Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales 2020 : en immersion à Vierzon

-
Par , France Bleu Berry

Avant les scrutins des 15 et 22 mars, France Bleu Berry donne la parole aux habitants de huit communes berrichonnes : Bourges, Châteauroux, Issoudun, Argenton-sur-Creuse, La Châtre, Saint-Amand-Montrond, Vierzon et Le Blanc. Ce jeudi, on a voulu voir Vierzon.

La mairie de Vierzon, occupée de 2014 à 2020 par Nicolas Sansu (PCF)
La mairie de Vierzon, occupée de 2014 à 2020 par Nicolas Sansu (PCF) © Radio France - Lisa Guyenne

Écoutez le reportage de France Bleu Berry avec les Vierzonnais

À Vierzon, la rue principale du centre-ville, c'est l'avenue de la République. "Dans le temps, on appelait ça la rue Neuve", se souvient Marie-Claude. 77 ans aujourd'hui, mais 17 ans à l'époque. "Quand j'étais jeune, avec mon amoureux, on se baladait ici. Il y avait plein plein de monde, tous les magasins étaient ouverts, on nous prenait en photo dans la rue... C'était pas du tout pareil." 

"Tous les ans, des magasins ferment"

Mais depuis les jeunes années de Marie-Claude, le paysage a bien changé. De nombreux magasins sont vides, fermés. Certains vont bénéficier du dispositif "Action coeur de ville", une aide de l'État pour lutter contre la désertification des centre-villes. "Mais ça ne fait pas longtemps que ça existe", tempère Wilfried. Il est en train de passer un coup de peinture sur la façade de l'un de ces commerces abandonnés. "Tous les ans, il y en a qui ferment. Je le vois, j'ai 35 ans, ça fait 35 ans que je connais Vierzon. Globalement, Vierzon se meurt."

Un magasin fermé qui va bénéficier du dispositif Action coeur de ville, Vierzon - Radio France
Un magasin fermé qui va bénéficier du dispositif Action coeur de ville, Vierzon © Radio France - Lisa Guyenne

"C'est devenu une ville-dortoir"

Il y a les commerces, il y a aussi les bistrots. On en comptait 150 en 1950 ; aujourd'hui, il n'y en a plus qu'une vingtaine. Nous poussons la porte de l'un d'eux, en haut de l'avenue de la République. Derrière le comptoir, Cécile nous indique les habitués : "Là, vous avez ceux qui habitent à Vierzon depuis un certain temps." On tend le micro à Mohamed, Vierzonnais depuis plus de trente ans. "Vierzon, ce n'est plus ce que c'était. Fut un temps, c'était une belle ville, vivante. Il y avait de l'activité, des usines. Tout ce qu'il fallait. Depuis, les usines ont fermé, les jeunes sont partis... Ça se dégrade de plus en plus. Ça devient maintenant une ville-dortoir", déplore-t-il. 

"J'ai 26 ans, il n'y a aucune évolution depuis que je suis née"

Les jeunes, il y en a encore à Vierzon (heureusement), mais ils ne sont pas forcément très optimistes. Anne-Sophie est cadre dans une entreprise locale : "Moi je suis née ici, j'ai grandi ici, j'habite ici. J'ai 26 ans et je trouve qu'il n'y a eu aucune évolution depuis. Il n'y a pas vraiment d'attractivité. En-dehors du festival du canal, l'été, ça ne bouge pas.

Anne-Sophie aimerait qu'il y ait "plus de choses à faire le week-end. Le dimanche, ici, on se demande : qu'est-ce qu'on va faire ? Il n'y a rien ! Ça manque." Alors les gens de son âge finissent par ne plus aimer Vierzon, et par quitter Vierzon. Son amie Elodie, conseillère bancaire, estime que si la ville était plus attractive, davantage de jeunes resteraient y vivre. "Il y avait énormément de jeunes, on a fait toute notre scolarité ici... Il faut juste pouvoir intéresser les gens et les pousser à rester."

Les Nouvelles Galeries, à Vierzon, ont fermé début 2020 - Radio France
Les Nouvelles Galeries, à Vierzon, ont fermé début 2020 © Radio France - Lisa Guyenne

"D'extérieur, c'est une ville triste. Moi, je dis que ça bouge"

"C'est une ville où d'apparence, il ne se passe rien, mais en fait il se passe beaucoup de choses", affirme Sylvie, franc-comtoise d'origine. Son ami Patrick approuve : "D'extérieur, les gens disent que c'est une ville triste. Moi, je dis que ça bouge ! Ils vont refaire le chemin de hâlage, il y a le théâtre du Mac-Nab, le cinéma... Ils vont retaper le site de la Française, l'ancien site emblématique du centre-ville, qui va accueillir notamment la nouvelle auberge de jeunesse.

Des actions qui ne se voient pas forcément, à en croire les autres habitants que nous avons rencontrés. Philosophe, Sylvie conclut : "En fait, à Vierzon, c'est caché. Dans le Berry, les gens se cachent. C'est bien connu !"

Qui sont les candidats ?

Cette année, quatre candidats sont en lice pour la mairie de Vierzon.

  • Nicolas Sansu, maire actuel (PCF). Élu en 2014, il conduit la liste d'union des gauches (écologistes, socialistes, communistes, insoumis) "Vierzon notre passion commune".
  • Mary-Claude Grison, conseillère municipale d'opposition, à la tête de la liste divers droite "Vierzon 2020". Elle est soutenue, notamment, parla députée MoDem du Cher Nadia Essayan, qui avait terminé 2ème aux dernières municipales.
  • Christophe Doré, candidat sans étiquette. Gendarme de profession, ancien commandant de la brigade de Vierzon, il mène la liste sans étiquette intitulée aussi "Vierzon 2020".
  • Régis Robin (Lutte Ouvrière), mène une liste "Faire entendre le camp des travailleurs", qui veut se démarquer du groupe de gauche mené par Nicolas Sansu.
  • Bruno Bourdin devait au départ déposer une liste pour le Rassemblement national, mais il a finalement abandonné la course. 
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu