Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Revivez le débat du second tour des élections départementales en Meurthe-et-Moselle

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

France Bleu Sud Lorraine et le quotidien "L'Est républicain" organisaient ce mardi 22 juin un débat entre les représentants des listes de gauche, de droite et du rassemblement national avant le second tour des élections départementales en Meurthe-et-Moselle le 27 juin.

Luc Binsinger, Valérie Beausert-Leick et Grégoire Eury
Luc Binsinger, Valérie Beausert-Leick et Grégoire Eury - Alexandre Marchi

Deux jours après un premier tour des élections départementales en Meurthe-et-Moselle où la gauche est arrivée en tête, devant les candidats de la droite et du centre et le Rassemblement national, France Bleu Sud Lorraine et L'Est républicain organisaient ce mardi matin un débat avant le second tour le 27 juin. Autour de la table, Valérie Beausert-Leick, la présidente sortante de l'union de la gauche et des écologistes, Luc Binsinger, conseiller sortant à Jarville et chef de file de l'union de la droite et du centre, ainsi que Grégoire Eury, représentant du Rassemblement national, battu dans le canton de Nancy-1. Débat animé par Mathieu Barbier de France Bleu Sud Lorraine et Valérie Richard, journaliste à l'Est républicain.

Suivez le débat du second tour des élections départementales en Meurthe-et-Moselle

"L'heure n'est pas aux calculs"

Luc Binsinger qui veut y croire en notant une progression au premier tour par rapport à 2015 avec 16 binômes qualifiés au second tour contre 14 il y a six ans. Le chef de file de la droite qui ne répond pas à la question concernant un éventuel apport du Rassemblement national pour constituer une majorité au département : 

"Je n'entre pas dans ce format de politique politicienne. L'heure n'est pas aux calculs, c'est tout ce que les gens détestent. Notre programme est clairement identifié. On sait où sont nos valeurs. Que celles et ceux qui veulent s'y inscrire lèvent la main et s'y inscrivent."

Valérie Beausert-Leick se félicite de son côté que le binôme de gauche à Baccarat ait fait le choix d'apporter son soutien au duo de droite Michel Marchal - Valérie Payeur, opposé au RN au second tour.

Passe d'armes sur "l'assistanat"

Le débat a donné lieu à une passe d'armes entre Luc Binsinger et Valérie Beausert-Leick concernant les missions de solidarité du conseil départemental. Après avoir dit qu'en cas de victoire, Luc Binsinger exercerait bien ses missions de solidarité, il s'est engagé à "ce que les politiques de solidarité ne dérapent pas plus sur l'assistanat". Des propos qui font bondir la présidente du conseil départemental : 

"Ce sont des propos graves. On ne peut pas parler d'assistanat pendant cette crise sanitaire parce qu'il y a bien un enseignement, c'est que n'importe lequel d'entre nous peut être touché par une rupture de parcours."

Luc Binsinger qui revient à la charge en dénonçant le fait qu'en 23 ans de présidence de gauche, le nombre d'allocataires du RSA a augmenté dans le département. Reste à savoir le degré de responsabilité de l'exécutif dans cette situation.

Quid de la participation citoyenne ? 

Comment associer les citoyens aux décisions dans un contexte où les électeurs ne votent plus ? Luc Binsinger propose une assemblée citoyenne "pour aller chercher de l'innovation", une sorte de boîte à idées pour les élus. Valérie Beausert-Leick défend l'idée d'un conseil départemental des collégiens, "seul moyen de sensibiliser notre jeunesse à nos organisations démocratiques". Grégoire Eury pour le RN évoque le risque de "ne mobiliser que des militants".

Le studio de France Bleu Sud Lorraine lors du débat des élections départementales du second tour
Le studio de France Bleu Sud Lorraine lors du débat des élections départementales du second tour - Alexandre Marchi
Choix de la station

À venir dansDanssecondess