Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Cavaillon : prévention, patrouilles VTT... Les chiffres de la sécurité tronqués

-
Par , France Bleu Vaucluse

La délinquance est en baisse à Cavaillon mais les candidat.e.s aux élections municipales de mars 2020 ont débattu des brigades à VTT, de police de proximité, du manque de médiateur. La validité des chiffres de la préfecture a aussi été remise en cause.

Les 5 candidat.e.s aux municipales à Cavaillon dans le studio de France Bleu Vaucluse
Les 5 candidat.e.s aux municipales à Cavaillon dans le studio de France Bleu Vaucluse © Radio France - Philippe Paupert

Les cinq candidat.e.s aux municipales 2020 à Cavaillon débattaient ce mercredi de la sécurité dans le studio de France Bleu Vaucluse. Les chiffres de la préfecture annoncent que la délinquance a reculé de 10% en 2019 dans la ville. Ces chiffres sont contestés par Jean-Pierre Peyrard, ancien adjoint sans étiquette : "C'est simple de parler. Il faut voir la réalité dans un commissariat. Quand on vient déposer plainte, la police suggère de faire une main courante. Les Cavaillonnais souhaitent une présence policière plus importante. Il y a des problèmes dans les cités, mais la police devrait être plus présente en centre-ville de Cavaillon." 

La candidate du Rassemblement national souhaite "une présence policière adaptée. Je vois les policiers dans leur véhicule mais aux Ratacans, quartier tranquille, une brigade VTT serait plus adaptée pour la proximité. On peut discuter avec les riverains." La candidate RN pointe aussi les consignes données aux policiers : "La police municipale est tenue pour ne pas intervenir comme on voudrait : surveiller, faire des contrôles . Elle peut faire davantage." 

Le maire sortant Les Républicains Gérard Daudet lui rétorque : "Ce n'est pas le cas ! On a tendance a inverser le débat : c'est l'État qui doit le faire. Il y a des brigades de nuit, des brigades cynophiles ou à VTT. Cavaillon est une des villes les mieux équipées de France." 

Le candidat La République en Marche Benoît Mathieu confie qu'il a "un groupe de travail avec trois anciens militaires de la marine et de l'armée de l'air. Notre première proposition, sera de revoir le contrat local de sécurité. Il n'est pas normal que les voisins de la cité du Docteur Ayme nous disent qu'ils ferment leurs volets de 19h à 7h. Nous créerons une brigade en charge des petites incivilités du quotidien. Quand dans certains quartiers, on propose 200 euros à un jeune pour les dealers, il faut pouvoir proposer autre chose à ce jeune."

Le candidat issu du mouvement des gilets jaunes, Mongi Magri pour la liste "Cavaillon la citoyenne", soupire : "Les politiques, c'est toujours la même chose. Je ne me considère pas comme un politique. Ça doit commencer par la prévention. Avant d'arriver à la crise, il faut des médiateurs de rue pour dialoguer. Cavaillon manque de médiation et d'accompagnement des enfants livrés à eux-mêmes. Dans les quartiers, les petits qui rentrent du collège n'ont pas la possibilité de redescendre jouer. Ils ont le droit à la sécurité comme tous les Cavaillonnais, Il faut mettre les moyens là-dessus plutôt que sur des bâtiments vides"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu