Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales au Mans : les propositions des candidats pour le commerce

-
Par , , , France Bleu Maine
Le Mans, France

Comment redynamiser l'activité dans un centre-ville qui souffre depuis plusieurs années ? C'est l'un des grands enjeux des élections municipales de mars 2020 au Mans. Tour d'horizon des propositions des candidats.

C'était l'une des locomotives de la rue Nationale au mans : le magasin Toto est fermé depuis avril 2017. Aucune autre activité ne s'y est installée depuis.
C'était l'une des locomotives de la rue Nationale au mans : le magasin Toto est fermé depuis avril 2017. Aucune autre activité ne s'y est installée depuis. © Radio France - Bertrand Hochet

C'est l'un des volets les plus mis en avant par les candidats aux élections municipales au Mans : la question des commerces, en particulier dans le centre-ville, figure en bonne place dans les documents de campagne (plus ou moins détaillés) fournis par les différentes listes. 

On recense actuellement 7% de boutiques vides en centre-ville du Mans, une vacance nettement plus marquée dans certaines rues telles que le bas de la rue Gambetta ou encore la rue Nationale. De très nombreux Sarthois ne mettent que rarement les pieds dans l'hyper-centre et privilégient les zones commerciales périphériques pour leurs achats, et même parfois pour le simple plaisir de flâner. Confronté aussi à la concurrence toujours plus forte d'internet, le commerce manceau a de fortes attentes vis-à-vis de la future municipalité. 

Pour le candidat de Lutte Ouvrière Yves Cheere, qui soutient les opposants à la zone commerciale de Béner, le dossier du commerce rejoint celle du pouvoir d'achat. Les autres candidats ont nettement plus détaillé leur plan d'action, avec des propositions qui se recoupent souvent. 

L’accessibilité du centre-ville et le stationnement

Pour faire ses courses en centre-ville, il faut pouvoir s’y rendre facilement disent les candidats : en transports en commun, pour lesquels la majorité des listes proposent une dose plus ou moins importante de gratuité (l’une des principales propositions d’Audrey Canal et de la liste Le Mans en Commun), ou en voiture.

Le candidat du Rassemblement National Louis de Cacqueray-Valmenier souhaite « des places de stationnement supplémentaires autour des commerces » et la baisse des tarifs de « certains parkings », par exemple « en semaine, celui des Jacobins, aérien et souterrain ». Chez Les Républicains, Emmanuel Bilquez prône la création de zones bleues le samedi et pour les fêtes ou les soldes, le développement d’arrêts minute et la révision du plan de circulation en centre-ville. 

Comme Stéphane Le Foll, Marietta Karamanli propose la mise en place d’une navette électrique gratuite en centre-ville. Elle dit vouloir "amplifier, grâce à une aide municipale, les réductions de tarifs sur les parkings souterrains pour les usagers faisant des achats en ville" ; Julien Geffard, à la tête de la liste Demain Le Mans, planche lui aussi sur un tarif préférentiel du stationnement en contrepartie d'achats en magasin. 

Isabelle Sévère, la candidate écologiste, assume de vouloir supprimer des places de parking dans les rues de l'hyper-centre : « nous encouragerons l’utilisation des douze parkings souterrains actuellement largement sous-occupés ». 

Un chef d’orchestre

L'équipe sortante avait annoncé un plan de redynamisation du commerce, sous l'égide d'un comité de gouvernance qui ne s'est réuni que trois fois depuis 2018. Une procédure de recrutement pour un manager de centre-ville avait bien été lancée mais elle n’est pas allée à son terme, faute d’accord entre les différents acteurs sur le financement de la mesure.

La majorité des candidats reprend sous des formes et des appellations diverses cette idée d’une personne ou d’une équipe dédiée à la stratégie commerciale du centre-ville : une maison municipale du commerce et hôtel des artisans (Marietta Karamanli), office du commerce et de l’artisanat (Stéphane Le Foll), office des commerces (Audrey Dolo-Canal), un manager de centre-ville (Isabelle Sévère, Louis de Cacqueray-Valmenier, Julien Geffard) ou plusieurs (Emmanuel Bilquez), et même un conseiller en marketing et communication pour l’animation commerciale du Mans (Gilles Guerchet). 

Qu'on parle de manager de centre-ville ou d'office du commerce, l'objectif reste le même, au-delà de l'impulsion d'une stratégie et de la mise en place d'animations coordonnées : mettre de l'huile dans les rouages.

Soutenir les commerces existants et aider l’installation de nouvelles boutiques

C’est une proposition très largement reprise dans les programmes : l’aide à l’installation de boutiques éphémères (Stéphane Le Foll), à loyer modéré (Isabelle Sévère, Gilles Guerchet) parfois en les regroupant dans une même rue pour créer une dynamique commerciale nouvelle (Audrey Dolo-Canal).

La liste Le Mans en commun veut que la ville du Mans devienne locataire de surfaces commerciales, pour y installer ensuite des porteurs de projet, sélectionnés puis accompagnés par un Pôle de l’Économie Sociale et Solidaire jusqu’à ce qu’ils puissent fonctionner de manière autonome. 

Marietta Karamanli propose des aides à l’immobilier commercial (par exemple pour la rénovation des vitrines) et Isabelle Sévère des aides à l’investissement en cas de reprise. 

Gilles Guerchet envisage, en cas de vente, la préemption de locaux "là où cela fait sens pour le maintien d’un commerce at­tractif". Julien Geffard, qui dénonce des baux commerciaux trop lourds, veut revoir la fiscalité des locaux inoccupés afin d'inciter les propriétaires à baisser les loyers. 

Enfin, même si le centre-ville est au cœur des propositions, la plupart des candidats n’oublient pas de mentionner qu’ils veulent aider les commerces dans tous les quartiers. Stéphane Le Foll par exemple promet d’accompagner la restructuration des centres commerciaux des Sablons et la redynamisation de carrefour centre sud. 

Les zones commerciales 

Au-delà du projet de zone Ikea-Leclerc à Béner qui focalise l’attention, le constat d’un suréquipement commercial en périphérie mancelle est largement partagé par les candidats. C'est donc un dossier qui se joue à l'échelle de la métropole. Julien Geffard promet "une concertation à l'échelle de l'agglomération pour les projets de nouvelles zones commerciales". 

La députée socialiste Marietta Karamanli annonce dans son programme vouloir mettre fin à l’implantation de nouveaux hypermarchés. Pour les écologistes emmenés par Isabelle Sévère, "toute zone supplémentaire peut mettre à mal notre centre-ville. Nous établirons donc un moratoire sur les zones d’activités commerciales nouvelles". Le Mans en Commun dit vouloir stopper les implantations commerciales et demander la révision du PLU (Plan local d’urbanisme). 

Le candidat LR Emmanuel Bilquez indique vouloir utiliser le droit de préemption sur les friches commerciales.  

>>> A LIRE AUSSI : la position des candidats manceaux aux municipales sur le dossier Ikea-Leclerc 

Créer de nouvelles animations pour rendre le centre-ville plus attractif

Stéphane Le Foll indique vouloir renforcer l’attractivité du cœur de ville et rappelle dans son programme plusieurs chantiers déjà lancés : la création d’une résidence universitaire, l’embellissement des rues ou encore la mise en place d’ « événements en centre-ville ». Il promet aussi une rénovation et une extension du palais des congrès ; Palais des Congrès dans lequel Audrey Dolo-Canal verrait bien s’installer des commerces, de la restauration en circuit court et un mur d’escalade.

Emmanuel Bilquez (LR) et Audrey Dolo-Canal (Ensemble Autr’Mans) plaident tous les deux pour la création de halles alimentaires.

Enfin, Le Mans en Commun revendique un retour de la fête foraine en centre-ville, aux Quinconces, en repensant l’emplacement des stands. La liste de gauche se positionne aussi en faveur d’une fête de la musique moins encadrée.

L'ensemble des listes promet de végétaliser les rues et les places du centre-ville et d'y installer du mobilier urbain pour rendre les rues plus agréables pour les promeneurs. 

Soutenir la mise en place d’une monnaie locale

Deux listes mentionnent le soutien à la mise en place d’une monnaie locale au Mans, comme il en existe déjà dans certaines villes (Redon, Angers, Tours…) : les écologistes estiment qu’une telle monnaie permet de créer un cercle vertueux qui rapporte sur le territoire de la richesse. Le Mans en Commun mentionne ce soutien dans son engagement à signer le Pacte pour la transition rédigé par un collectif de 27 organisations.

Les candidats aux municipales au Mans

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu