Élections DOSSIER : Les élections législatives 2017 avec France Bleu Alsace

Législatives : en Alsace, Les Républicains résistent à la vague macroniste

Par Aude Raso, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass dimanche 18 juin 2017 à 22:57

Éric Straumann, à Houssen en juin 2017 pour les élections législatives
Éric Straumann, à Houssen en juin 2017 pour les élections législatives © Maxppp -

Les Républicains et l'UDI remportent neuf circonscriptions en Alsace à l'issue du second tour des élections législatives. La République en marche en remporte six et est majoritaire dans le Bas-Rhin.

La vague macroniste avait largement touché l'Alsace au premier tour de l'élection législative. Elle a finalement été endiguée par les forces de droite qui ont traditionnellement l'habitude de dominer la vie politique alsacienne. À l'issue du second tour du dimanche 18 juin, Les Républicains et l'UDI envoient ainsi neuf députés à l'Assemblée nationale, cinq dans le Haut-Rhin et quatre dans le Bas-Rhin. La République en marche en envoie six, un seul du Haut-Rhin et cinq du Bas-Rhin.

LIRE AUSSI : Les résultats du second tour des élections législatives 2017 en Alsace

Sur France Bleu Alsace, Éric Straumann, patron des Républicains dans le Haut-Rhin, a salué ce "retournement de situation", qu'il perçoit comme "un retour à la normale". De nombreux députés du parti, en difficulté au premier tour, sont parvenus à renverser la vapeur au second. La remontée la plus spectaculaire est à mettre à l'actif de Raphaël Schellenberger, dans la 4e circonscription du Haut-Rhin : très largement distancé au premier tour par Aurélie Tacquard, de la République en marche (32,80% des voix contre 17,26%), il s'impose finalement avec 50,88% des suffrages exprimés.

"Nous avons fait une partie du chemin", a nuancé Bruno Studer. Élu pour la République en marche dans la 3e circonscription du Bas-Rhin, il a salué la performance des cinq autres nouveaux élus alsaciens du parti d'Emmanuel Macron. Les électeurs strasbourgeois envoient notamment trois députés LREM à l'Assemblée nationale. Conséquence : l'Alsace ne compte plus aucun député du Parti socialiste.