Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Douai : la guerre des droites face au maire sortant

-
Par , France Bleu Nord

Douai a élu pour la première fois en plus de trente ans, un maire de gauche, Frédéric Chéreau, aux dernières élections municipales en 2014. Candidat à sa succession, saura-t-il faire face le 15 mars à plusieurs candidats qui se revendiquent à droite ?

Qui sera (ré)élu maire de Douai le 22 mars prochain ?
Qui sera (ré)élu maire de Douai le 22 mars prochain ? © Radio France - Willy Moreau

Six candidats pour une mairie. Douai, historiquement de droite depuis les années 80, est passée à gauche en 2014 après l'élection de Frédéric Chéreau, maire PS sortant à sa propre succession. Cette alternance sera-t-elle éphémère ou confirmée ? Début de réponse au soir du premier tour, le 15 mars.

Guerre d'étiquettes

Il y a les étiquettes que l'on colle aux candidats mais pas forcément celles qu'ils veulent mettre en avant. Prenez Coline Craeye par exemple, la candidate investie par la République en Marche : "Nous allons au-delà de la REM. On a quand même beaucoup de LR sur la liste. Le numéro 2 de ma liste est Républicain"

Cette volonté d'ouverture à droite fait sourire le candidat Les Républicains, Thierry Tesson : "Quand je regarde les tracts, il n'y a aucune mention, aucun logo de ce parti que j'appellerais présidentielle. Mais à l'inverse, il y a une obsession d'indiquer sans cesse qu'il y a des personnalités qui viendraient du parti Les Républicains. J'ai des amis qui emploient le terme de 'coucou' comme cet oiseau qui s'installe dans le nid des autres. Cela donne un peu cette impression là"

Qui pourrait représenter le mieux la droite dans cette ville qui a boudé la gauche pendant plus de 30 ans sauf aux dernières élections en 2014 ? Thierry Tesson veut incarner cette force en se basant sur ses expériences passées dans plusieurs cabinets ministériels. Coline Craeye, elle, met en avant sa proximité, de fait, avec le gouvernement en place. 

"J'ai été à Paris pour interpeller Bruno Le Maire sur la question de l'usine Renault à Douai. J'ai aussi des liens avec le ministre de la Santé en lien avec le député Dimitri Houbron pour parler de l’hôpital de Douai. Sans ça, je n'aurais pas cette capacité à faire ce lien donc je suis très fière d'avoir l'étiquette LREM et je l'assume totalement mais je respecte aussi l'étiquette de mes colistiers", explique Coline Craeye.  

Un argument qui ne convainc pas le candidat du Rassemblement national, Thibaut François qui met pourtant en avant son investiture comme argument de campagne : "Steve Briois [maire RN à Hénin-Beaumont], en six ans, a baissé trois fois les impôts. La sécurité a été augmentée. Les candidats RN le disent et moi je le dis pour Douai : nous avons les bonnes réponses aux problématiques et aux attentes qui animent les Douaisiens et le maire Frédéric Chéreau n'a répondu à aucune de ces attentes"

Les municipales 2020 à Douai.
Les municipales 2020 à Douai. © Radio France - Jade Peychieras

Le maire PS sortant, Frédéric Chéreau, candidat à sa succession, doit défendre un bilan critiqué par ses adversaires qui mettent en avant notamment les nombreux commerces qui ont fermé : "Nous resterons dans la même lignée du mandat précédent. Nous avons pris des décisions qui commencent à prendre et qui auront tout leurs effets dans les prochains mois et prochaines années", se défend-il. 

Souhaite-il rassembler toute la gauche face à cette concurrence des droites ? En tout cas, son affiche de campagne met en avant deux colistières, l'une communiste, l'autre écologiste. "Il nous a semblé loyal d'expliquer que certains d'entre nous, environ la moitié de la liste, ont des appartenances politiques qui correspondent à plusieurs valeurs. Il est important de montrer que nous sommes capables sur cette liste de rassembler des philosophies, des visions légèrement différentes. Si nous sommes capables de nous rassembler alors demain nous serons capables de rassembler toute la ville"

Reste qu'à gauche François Guiffard, sans étiquette mais proche de la France insoumise voudra prendre sa part du gâteau. Jacques Brénot, l'ancien directeur de Norévie, le bailleur social, tablera sur son profil de la société civile. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess