Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Bayonne : un duel Etcheto - Etchegaray au second tour

-
Par , France Bleu Pays Basque

Selon les informations de France Bleu Pays Basque, on se dirige vers un duel entre la gauche et l'alliance centre/droite à Bayonne pour le second tour des municipales le 26 juin. La liste Bihar Baiona devrait rejoindre celle du socialiste Henri Etcheto, tandis que Baiona Verte et Solidaire se retire

De gauche à droite Jean René Etchegaray, Jean-Claude Iriart, Mathieu Bergé, et Henri Etcheto, les 4 têtes de liste se sont affronté lors de ce débat
De gauche à droite Jean René Etchegaray, Jean-Claude Iriart, Mathieu Bergé, et Henri Etcheto, les 4 têtes de liste se sont affronté lors de ce débat © Radio France - Anthony Michel

Fin du suspens, ou presque, pour les élections municipales à Bayonne. Selon les informations de France Bleu Pays Basque, et par une drôle d'équation démocratique à gauche, on se dirige vers un duel au second tour le 28 juin prochain, entre le socialiste Henri Etcheto à la tête d'une liste d'union, et le maire (UDI) sortant Jean-René Etchegaray dont l'alliance centre et droite est arrivée largement en tête au premier tour (40,33%) le 15 mars dernier.

Désunion de la gauche à deux voix près

Toutefois, alors que la gauche espérait une union des trois listes présentes au premier tour, toutes en capacité de se maintenir au second, celle-ci ne sera finalement que partielle. Les membres de Baiona Verte et Solidaire (BVS), liste rassemblant les abertzale, Europe Ecologie les Verts et Ensemble Insoumis, arrivée en 3e position le 15 mars (13,12%), ont repoussé l'alliance avec Henri Etcheto. Il ne s'en est fallu que de seulement 2 voix - 54 pour, 56 contre et 6 votes blancs - pour que l'alliance à 3 puisse se faire.

"Je suis extrêmement déçu que l'AG de BVS n'ait pas accepté l'accord que nous avons discuté ensemble pour construire l'espoir d'un changement pour notre ville", réagit le socialiste, dont la liste Bayonne Ville Ouverte (BVO) est arrivée en deuxième position (29,76%) au premier tour. "L'étroitesse du score me rend encore plus triste pour toutes celles et ceux qui, comme Jean-Claude Iriart, au sein de BVS se sont battus avec sincérité pour cet accord et les valeurs que nous partageons."

Henri Etcheto, candidat socialiste à Bayonne, est déçu mais pas abattu

Bihar Baiona va rejoindre Etcheto, soutien des Verts ?

Henri Etcheto et ses soutiens peuvent tout de même être rassérénés. Selon les informations de France Bleu Pays Basque, alors que les membres de Baiona Verte et Solidaire ont voté à une large majorité - 91 pour, 21 contre, 4 blancs -  une union avec la seule liste Bihar Baiona - Demain Bayonne, elle aussi en position de se maintenir (11,2%) au second tour, cette dernière va repousser la proposition. 

La liste citoyenne de gauche, avec à sa tête les conseillers municipaux d'opposition Mathieu Bergé et Sophie Herrera, s'apprête en effet à fusionner avec BVO. Cette alliance à gauche pourrait recevoir dans les prochaines heures, par le biais d'un communiqué, le soutien des Verts. La liste BVS, résultat du vote à la 3e et dernière question posée à ses membres, devrait en effet se retirer.

La voix de BVS qui redessine le second tour

Cette question envisageait le refus de fusion avec Baiona Verte et Solidaire de la part de Bihar Baiona. Fallait-il dans ce cas se maintenir ou non au second tour ? Et là, le sort du vote du 28 juin ne s'est joué qu'à une seule voix. Si 48 militants se sont prononcés pour le maintien de BVS, 49 ont voté contre, et 19 blancs.

Autrement dit, contrairement à la précédente élection municipale où "Baiona 2014", ancêtre en quelque sorte de BVS et déjà conduite par Jean-Claude Iriart, s'était maintenue au second tour après avoir repoussé l'accord avec Henri Etcheto qui s'était incliné face à Jean-René Etchegaray pour seulement 26 voix, cette fois on aura un duel entre les deux bords.

L'inconnue de la participation

Un second tour qui s'annonce serré. Reste à savoir ce que feront les électeurs de Pascal Lesellier (Debout la France), le chef de file de la 5e liste présente au 1er tour (5,57%), mais aussi les abertzale qui n'ont jamais caché leur préférence pour Jean-René Etchegaray, président de l'agglomération pays basque sensible à leurs idées, et leur opposition à Henri Etcheto. 

Reste également à savoir quel sera le niveau de la mobilisation des électeurs le 28 juin, après plus de trois mois de crise de Covid-19 et la polémique du maintien du premier tour, au tout début du confinement, marqué par une très faible participation à Bayonne (38,79 %).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess