Élections

Plus de sécurité autour des bureaux de vote bretons

Par Lisa Melia, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel vendredi 21 avril 2017 à 16:22

Sécurité renforcée autour des bureaux de vote
Sécurité renforcée autour des bureaux de vote © Maxppp - Eddy LEMAISTRE

Sécurité renforcée autour des bureaux de vote pour ce dimanche de premier tour. La préfecture de Bretagne a mis en place des mesures complémentaires.

La sécurité était déjà élevée, dans le cadre de l'état d'urgence. Le préfet de la région Bretagne, Christophe Mirmand, annonce des dispositions supplémentaires, au lendemain de l'attaque du jeudi 20 avril, sur les Champs Elysées. Un policier a été tué, deux autres blessés par un tireur, abattu par les forces de l'ordre. Une touriste allemande a aussi été blessée.

57 000 policiers, gendarmes et militaires

72 heures avant le premier tour de la présidentielle, le gouvernement a donc annoncé 50 000 policiers et gendarmes supplémentaires, ainsi que la mobilisation de 7 000 militaires de la force Sentinelle, pour assurer la sécurité des bureaux de vote. Des décisions qui se répercutent en Bretagne.

"Tous les policiers, gendarmes et militaires disponibles seront mobilisés, confirme Christophe Mirmand. Il y aura des patrouilles mobiles, une présence visible, pour rassurer les citoyens. Ce ne sont pas des dispositions habituelles."

Des mesures inhabituelles

Autres mesures inhabituelles, qui pourraient être mise en place : les files d'attente seront constituées plutôt à l'intérieur, pour éviter que les votants ne patientent dans la rue ; les accès aux bureaux de vote seront fermés, en dehors des "accès strictement nécessaires" ; des filtrages et des fouilles pourraient également être mis en place, dans certains bureaux de vote, si les maires en expriment le besoin.

Des consignes ont été données aux maires des départements. Des formulaires ont ainsi été distribués pour autoriser l'entrée dans les bureaux de vote des policiers et des gendarmes, si nécessaire : normalement, ils n'ont pas le droit d'y entrer quand ils portent leurs armes et leurs uniformes. "Nous avons aussi fourni des numéros de téléphone pour que chaque bureau de vote puisse joindre la préfecture en cas d'incidents", précise Christophe Mirmand.

Ne pas renoncer au vote

Le préfet a tenu à communiquer pour rassurer les citoyens : l'attentat sur les Champs Elysées ne doit pas les conduire à renoncer à leurs droits et à se rendre aux urnes.

C'est un scrutin qui doit se dérouler dans des conditions normales, dans la sérénité. Les citoyens doivent savoir que des mesures ont été prises pour assurer leur sécurité, en lien avec les maires. C'est la responsabilité de l'Etat de permettre à chaque Français d'exercer ses droits et nous avons mis en place toutes les mesures possibles dans ce sens. - Christophe Mirmand, préfet de la région Bretagne

Manifestation interdite à Rennes

En tant que préfet d'Ille-et-Vilaine, Christophe Mirmand a également décidé d'interdire la manifestation prévue ce dimanche 23 avril, à 18h, au centre de Rennes. Des affiches invitant les Rennais à se rassembler à Sainte-Anne ont recouvert les panneaux de campagne, depuis quelques jours : "Sans nous" et #rennesingouvernable" sont inscrits sur les affiches.

"Le message qui est relayé sur les réseaux sociaux, suite à un mot d'ordre national, laisse penser que des violences pourraient avoir lieu, explique le préfet. Suite aux épisodes violents du printemps 2016, j'ai donc décidé d'interdire la manifestation." L'arrêté court du dimanche 23 avril, 17h, jusqu'au lundi 24 avril à 6h du matin.