Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Municipales 2020 : le nombre de femmes élues maires recule en Moselle

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

En 2014, un peu plus de 9% des maires de Moselle étaient des femmes. Suite aux élections municipales de 2020, ce chiffre devrait redescendre en dessous des 7%, en attendant l'installation définitive des nouveaux conseils municipaux le mois prochain.

A peine une cinquantaine de femmes élues ou réélues maires en Moselle, contre 68 en 2014
A peine une cinquantaine de femmes élues ou réélues maires en Moselle, contre 68 en 2014 © Maxppp - Julio Pelaez

En Moselle, la part de femmes élues maires est bien en dessous de la moyenne nationale. Et depuis dimanche soir, c'est encore pire.

A l’issue du second tour des municipales 2020, sous couvert de changements lors de l’installation des conseils municipaux le mois prochain, seulement 49 femmes devraient porter l’écharpe de maire dans le département, contre 68 en 2014.

Ainsi, la part de femmes maires en Moselle devrait difficilement atteindre les 7%, contre plus de 9% aux dernières élections municipales.

"Double journée de travail"

Ces chiffres sont bien en deçà des 17% de femmes maires élues en France (selon des données publiées en mars dernier par le ministère de l'Intérieur). Et cette tendance a de quoi surprendre quand on sait que cinq des dix plus grandes villes du pays sont désormais gérées par des femmes : Strasbourg, Lille, Paris, Marseille et Nantes.

"C'est vrai qu'on a beaucoup plus de mal à mobiliser les femmes en politique, explique Viviane Fattorelli, élue ce dimanche maire d'Audun-le-Tiche. Parce qu'elles continuent à gérer leur double journée : le travail et les enfants, les devoirs, la cuisine etc. C'est compliqué de dégager encore du temps pour s'engager dans la vie politique, surtout quand les conseils municipaux se déroulent tard le soir."

Selon elle, les femmes hésitent également davantage à franchir le pas d'une candidature. "Surtout celles qui rejoignent la vie politique pour la première fois, elles ne se sentent pas compétentes pour assumer des responsabilités et elles ont tendance à se mettre en retrait. On l'a encore constaté pendant le confinement avec les visioconférences : c'était souvent les hommes qui parlaient et moi je poussais en disant allez les filles, il faut s'imposer quoi ! Quand on est une femme, on a plus besoin de s'imposer que quand on est un homme."

"L'égalité des salaires avant tout"

Que dit la loi ? Depuis 2014, dans les communes de plus de 1.000 habitants, il faut une parité stricte dans la composition des listes. Mais quand il s’agit de désigner les postes à responsabilité, la part des femmes s’écroule. Alors, faut-il durcir la législation ? "Si c'est pour se retrouver avec une femme parce que c'est une femme, non ! On se retrouve avec une personne parce quelle a des compétences. Donc l'imposer par la loi, je ne pense pas que ce soit la solution," déclare la nouvelle élue d'Audun-le-Tiche.

Pour Viviane Fattorelli, cela doit passer par l'éducation, l'école mais pas seulement. "Il faut avant tout l’égalité homme-femme effective dans les entreprises parce qu'aujourd'hui on n'a toujours pas, à compétences égales, le même salaire entre les hommes et les femmes. Tant que ce problème ne sera pas résolu dans le monde du travail, on aura du mal à en résoudre dans le monde politique."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu