Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Élections

Municipales à Gravigny : un fauteuil pour deux adjoints

À Gravigny, dans l’Eure, près d'Évreux, les habitants choisiront leur nouveau maire le 15 mars prochain. Ils sont deux à briguer le fauteuil de François Gantier : Émeric Jeanne, adjoint et Didier Cretot. Une campagne à suivre sur France Bleu avec la série "C'est mardi, c'est Gravigny".

Émeric Jeanne et Didier Cretot, tous les deux adjoints au maire de Gravigny, sont candidats à la succession de François Gantier, qui ne se représente pa
Émeric Jeanne et Didier Cretot, tous les deux adjoints au maire de Gravigny, sont candidats à la succession de François Gantier, qui ne se représente pa © Radio France - Laurent Philippot

Gravigny, France

Deux listes à Gravigny aux élections municipales, ce n'est pas arrivé depuis plus de vingt ans. Élu depuis 1998, François Gantier (PCF) ne se représente pas dans cette commune de presque 4.000 habitants dans l'agglomération d'Évreux. Le 15 mars prochain, deux adjoints (divers gauche) brigueront le fauteuil de maire : Émeric Jeanne, adjoint à l'enfance, tête de la liste Bien vivre ensemble à Gravigny et Didier Cretot, adjoint à la vie associative, tête de la liste Gravigny 2020 avec vous. Jusqu'au 1er tour, le 15 mars (car il ne devrait pas y avoir de second tour à Gravigny), France Bleu Normandie suivra les candidats en campagne et donnera la parole aux Gravignais et aux Gravignaises. 

Qui êtes vous ? 

"J'ai 41 ans, _j'habite à Gravigny depuis une dizaine d'années_, j'ai longtemps été professeur d'histoire-géographie et je suis maintenant principal adjoint dans un collège" explique Émeric Jeanne. Les candidats mettent tous les deux en avant leur engagement "j'ai été responsable mutualiste, associatif, politique, syndical, j'ai toujours été engagé au service de l'intérêt général et cette candidature se place dans cette perspective" détaille Émeric Jeanne qui dit avoir "la passion des gens et de l'intérêt général, se mettre au service du bien commun"

Si on n'est pas animé par l'envie de faire des choses pour les autres, il faut faire autre chose - Émeric Jeanne

Même question à l'autre candidat "Didier Cretot, c'est d'abord un _natif de Gravigny_, je suis né en 1959 dans une famille de cinq enfants. Mes parents habitaient cette commune depuis 1954 et j'ai passé presque mes 61 ans dans cette commune à part quelques années d'études à Rennes" répond le directeur du centre social de la commune. 

Série France Bleu Normandie "C'est mardi, c'est Gravigny" : épisode 1 - Un fauteuil pour deux adjoints

Vos qualités et vos défauts ? 

Pudeur, timidité ou stress du micro, faire sortir les candidats de leur coquille n'est pas facile."Je crois que je suis têtu" rigole Didier Cretot "mais est-ce que c'est une qualité ? Est-ce que c'est un défaut ? ". Le candidat poursuit "j'avais quinze ans quand j'ai commencé à m'occuper de ce qu'on appelait le mille-clubs pour les jeunes de la communes". Et votre défaut ? Même réponse "je suis têtu", mais Didier Cretot assure ne pas être borné, et savoir reconnaître ses erreurs, "faut-il encore en avoir commis" explique-t-il, modeste. 

Je suis engagé, quand je pense quelque chose, je le pense - Didier Cretot

Didier Cretot se verrait bien maire de Gravigny le 15 mars 2020 - Radio France
Didier Cretot se verrait bien maire de Gravigny le 15 mars 2020 © Radio France - Laurent Philippot
Émeric Jeanne se verrait bien maire de Gravigny le 15 mars prochain  - Radio France
Émeric Jeanne se verrait bien maire de Gravigny le 15 mars prochain © Radio France - Laurent Philippot

"Je crois que je suis engagé" estime Émeric Jeanne"vraiment animé pour l'intérêt général" et d'expliquer que "pour être maire, il faut de l'empathie avec les gens parce que les gens viennent avec leurs problèmes et il faut avoir dans le même temps le souci de l'intérêt général". Quant aux défauts, Émeric Jeanne s'en sort avec une pirouette "on a les défauts de ses qualités". Comprenne qui pourra mais le candidat l'assure, ce n'est pas de la langue de bois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu