Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Larressore : la commune où il fait bon vivre

-
Par , , France Bleu Pays Basque

Après 36 ans de mandat, le maire sortant Jean-Michel Lamerens prend sa retraite. Deux de ses adjoints ont monté chacun de leur côté une liste dans ce village de 2 100 habitants où il fait encore bon vivre si l'on en croit les Larresoroars.

Avec 39% d'habitants en plus en 10 ans, la croissance de Larressore est la 2ème plus importante du Pays Basque
Avec 39% d'habitants en plus en 10 ans, la croissance de Larressore est la 2ème plus importante du Pays Basque © Radio France - Nathalie Bagdassarian & Oihana Larzabal

Larressore aura un nouveau maire en mars prochain : Jean-Michel Lamerens a décidé de céder sa place après 36 ans de mandat.

Entre Cambo et Ustaritz, avec vue sur l'Ursuya d'un côté et la Rhune de l'autre, Larressore commence doucement  à être gagné par l'afflux de population : 600 habitants supplémentaires en dix ans. 

"C'est calme, on est bien ici" avoue Bernadette
"C'est calme, on est bien ici" avoue Bernadette © Radio France - Nathalie Bagdassarian

Le bourg reste paisible . Sur la place, en face de la mairie et tout près de l'église,  le bar-restaurant "Aldaburua" est devenu un véritable centre de vie. A côté, une petite épicerie est ouverte, tenue par Peio Etchart et son père : "il y a tout ici, il faudrait peut-être en plus une pharmacie pour les personnes âgées". 

Non loin de l'épicerie, il y a le fronton avec la boulangerie, la coiffeuse et le célèbre atelier de Makhila Ainciart-Bergara inscrit à l'Inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France. Le patrimoine est préservé mais Babi Irazabal sait que son village natal va changer, " la commune ne peut pas rester comme ça". Georgina, elle, aimerait laisser sa voiture au garage. Elle préfère prendre le bus mais elle trouve que les horaires ne sont pas adaptés pour rejoindre le BAB.

"Pour aller le matin à Bayonne en bus pour un rendez-vous à 9h30, je dois partir à 7h30"

Il y a cinq ans, on arrivait à Bayonne en 15 minutes, aujourd'hui on met trois quarts d'heure !"

Problèmes de transport

Les deux écoles du village, une publique et une privée, comptent plus de 200 enfants. Les parents qui travaillent sur le BAB sont nombreux. Les bouchons augmentent de mois en mois. Il l faut facilement 30 à 40 minutes pour rejoindre Bayonne le matin. Sylvie aimerait que la garderie ouvre plus tôt.

Au bord de la départementale, en bas du village, l'aire de covoiturage est utilisée. Les habitants réclament également davantage de bus pour aller sur le BAB
Au bord de la départementale, en bas du village, l'aire de covoiturage est utilisée. Les habitants réclament également davantage de bus pour aller sur le BAB © Radio France - Nathalie Bagdassarian

98% des habitants de Larressore utilisent leur voiture pour se rendre au travail, selon les chiffres de l'INSEE (2016). Le parking de covoiturage installé à l'entrée de village affiche complet presque tous les jours de la semaine. Le balisage d'un chemin jusqu'à la gare ferroviaire d'Halsou est dans les cartons, pour inciter les habitants à s'y rendre à pied ou à vélo pour ensuite monter dans le train.

Le nouveau quartier d'Herri Ondo compte 150 logements, près de l'ancien séminaire. Prochainement, à l'entrée du bourg, 80 nouveaux logements devraient voir le jour
Le nouveau quartier d'Herri Ondo compte 150 logements, près de l'ancien séminaire. Prochainement, à l'entrée du bourg, 80 nouveaux logements devraient voir le jour © Radio France - Oihana Larzabal

Il reste encore une dizaine d'agriculteurs

Larressore, qui s'étend sur 10 km² en pleine zone AOP du piment d'Espelette, a réussi à stabiliser le nombre d'agriculteurs. On compte 28 exploitations sur la commune mais une dizaine seulement de plein exercice. "On ne peut plus vivre de l'agriculture, maintenant il faut avoir un travail à côté" regrette Léon 83 ans de la ferme Prehosta dans le quartier Basseboure. 

" L' agriculture, c'est fini à Basseboure" regrette Léon âgé de 83 ans.
" L' agriculture, c'est fini à Basseboure" regrette Léon âgé de 83 ans. © Radio France - Nathalie Bagdassarian

" Ce serait bien que la garderie ouvre à 7h pour éviter les bouchons jusqu'à Bayonne"-Sylvie

Deux adjoints au maire actuel se présentent l'un contre l'autre à Larressore :

  • Laurence Samanos, "Ensemble vers l'avenir"
  • Philippe Goyetche, "Larressore demain"

Nous avons sollicité les deux candidats pour participer à un débat. Laurence Samanos a refusé notre invitation.

Réécoutez l'interview de Philippe Goyetche, tête de liste "Larresoro Bihar / Larressore Demain"

Philippe Goyetche, actuel 1er adjoint, est candidat à la succession de Jean-Michel Lamerens
Philippe Goyetche, actuel 1er adjoint, est candidat à la succession de Jean-Michel Lamerens © Radio France - Oihana Larzabal
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu