Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales dans le Grand Est : Jean Rottner, candidat à sa succession, veut être le président de la relance

Jean Rottner, le président sortant de la région Grand Est, annonce ce lundi soir qu'il est tête de liste pour les élections régionales des 20 et 27 juin.

Jean Rottner, président de la région Grand Est, est tête de liste.
Jean Rottner, président de la région Grand Est, est tête de liste. © AFP - SEBASTIEN BOZON

Jean Rottner officialise ce lundi sa candidature aux élections régionales des 20 et 27 juin dans le Grand Est. Le président sortant LR le fait dans un entretien dans la presse quotidienne régionale. L'Alsacien, ancien maire de Mulhouse, met fin au faux suspense, quelques jours après la déclaration de candidature d'une de ses rivales au centre droit, une autre Alsacienne, la ministre déléguée à l'insertion Brigitte Klinkert. 

Il se présente à la tête d'une liste d’union de la droite et du centre, sous la bannière "Plus forts ensemble". Mais Jean Rottner se dit aussi fermement "Républicain" (LR). Les têtes de listes départementales seront présentées dans la semaine sur chacun des territoires.

"Le quartier général de la relance"

Invité de France Bleu Sud Lorraine ce mardi matin, Jean Rottner a expliqué vouloir faire de la région Grand Est "le quartier général de la relance" alors que la région a été particulièrement éprouvée par la pandémie de Covid, notamment lors de la première vague au printemps 2020. 

Jean Rottner qui veut axer son projet sur l'emploi, "la première sécurité", et la sécurité en "aidant les communes à investir dans leurs police municipales ou en déployant davantage de vidéosurveillance dans les lycées". Le président sortant veut aussi former davantage d'infirmiers, d'aide-soignants ou encore d'aides à domicile.

Devenu le visage du Grand Est après l'avoir combattu

Jean Rottner est arrivé à la tête de la nouvelle grande région deux ans après le scrutin de 2015. Alors que la liste de droite menée par Philippe Richert avait remporté les élections, celui-ci avait démissionné en septembre. Pour des raisons de santé, mais aussi usé par les attaques de certains élus alsaciens. Ils n'avaient pas supporté qu'il prenne la tête de cette région honnie. 

Alors qu'il était, comme d'autres élus alsaciens, opposé au départ à la région Grand Est, Jean Rottner a fini par l'incarner. Au plan national, l'ancien médecin urgentiste de 54 ans s'est imposé tout au long de la crise du coronavirus en 2020 comme celui qui a alerté sur le désastre en cours et qui a défendu sa région, particulièrement meurtrie par la pandémie. 

"Redonner de l'espoir" aux habitants du Grand Est

La crise du Covid figure d'ailleurs dans sa déclaration de candidature parmi les raisons qui l’ont conduit à se présenter : "L’envie, en tirant les douloureuses leçons de la crise du Covid, de redonner de l’espoir et d’insuffler de l’espérance aux citoyens de ce territoire, en construisant un vrai pacte d’avenir."

Jean Rottner veut défendre un bilan, en matière d'investissement, par exemple, mais aussi des projets dans l'emploi et la formation, les transports ferroviaires, la santé, la sécurité et le développement durable.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess