giraschi, conseiller territorial Corsica Libera, et séduit les acteurs économiques locaux, qu’il côtoie à l’ADEC. La démarche fonctionne, après 3 tentatives infructueuses, Jean-Christophe Angelini remporte la mairie de Porto-Vecchio. 

Il pourrait désormais avoir en ligne de mire la présidence de la Communauté de Communes du Sud Corse qui le placerait alors comme l’homme fort de l’extrême sud. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu