Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales 2020 : la débrouille dans les petites communes de la Manche pour financer sa campagne

-
Par , France Bleu Cotentin

Comment financer sa campagne électorale quand on est dans une petite commune ? Elle bat son plein dans la Manche : tractage, affichage, réunion publique, déplacements..Tout ça a un coût. Et les remboursements dépendent de la taille de la commune.

Dans les villes de moins de 9000 habitants, il n'y a que les frais de propagande (bulletins de vote, professions de foi, affiches sur les panneaux électoraux) qui sont pris en charge
Dans les villes de moins de 9000 habitants, il n'y a que les frais de propagande (bulletins de vote, professions de foi, affiches sur les panneaux électoraux) qui sont pris en charge © Maxppp - PHOTOPQR/L'ALSACE PHOTOPQR/L'ALSACE

Financer sa campagne peut être un vrai casse tête dans les petits communes. Dans les villages de moins de 1000 habitants, il n'y a pas de remboursement public prévu pour les candidats. Et dans les villes de moins de 9000 habitants, il n'y a pas de remboursement de frais de campagne, il n'y a que les frais de propagande (bulletins de vote, professions de foi, affiches sur les panneaux électoraux) qui sont pris en charge, à condition que la liste ait obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés.

Objectif : limiter les coûts

L'objectif pour beaucoup est donc de limiter les frais. Alors c'est le système de la débrouille qui prime. Pour l'essentiel, ce sont les deniers personnels de la tête de liste qui sont engagés, complétés parfois par la générosité des colistiers, ou des dons anonymes. Des budgets de 2000 euros, 4000 euros... alors il faut beaucoup d'"huile de coudes" , du porte à porte, une présence sur les marchés, du tractage dans les boites aux lettres. Mais ça n'empêche : il faut quand même compter le coût de l'impression. " La profession du foi tiendra sur 2 pages et non 4. " dit un candidat. 

Permanence, professions de foi  à chacun ses priorités

Le maître-mot c'est "économie". Chaque dépense est regardée de près, avec des postes prioritaires : une permanence par exemple, " un lien direct indispensable", dit une tête de liste dans le sud Manche,  "des professions de foi de qualité" dit une autre qui a fait appel à un graphiste professionnel.

Quant aux réunions publiques, beaucoup profitent des salles communales, mises à disposition gracieusement à chaque liste  et pour ces élections 2020, la campagne se passe aussi sur les réseaux sociaux. Page Facebook, vidéos, blog, il n'est pas question dans les petites communes de passer par des agences pro, mais réalisés en interne, c'est efficace et surtout...c'est gratuit.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu