Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La mairie de Wattignies lance un appel pour recruter des assesseurs avant les élections régionales

-
Par , France Bleu Nord

Certaines mairies du Nord craignent d'être en difficulté pour l'organisation du scrutin des élections régionales et départementales des 20 et 27 juin prochain. Certains habitués ne se mobilisent pas dans le contexte de crise sanitaire. Certaines mairies lancent un appel à la population.

Deux scrutins, et donc deux fois plus de bureaux de vote nécessaires pour ces élections.
Deux scrutins, et donc deux fois plus de bureaux de vote nécessaires pour ces élections. © Radio France - Marc Ollivier

En dix ans de service à la mairie de Wattignies, Valérie Dona Ruiz, la directrice du service état civil et élections n'a jamais eu autant de difficultés à recruter les assesseurs. "On lance un appel à la population parce que cette année c'est vraiment la galère, en plus c'est une double élection donc il faut doubler les bureaux", explique-t-elle entre deux coups de téléphone. Dans cette commune qui comptera dix-huit bureaux de vote, les habitués ne sont pas revenus, malgré la vaccination et malgré le protocole sanitaire. "Ceux qui reviennent tous les ans sont des personnes plutôt âgées et n'ont pas voulu s'inscrire, je les comprends", constate Alain Butin, conseiller municipal délégué aux élections. 

Alors pour combler les effectifs, la mairie a décidé de lancer une campagne de communication et notamment de tracter sur les marchés. "On va à la rencontre des habitants, on les rassure, on leur dit que ce n'est pas forcément toute la journée, que ce n'est pas compliqué, qu'il n'est pas obligatoire d'être vacciné", précise Alain Butin. Malgré quelques nouvelles recrues, il manque encore une trentaine d'assesseurs à la ville pour être sereine dans son organisation. "Il nous faut 36 titulaires, en tirant bien on devrait les avoir, et quasiment autant de suppléantr pour faire tourner les effectifs, et pour assurer en cas de problème de dernière minute", ajoute Alain Butin. 

Mobilisation générale des élus

Pour assurer la bonne tenue de tous les bureaux, les élus des communes seront donc pleinement mobilisés. Si être assesseur est une obligation pour un élu municipal, certaines communes imposent un nombre d'heures minimum, comme à Cysoing. "Je leur impose au moins cinq heures, mais la plupart feront des journées entières de dix heures, souvent avec le dépouillement derrière", explique le maire Benjamin Dumortier, aussi porte-parole de l'association des petites villes de France dans le Nord. "On est obligé si on veut assurer notre mission correctement, car cette année c'est un challenge de trouver le nombre d'assesseurs nécessaires". L'éligibilité à la vaccination pour les assesseurs a par ailleurs motivé quelques nouvelles recrues dans sa commune, tout devrait donc bien se passer. 

En plus de la question des assesseurs, l'organisation logistique du scrutin pose aussi question. Le protocole sanitaire impose neuf mètres carré par personnes, trois électeurs maximum en même temps qui ne doivent en aucun cas se croiser. "On doit parfois délocaliser certains bureaux. La préfecture nous donne aussi la possibilité de mettre des bureaux de vote dehors, mais c'est trop compliqué", ajoute Benjamin Dumortier. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess