Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales 2020 : les jeunes et les élections

-
Par , France Bleu Berry
France

Les élections municipales 2020 auront lieu les 15 et 22 mars. France Bleu Berry décrypte pour vous les enjeux de ce scrutin à travers quatre dossiers. Cette semaine, nous nous intéressons à l'implication des jeunes dans ce scrutin.

élections (illustration)
élections (illustration) © Maxppp - Lionel Vadam

Le droit de vote peut s'exercer à partir de 18 ans. C'est aussi l'âge minimum pour se présenter à une élection. A quelques jours du scrutin, nous nous sommes demandés quels rapports entretenait la jeunesse avec les élections municipales, dans un contexte de défiance grandissante envers les politiques et la politique. Le sujet les intéresse-t-il ? Iront-ils voter ? Nous avons également rencontré de jeunes candidats qui briguent le mandat de maire ainsi que des jeunes qui ont pris la décision de s'engager dans une liste.  

Les jeunes et la politique : je t'aime... moi non plus

Voter est un acte citoyen. A la fin de la semaine, tous les français d'au moins 18 ans et inscrits sur les listes électorales sont appelés à voter. Le 15 mars prochain, certains iront glisser un bulletin dans l'urne pour la première fois. Pour certains, ce nouveau rôle de citoyen les enthousiasme, à l'image de Laurette, lycéenne castelroussine : "Voter, c'est important ! Parce-qu'on est jeunes et que c'est notre devoir. Pour moi, c'est essentiel de prendre cette élection au sérieux !"  

Mais tous les jeunes ne sont pas comme Laurette. A en entendre certains, la politique ne les intéresse que peu : "Ce n'est pas mon truc, avoue Sophia, je me sens loin de tout ça, pas concernée, je ne sais pas si je vais aller voter, je n'y connais rien..." dans le cas d'Inès, ces élections municipales sont passées totalement sous son radar : "Il faut voter pour quoi ? s'interroge-t'elle, mais ça ne se passe qu'à Châteauroux, les élections ?" continue-t-elle, visiblement peu au fait de l'actualité politique.  

Que pensent les jeunes castelroussins de ces élections ?

La politique n'intéresse pas les jeunes électeurs. On s'en rend compte scrutin après scrutin. Ils boudent les isoloirs, preuve en est : aux dernières européennes, le taux de participation s'élevait à 60 % pour les 18/35 ans, soit à peine plus de la moitié d'entre eux et pourtant c'était déjà plus qu'à l'accoutumée.  Selon les résultats d’un sondage publié le 3 mars 2020 de l’IFOP pour l’Anacej (réseau national d’acteurs et d’élus d’enfants et jeunesse) et le Forum Français de la Jeunesse (FFJ). Chez les 18-25 ans, les élections municipales n’ont pas la cote. Seulement 35% s'y intéressent et 33% envisagent d’y participer.

Vent de fraîcheur sur les listes candidates 

Malgré une tendance à la défiance envers les politiques ou un désintérêt total, certains jeunes, à peine majeurs s'engagent et figurent sur des listes de candidats. C'est le cas de Thibault Roy, 18 ans et créateur du réseau "Les Jeunes Avec Gil Avérous", il figure aussi sur la liste du maire sortant. Ce jeune homme a d'abord fait partie du conseil municipal des jeunes, c'est d'ailleurs là-bas qu'il a pris conscience des actions concrètes d'une municipalité, ce qui lui a donné envie de s'engager. 

Thibault Roy a crée "Les Jeunes avec Gil Avérous"
Thibault Roy a crée "Les Jeunes avec Gil Avérous" © Radio France - Elodie Rabelle

Le virus de la politique, Lise Stubbe l'a attrapé plus tard : à 21 ans. Mais avant de se retrouver sur la liste menée par Antoine Léaument, Châteauroux Citoyen, cette jeune castelroussine tenait ce genre de discours : "Je n'ai jamais été intéressée par la politique de ma vie", des mots que l'on retrouve souvent dans la bouche des jeunes électeurs.  

Lise Stubbe, de Châteauroux Citoyen, a longtemps été désintéressée par la politique
Lise Stubbe, de Châteauroux Citoyen, a longtemps été désintéressée par la politique © Radio France - Elodie Rabelle

Pour comprendre ce désamour, les deux colistiers avancent plusieurs raisons :  

  • Le vocabulaire employé : "Ça a été un gros frein, confie Lise Stubbe, "je pense que ce n'est pas accessible à tous et quand on ne comprend pas, on ne s'intéresse pas." 
  • Un fonctionnement mal compris : "Je remarque qu'on est peu de jeunes à bien connaître le fonctionnement des institutions, constate Thibault Roy, il y a une méconnaissance des différentes responsabilités qu'une municipalité a ou que le conseil département a. Du coup, les jeunes n'ont pas conscience de ce qui est fait concrètement."

Rendre la politique accessible et compréhensible, c'est un début. Mais selon les deux jeunes engagés, il faut que la politique montre qu'elle écoute les jeunes, qu'elle prend en compte leur parole.  

  • un sentiment d'illégitimité : Lise Stubbe et Thibault Roy sont formels ; s'ils se sont inscrits sur une liste, c'est qu'ils se sont sentis légitimes. Pour Thibault Roy, c'est la rencontre avec Gil Avérous qui lui a fait comprendre que malgré son âge, il pouvait s'investir pour sa commune. Pour Lise Stubbe, c'est une assemblée publique de Châteauroux Citoyen, qui l'a convaincue : "je suis arrivée, je pensais ne rien comprendre, et j'ai compris, ça m'a donné envie de participer." 

Leurs camps s'opposent, mais les deux jeunes pousses en politique partagent le même constat : il faut reconquérir la jeunesse. "Nous les jeunes, on a notre mot à dire. On représente l'avenir, on fait des études, on travaille, on fait partie de la société, donc on est légitime pour se présenter ou voter." martèle Lise Stubbe. Pour Thibault Roy, il y a même urgence : "il faut que la jeune génération se ré-intéresse à la politique, qu'elle aille voter si elle veut être représentée correctement, et non pas un parti qu'on ne veut pas. Chaque vote a une valeur." 

Chaque vote compte, pourtant aux dernières municipales, seule la moitié des jeunes est allée voter.  

Ecoutez le portrait croisé de ces deux jeunes qui ont choisi de s'engager

A Villedieu-sur-Indre, le duel des jeunes loups

Si 18 ans est l'âge minimum pour se présenter à une élection, en France la moyenne d'âge de nos édiles tourne plutôt autour de 62 ans selon les résultats d'une étude de l'Association des Maires de France en 2019. Pourtant à Villedieu-sur-Indre, deux jeunes loups en politique ont décidé de se frotter pour la première fois au suffrage universel.  

D'un côté, il y a Xavier Elbaz, 30 ans, qui a fait ses armes en politique en tant que directeur de cabinet du maire de Châteauroux Gil Avérous. Face à lui, François- Philippe Thibault, le fils de l'ancien maire emblématique de Villedieu-sur-Indre, Jean-Paul Thibault.  Ils sont jeunes certes, mais tous deux tiennent à rappeler qu'ils ne sont pas dénués d'expérience. 

François-Philippe Thibault et Xavier Elbaz
François-Philippe Thibault et Xavier Elbaz © Radio France - Elodie Rabelle

Xavier Elbaz met en avant son expérience à la mairie de Châteauroux "une ville préfecture, rappelle-t-il, ce n'est pas rien, tout le monde nous regarde ! J'ai 30 ans et ça fait 6 ans que j'ai un poste de direction.". François-Philippe Thibault, lui, martèle que ce n'est pas l'âge qui fait un bon maire : "Je suis élu d'opposition, ça m'a permis de comprendre les mécanismes d'une municipalité. J'ai 24 ans et je pense qu'à mon âge on peut être un décisionnaire responsable. On peut très bien avoir 40 ou 50 ans et être un mauvais maire." 

Naturellement, les deux indriens se connaissent. Les anciens amis se retrouvent donc rivaux dans ces élections municipales et foi de candidat : leur campagne sera propre : "On a tous assisté à des campagnes où les candidats s'insultent, s'attaquent... ce n'est pas très reluisant. Avec François-Philippe dès le début on s'est mis d'accord que si un jour il nous arrivait d'être candidat l'un face à l'autre, nos campagne serait axée sur les idées." promet Xavier Elbaz.

Une campagne qui oppose deux projets distincts, François-Thibault est également pour : "Même si le contexte est singulier, avoir deux jeunes candidats qui se présentent pour la première fois et dans la même ville peut laisser penser qu'on va monter sur le ring ; j'aimerais que cette campagne se concentre sur l'opposition de deux volontés différentes pour la commune de Villedieu-sur-Indre." 

Il n'empêche que ce duel ne manque pas d'être passionnant à suivre.... un peu à la manière d'une série à succès où les personnages se battaient pour un certain trône. En 2020, à Villedieu-sur Indre, c'est pour le fauteuil de maire que Xavier Elbaz et François-Philippe Thibault vont s'affronter. Quoiqu'il en soit, ce sera bien la jeune génération qui prendra place à la mairie de Villedieu-sur-Indre.

Le reportage de la rédaction sur le duel Elbaz/Thibault

Choix de la station

À venir dansDanssecondess