Élections

La présidentielle vue de l'hôpital de Denain

Par Rafaela Biry-Vicente, France Bleu Nord jeudi 20 avril 2017 à 8:53

Audrey, Fatna et Pascale, 3 aide soignantes et ASH de l'EHPAD Barbusse de l'hôpital de Denain
Audrey, Fatna et Pascale, 3 aide soignantes et ASH de l'EHPAD Barbusse de l'hôpital de Denain © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

Avant le premier tour de l'élection présidentielle, France Bleu Nord vous propose d'entendre la parole des citoyens. Leurs attentes, leurs espoirs, leurs colères... Nous sommes à l'hôpital de Denain dans l'un de ses EHPAD, la résidence Barbusse.

Fatna est aide soignante depuis 14 ans, elle a suivi de très près la campagne mais elle reste sur sa faim, car selon elle aucun candidat n'a vraiment parlé de la classe moyenne

Ce qui a été dit dans cette campagne ne nous regarde pas, c'était pas à nous qu'on parlait, la population du milieu, celle qui travaille et qui est toujours ponctionnée, mais jamais valorisée

Du coup, Fatna ne sait toujours pas pour qui elle va voter, elle est toujours dans "le flou", même chose pour Pascale Agent des Services Hospitaliers faisant fonction d'aide soignante. Pour la première fois de sa vie d'électrice elle va se décider au dernier moment, mais elle ira voter car "c'est un droit, on le garde", sourit la quinquagénaire.

"On fait de la maltraitance malgré nous, et ça fait mal"

Même si elles sont un peu désabusées, ces soignantes espèrent beaucoup du prochain président, d'abord qu'il remplace tous les départs à la retraite et qu'il embauche au lieu de supprimer des fonctionnaires comme le propose certains candidats, car aujourd'hui, les hôpitaux tournent en sous effectif au détriment du patient assure Pascale.

On en peut plus, on peut plus continuer comme ça, c'est comme si on était en usine, à la chaîne, ya pas de temps mort, pas de répit, tous les jours je suis révoltée, révoltée, car j'aimerais pas être soignée comme ça !

Et avec ces conditions de travail qui se dégradent les arrêts se multiplient, selon les soignantes 19 salariés sur 40 en arrêt en janvier par exemple à l'EHPAD, résultat, des coups de fil intempestifs pour remplacer les collègues sur les jours de repos assure Audrey, une jeune aide soignante. A 35 ans Audrey souffre déjà de problème de dos, comme ses collègues elle réclame donc plus de blouses blanches pour la santé des soignants et de leurs patients

  - Aucun(e)
-

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.