Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'organisation des élections régionales et départementales : un vrai casse-tête à Besançon

-
Par , France Bleu Besançon

L'organisation des élections régionales et départementales 2021 s'annonce complexe pour les municipalités qui doivent préparer un scrutin double, et tenir compte des contraintes liées à l'épidémie de coronavirus. A Besançon, qui compte 67 bureaux de vote, de nombreuses questions restent en suspens.

La ville de Besançon a dû acheter des urnes supplémentaires pour la double élection des 20 et 27 juin (photo d'illustration)
La ville de Besançon a dû acheter des urnes supplémentaires pour la double élection des 20 et 27 juin (photo d'illustration) © Radio France - Isabelle Gaudin

On connaît désormais la date des élections régionales et départementales : ce sera les 20 et 27 juin 2021.  Le gouvernement devrait préciser d’ici quelques jours quelles seront les contraintes sanitaires à respecter,  ce ne sera déjà pas simple à organiser, mais difficulté supplémentaire: comme le scrutin sera double, les municipalités sont forcées de voir plus grand et de mettre plus de moyens. Un vrai casse-tête, avec encore des incertitudes.

L'une des principales questions qui préoccupait les élus était de savoir s’il fallait dédoubler totalement les membres des 67 bureaux de vote ou s’il était possible de mutualiser certaines fonctions.  Le gouvernement a commencé à apporter des réponses: "Le premier soulagement, c'est qu'on peut mutualiser la fonction de président" explique Elise Aebischer, l’adjointe à la maire de Besançon chargée des relations avec les usagers, qui gère les élections," s'il avait fallu trouver deux fois 67 présidents, cela aurait été très compliqué". 

Même possibilité pour les secrétaires, mais la ville envisage quand même d'en affecter deux à chaque bureau de vote, pour mieux accueillir et aiguiller les électeurs qui risquent d'être perdus face à ces deux scrutins simultanés. Autre possibilité offerte par le gouvernement et à laquelle Besançon ne compte pas donner suite: celle d'élargir les horaires d'ouverture des bureaux de vote jusqu'à 20h. "Trop de contraintes pour une trop faible plus-value démocratique" estime la municipalité. 

Vers une indemnisation des assesseurs?

Reste l'épineuse question des assesseurs.  A Besançon, les présidents des bureaux sont en général des élus municipaux,  les secrétaires des agents de la ville. mais les assesseurs doivent être des citoyens volontaires et non rémunérés habituellement.  Il en faut environ 200 en temps normal, mais 400 cette fois pour ce double scrutin.  Avec les craintes liées au coronavirus, le recrutement s’annonce ardu. "On a à chaque fois des difficultés pour recruter 200 assesseurs", rappelle Elise Aebischer, "mais là, avec en plus le contexte du covid-19, les gens peuvent légitimement avoir peur. Il y a des villes comme Paris qui ont fait le choix d'indemniser les assesseurs, des étudiants, ce sont des questions qu'il faut se poser, tous les scenarii sont sur la table". Et on ne parle pas de la question de la vaccination des membres des bureaux de vote, pour laquelle la ville attend de savoir précisément ce qu'envisage le gouvernement.

Trois bureaux de vote, trop petits, vont devoir déménager

Sur le plan logistique, la ville de Besançon prépare ces élections depuis plusieurs mois. Elle a par exemple anticipé l'achat d'urnes supplémentaires, puisqu'il en faut deux fois plus que lors d'un scrutin classique. Mais la principale difficulté matérielle, c'est celle des locaux. Les 67 bureaux de vote ont été testés en condition réelles par les services municipaux pour vérifier qu'il y a suffisamment de place pour accueillir en parallèle les deux élections. Trois d'entre eux se sont avérés trop petits et vont devoir déménager: celui installé dans l'ancienne Ecole Jean Jaurès à St Ferjeux, le bureau de l'ancienne école de Trépillot rue Mallarmé, et l'un des deux bureaux de vote de l'ancienne école des Quatre Vents. Les électeurs concernés seront prévenus prochainement de la nouvelle adresse de leur bureau de vote. 

Car il faut deux tables d'émargement, deux présentoirs pour les bulletins de vote, deux urnes, tout en veillant à la mise en place de deux circuits pour que, entre la région et le département, rien ne se mélange. Mais là aussi, à un peu plus de deux mois du scrutin, de nombreuses incertitudes persistent. Cette organisation est donc encore appelée à évoluer, puisque la ville attend la parution des décrets qui fixeront les règles à respecter du point de vue sanitaire.

Des locaux loués à Micropolis pour les préparatifs logistiques

Une élection, c’est aussi tout un travail en amont de préparation des enveloppes, des bulletins, des isoloirs, de tout ce qui compose un bureau de vote. D’habitude, tout cela est fait dans des locaux municipaux mais là, la masse de matériel électoral est trop importante, la ville a dû se résigner à louer des locaux à Micropolis pour entreposer et préparer le matériel. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess