Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Municipales à Mont-de-Marsan : revivez le débat de France Bleu Gascogne

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Gascogne

Second débat des municipales 2020 sur France Bleu Gascogne. Ce lundi matin autour de la table, les trois têtes de listes candidates à la mairie de Mont-de-Marsan : Charles Dayot, actuel maire sortant, Marie Lafitte et Jean-Baptiste Savary. Vous avez loupé le débat ? Session de rattrapage ci-dessous.

Les trois candidats ce lundi matin dans le studio de France Bleu Gascogne, interviewés par Renaud Biondi-Maugey.
Les trois candidats ce lundi matin dans le studio de France Bleu Gascogne, interviewés par Renaud Biondi-Maugey. © Radio France - Justine Hagard

France Bleu Gascogne à l'heure des municipales ! A une semaine du premier tour du scrutin, ce lundi matin avait lieu le second débat de l'élection avec les candidats à la mairie de Mont-de-Marsan. 

Trois listes pour la ville aux trois rivières

Le résumé vidéo du débat

Le débat en audio et en intégral

Municipales à Mont-de-Marsan : le débat avec les 3 candidats

Retrouvez le résumé des positions des candidats ci-dessous.

Comment va Mont-de-Marsan ?

Charles Dayot : Mont-de-Marsan est une ville qui vit bien. Ce n’est pas une ville qui agonise. Nous avons de la chance de vivre ici. Elle offre les services d’une petite métropole, tout en gardant l’âme d’un village gascon, convivial. J’en veux pour preuve le dernier classement Opinionway. Sur 34.000 communes où il fait bon vivre, on est dans les 186 premières, la première des Landes. Ici, on peut travailler, se cultiver, éduquer ses enfants, faire du sport, préserver sa santé, faire des rencontres. Il y a des atouts à Mont-de-Marsan, il faut les défendre et les développer. Il reste quand même du travail.

Marie Lafitte : Nous considérons que Mont-de-Marsan n’est pas au meilleur de sa forme et de ce qu’elle a pu connaître. Pour autant, elle regorge d’associations qui sont dynamiques, qu'elles soient culturelles, sportives, d'action sociale et de solidarité. Les Montoises et les Montois regorgent d’énergie pour faire vivre la ville et la rendre encore plus agréable. Marsan Citoyen veut fédérer les énergies, donner plus de place aux citoyens dans la commune et dans les décisions publiques pour inscrire la ville dans le 21ème siècle, qui sera celui du changement démocratique, écologique et social.

Jean-Baptiste Savary : Mont-de-Marsan va mal. La ville est en grande difficulté. Nous avons 953 emplois publics et privés qui ont disparu depuis 2011. Nous avons perdu 1600 habitants. Nous avons un taux de vacance commerciale qui est énorme, et surtout un désert médical. La ville est sale, la voierie est dans un très mauvais état. Les impôts ont augmenté de 10% sur la mandature. Et malgré tous ces efforts, les Montois n'ont pas bénéficié de cette redistribution et ont surtout souffert du manque d’ambition de l'équipe de Charles Dayot.

Quel bilan pour la mandature qui s'achève ? 

Jean-Baptiste Savary : Il y a eu beaucoup de promesses qui n'ont pas été tenues lors cette mandature. Je pense aux 15 km de pistes cyclables qui n'ont pas été réalisées, à la promesse de mettre des arbres dans tous les aménagements urbains, à la rénovation de la route de Sabres, à la réouverture des Nouvelles Galeries... Avec les Halles, vous (Charles Dayot) avez mis en difficulté les commerçants du centre-ville. Il faut avoir une nouvelle vision. Il faut végétaliser la ville. Les aménagements de la ville des dernières années ont minéralisé la ville, ce qui la rend aujourd’hui difficilement fréquentable quand il fait très chaud l’été.

Charles Dayot : On est à 13% de commerces inoccupés. Il y a une quinzaine de boutiques qui se sont installées. On s’est engagés dans un plan du cœur de ville ambitieux et complet. 

Marie Lafitte : Notre critique est plus globale. Elle s’adresse au système politique et à la démocratie telle qu’elle est aujourd’hui. C’est avec les habitants qu’on veut construire des propositions. Les habitants ont envie de changer de façon de faire. Ils n’ont plus envie qu’on prenne les décisions à leur place, mais avec eux.

Comment re-dynamiser le centre-ville ? 

Marie Lafitte : Ce n’est pas en installant les commerces qu’on va faire revivre le centre-ville. Il vaut mieux faire revenir les Montoises et les Montois (et les habitants de l'agglo) via le socio-culturel. Cela passe notamment par les Nouvelles Galeries. On veut que ce soit les habitants qui décident, mais cela pourrait passer par une maison de quartier qui serait un lieu de rencontres, de culture, une crèche, une auberge de jeunesse, un bar associatif… On est favorables aux transports gratuits, mais cela doit passer à une refonte plus globale du système de transport actuel.

Jean-Baptiste Savary : Nous proposerons la gratuité des transports en commun. Ce n’est pas une utopie. A Calais, ça s’est fait. Ça se fera à Dax, car tous les candidats le proposent. Par ailleurs, nous porterons, comme à Dijon, un projet de partenariat avec les commerçants pour que les personnes qui viennent en voiture et consomment dans le centre-ville bénéficient de la gratuité du stationnement.

Charles Dayot  : La gratuité, on le fait déjà pour ceux qui en ont besoin (1000 habitants). Vous savez combien coûterait la gratuité pour tous ? Un million d’euros. Les Montois ont-ils envie de financer un programme de rêve ? Concernant les Nouvelles Galeries, nous avons interrogé les Montois, et nous allons tenir compte de leur avis. Ce qu’il faut, c’est donner envie aux Montois de passer par cet endroit-là. Nous avons commencé un programme d’achat de cellules. 

La santé (thème proposé par Charles Dayot)

Charles Dayot : La santé est une priorité. Nous accompagnerons un nouveau pôle de santé pluridisciplinaire. L’idée, c’est d'attirer de nouveaux généralistes. La priorité, c’est d’aller chercher les médecins. Deux dossiers en centre-ville sont déjà dans les starting blocks. C'est un des sujets sur lesquels nous avons une démarche très volontariste : nous favoriserons l'installation en centre-ville de médecins, dans un exercice groupé parce que les médecins ne veulent plus exercer comme avant, ils préfèrent exercer en groupe.

L’environnement (thème proposé par Jean-Baptiste Savary)

Jean-Baptiste Savary : Il faut prendre en compte l’urgence climatique. Nous souhaitons avoir une vision durable de la mobilité (la gratuité des transports, les liaisons douces), la végétalisation de la ville, augmenter le bio dans les cantines, mettre en place des maraîchers bios dans l’agglo… 

Charles Dayot : Il faut changer le comportement des gens : plus de vrac, des bacs à compost dans des friches urbaines, moins de gaspillage dans les cantines, mieux isoler les bâtiments… 

Marie Lafitte : Il faut avoir une vision écologique de l’avenir. Faire une liste à la Prévert, c’est parfait, mais… J’aimerais savoir la position d’EELV et du PS, qui parlent de la souffrance animale, sur les corridas. Nous, c’est les Montois qui décident. On ne fait pas d’électoralisme.

La démocratie (thème proposé par Marie Lafitte)

Marie Lafitte : Si nous sommes élus, des citoyens (pas seulement ceux qui sont sur les listes électorales, étrangers inclus) seront tirés au sort à partir de 16 ans pour décider avec les élus. Cette assemblée de quartier prendra des décisions. On a imaginé un conseil citoyen municipal de 35 membres, ouvert à tous les habitants, qui co-construiront les projets avec les élus du conseil municipal.

Jean-Baptiste Savary : Le participatif est intégré dans notre programme. Nous allons proposer le budget participatif, qui est l'outil démocratique par excellence dans la mesure où tous les habitants du territoire pourront proposer et décider des projets. Je vous invite à regarder ce qui se fait au niveau du conseil départemental des Landes ou du Gers, avec le succès que l'on connaît.

Charles Dayot : Il y a du participatif depuis 10 ans, et on continue. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu