Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Michel Vergnier appelle les maires creusois à "ne pas rajouter de la difficulté à la difficulté"

-
Par , France Bleu Creuse

Des maires battus, toujours aux manettes, et des équipes élues qui attendent leur tour, la loi d'urgence a crée une situation inédite et pas forcément simple à gérer. Michel Vergnier est le président de l'association des maires creusois. Il demande aux maires sortants de faire preuve d'ouverture.

Michel Vergnier, président de l'association des maires creusois
Michel Vergnier, président de l'association des maires creusois © Radio France - Sophie Peretti

"Chacun doit faire preuve de patience et de sang froid" explique Michel Vergnier, le président de l'association des maires creusois. Confinement oblige, aux lendemains du 1er tour des élections municipales, les nouveaux conseils municipaux élus n'ont pas pu se réunir, et le mandat des sortants a été prolongé. "C'est la loi d'urgence qui a décidé de confier aux maires sortants, aux exécutifs sortants le soin de gérer leurs communes. Ils sont dans une situation qu'ils n'ont pas demandée. Ils exercent leur fonction parce qu'on leur a demandé de l'exercer". 

Il faut que les sortants associent ceux qui vont arriver après eux

"Je comprends que les exécutifs élus puissent se dire : on veut être associés. Mais la responsabilité qu'exercent aujourd'hui les sortants, elle est légitime puisqu'on le leur a confiée. Ils n'ont rien demandé ! C'est une situation inconfortable, croyez-moi, mais il faut faire face".  Michel Vergnier ne veut pas donner de leçons à ses confrères, mais il leur prodigue volontiers un conseil. "Il faut faire preuve d'ouverture, faire en sorte que les choses soient aplanies. Le moment est difficile, il ne faut pas rajouter de la difficulté à la difficulté".

Quid du second tour ?

30.000 conseils municipaux ont été élus dès le premier tour des élections municipales. Cela représente près de neuf communes sur dix en France. Ailleurs, il va falloir revoter. C'est le cas notamment à Guéret. "Je suis sur la ligne de Cité Unies, l'association qui regroupe les régions, les départements et les maires de France, explique Michel Vergnier. On pense qu'au mois de juin, ce ne sera pas possible de revoter. On suggère que ça se règle après l'été, en septembre ou en octobre. Et nous demandons que les résultats du 1er tour soient pris en compte. Il faut une loi pour cela. On verra ce que dirons le conseil d'état et le conseil constitutionnel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess