Élections

Présidentielle : François Bayrou ne sera pas candidat et fait alliance avec Emmanuel Macron

Par Olivier Uguen, France Bleu Béarn, France Bleu Pays Basque et France Bleu mercredi 22 février 2017 à 16:45 Mis à jour le mercredi 22 février 2017 à 20:10

François Bayrou
François Bayrou © Maxppp -

François Bayrou a pris la parole ce mercredi après-midi depuis le siège du MoDem à Paris. Il annonce qu'il ne sera pas candidat à l'élection présidentielle, et fait une "offre d'alliance" à Emmanuel Macron, qui a accepté. L'effet de surprise est total en Béarn.

François Bayrou ne sera pas candidat à l'élection présidentielle mais propose une alliance à Emmanuel Macron. Le président du MoDem l'a annoncé dans une "déclaration à la presse" ce mercredi après-midi.

"J'ai examiné depuis plusieurs semaines tous les éléments qui permettent de juger de la situation de notre pays, a-t-il expliqué. Jamais dans les 50 dernières années la démocratie en France n'a connu une situation aussi décomposée". Cette situation "nourrit une flambée de l’extrême droite, le pire des risques". "A situation exceptionnelle, je pense qu’il faut une réponse exceptionnelle".

Macron accepte

"Parce que le risque est immense, parce que les Français sont désorientés et souvent désespérés, j’ai décidé de faire à Emmanuel Macron une offre d’alliance. Je lui dis : le danger est trop grand (...), unissons nos forces pour y parvenir". "Emmanuel Macron est brillant", a dit François Bayrou. "Peut-être enfin le projet de dépassement des clivages que j'ai porté depuis 15 ans" est possible. "Nous pouvons faire de grandes choses ensemble (...). L'enjeu de cette alliance, si elle se fait, peut apporter l'espoir aux Français".

Le président du MoDem, très critique à l'égard des polémiques qui entachent la campagne de François Fillon ("toujours davantage de privilèges pour ceux qui sont en haut et d’efforts pour ceux qui sont en bas"), a notamment demandé au candidat d'En Marche!, qu'il a rencontré la semaine dernière, de prévoir dans son programme "une loi de moralisation" de la vie publique.

Une proposition qu'Emmanuel Macron a accepté dans la foulée. "L'alliance proposée par François Bayrou porte sur les valeurs et les idées" et "s'inscrit pleinement dans la démarche de renouvellement et de rassemblement qui, depuis le début, est la nôtre. C'est pourquoi je l'accepte", a réagi le candidat à la présidentielle. Les deux hommes se rencontreront "dès jeudi"'.

Fin du suspense

C'est la fin d'un long suspense pour le président du MoDem. L'an dernier, François Bayrou avait soutenu la candidature d'Alain Juppé à la primaire de la droite et du centre. Après la défaite du maire de Bordeaux contre François Fillon, l'ancien ministre de l'Education nationale avait indiqué qu'il dirait, courant février, s'il était ou non candidat à la présidence de la République.

Au début du mois, il avait laissé entendre très clairement qu'il ne soutiendrait pas François Fillon, un candidat selon lui "sous l’influence des puissances d’argent", et assuré qu’il prendrait ses "responsabilités".

Âgé de 66 ans, le maire de Pau a été candidat en 2002 (6,9%), 2007 (18,6%) et 2012 (9,1%).

L'effet de surprise est total en Béarn

En Béarn, les élus qui, pourtant connaissent bien François Bayrou, étaient persuadés qu'il serait une nouvelle fois candidat à l'élection présidentielle. C'est le cas de David Habib, le député socialiste, qui ce mercredi, présidait la dernière séance de cette session parlementaire à l'Assemblée nationale.

David Habib, député socialiste

Je m'attendais à ce qu'il soit candidat. Mais il y avait la possibilité pour François Bayrou de rejoindre quelqu'un qui n'était pas si loin de lui que ça. On avait noté que Emmanuel Macron occupait un espace politique qui au centre droit pouvait autrefois être celui de François Bayrou. C'est les républicains qui doivent être gênés, c'est pas forcément les socialistes. Les cartes ne sont pas encore figées dans cette campagne qui est complètement folle et qui demande des clarifications non plus sur l'identité des candidats mais sur le projet. Il va falloir parler de fonds et plus des candidats.

Pour "En marche" c'est un message positif qui est adressé aux français

Du côté du mouvement "En marche" c'est une excellent nouvelle. Très clairement, François Bayrou et les siens sont les bienvenus. Plusieurs élus MODEM avaient déjà rejoints Emmanuel Macron.

Nathalie Niel, représente du mouvement "En marche" dans les Pyrénées Atlantiques

Je trouve que la déclaration de François Bayrou est une déclaration avec un grand sens des responsabilités et de l'intérêt général, ce qui n'a pas du être évident pour lui quand on sait l'homme politique qu'il est. C'est un message qui est positif qui est envoyé aux français. On a d'un côté des partis politiques qui sont contre tout et puis là on a des progressistes qui s'allient pour faire avancer notre pays, on est plus du tout dans les intérêts particuliers, on est dans l'intérêt général et ça change vraiment les choses.

Une surprise pour certains Palois

L'annonce de François Bayrou a provoqué la surprise de certains Palois. Pour René, "c'est une agréable surprise. Dans cette présidentielle, je ne savais pas pour qui voter. Le fait qu'il se rallie à Emmanuel Macron confirme mon intention de voter Macron."

Une surprise également pour Julien qui pensait que le maire de Pau se présenterait une quatrième fois à la présidentielle. En revanche, Claude n'est pas surpris : "Il mange à tous les râteliers, c'est tout à fait normal qu'il soit sur la vague porteuse".

Quant à Anne, elle estime que "ça aurait été la fois de trop. Il y a assez de candidats, ce n'était pas nécessaire. Et puis il y a beaucoup de choses à faire à Pau..."

L'élection présidentielle a lieu le 23 avril et le 7 mai.