Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Somme : "C'était une folie de maintenir les municipales" pour le maire de Oisemont, atteint du coronavirus

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

Comme ailleurs en France, des maires ont été atteints par le coronavirus après la campagne et le premier tour très contesté des élections municipales le 15 mars dernier. En pleine convalescence, atteint du Covid-19, Sylvain Manach, maire de Oisemonts dénonce "la folie" d'avoir maintenu le scrutin.

Illustration - dans un bureau de vote lors du premier tour des municipales le 15 mars
Illustration - dans un bureau de vote lors du premier tour des municipales le 15 mars © Maxppp - Maxppp

La cellule d'investigation de Radio France a révélé ce jeudi que plusieurs élus sont décédés après avoir été contaminés pendant la campagne ou lors du premier tour des élections municipales du 15 mars derniers. Des dizaines d'autres ont été contaminés. C'est le cas de Sylvain Manach, le maire de Oisemont dans la Somme. Il est sorti il y a quelques jours de l'hôpital d'Abbeville et il est désormais en convalescence chez lui. Il dénonce "la folie" d'avoir maintenu le scrutin. 

France Bleu Picardie : comment allez-vous aujourd'hui ? Etes-vous guéri ?

Sylvain Manach : par rapport au Covid-19, oui, je suis guéri. Maintenant je suis en convalescence, à la maison avec un protocole de confinement strict puisque je suis dans une pièce à part de la maison, dans un coin du salon. Je dors seul. Je n'ai droit à aucun contact physique et à moins de deux mètres de toute personne, que ce soit ma famille, des amis, des personnes de Oisemont éventuellement.

Par quoi êtes vous passé ?

La date de départ, qui a été estimée par mon médecin et par l'hôpital, le service pneumologie d'Abbeville c'est trois jours après le premier tour des élections municipales. J'ai commencé par faire une rhino-pharyngite, puis une bronchite. En aidant des personnes âgées dans Oisemont j'ai rencontré mon médecin qui m'a dit mince ça n'a pas l'air d'aller mieux. Il me dit je vous fais une ordonnance et je vous appelle. Il nous a appelé tous les deux avec mon épouse le lundi pour que j'aille à son cabinet en urgence et le temps de faire la route, une demi-heure trois quart d'heure après j'étais aux urgences à Abbeville.

Vous êtes donc persuadé d'avoir contracté le virus le 15 mars, le jour du premier tour des municipales ?

Quand ils ont fait le décomptage par rapport à la durée d'incubation, ils m'ont dit c'est bizarre ça tombe pas loin du week-end du 15 mars, qu'est-ce que vous avez fait ce jour là ? J'ai dit tout simplement que c'était le premier tour des élections, et en tant que maire de Oisemont il fallait mettre tout en place pour pouvoir accueillir les concitoyens pour qu'ils puissent voter et faire leur devoir civique. 

Quel est votre sentiment avec du recul ? Était-ce une folie de maintenir ce premier tour ?

Tout a fait. Quelque soit le résultat, puisque j'ai perdu mon élection, à trente voix près. Nous avons fait bien sûr les statistiques, quand vous gagnez, quand vous perdez. je suis commercial donc quand on gagne on gagne, quand on perd on perd et on fait des analyses toujours dans les deux cas et il s'est avéré que beaucoup de personnes de Oisemont n'ont pas voté par rapport au Covid-19. Et cela je vous assure que c'est vrai, ce n'est pas parce que j'ai perdu les élections. Ça c'est la vie, c'est la démocratie. Mais pourquoi, ce jour là l'Etat a fait fermer tout ce qui est restaurants, bars et petits commerces et malgré tout, ce jour là on déplaçait des milliers de personnes pour aller voter. 

Plusieurs plaintes ont été déposées contre l'Etat où des ministres. Pourriez-vous l'envisager ?

Oui, de toute façon il y a une pétition. Il y a même des élus qui ont gagné et qui demandent le report des élections. En vouloir à l'Etat c'est peut-être exagéré mais une fois de plus on voit bien que, une fois de plus la politique l'emporte quelque soit le sujet. 

Quel est votre point de vue personnel sur le confinement, les règles sont-elles assez respectées ? 

Non. Elles ne sont pas respectées. La population ici à Oisemont a très bien joué le jeu et le jouera encore. mais c'est ce que l'on voit bien sûr dans les médias. je ne souhaite pas bien sûr la mort de qui que ce soit parce que sinon je ne serai pas élu et pas dans le monde associatif mais ce serait malheureux que tous ces gens qui ne respectent pas les règles, je ne leur souhaite pas d'avoir un très proche qui soit concerné. Qu'on les appelle en leur disant cette personne là est dans le couloir de la mort. 

Au moins 13 cas chez les élus de la Somme

Dans le département de la Somme, Sylvain Manach est loin d'être un cas isolé. Patrick Simon, maire sortant de Villers-Bretonneux est hospitalisé depuis le 24 mars et dans un état encore préoccupant. Son premier adjoint n'établit pas formellement de lien direct avec l'élection. Au moins 13 maires et conseillers municipaux de la Somme ont été testé positif au Covid-19 selon nos informations. 

"Mais il y en a d'autres, ça ne peut pas être autrement" selon le président de l'association des maires de la Somme. "Pourquoi a t-on maintenu le premier tour", ne cesse de s'interroger Jean-Claude Billot qui a milité dès fin janvier pour un report au printemps 2021 et qui se rappelle que les municipales de 2007 avaient bien été décalées d'un an pour ne pas faire d'ombre à la Présidentielle. 

Envoyer les gens voter c'était une aberration

Les élus sont amers, en colère. "Envoyer les gens voter c'était une aberration", pour Philippe Dine, réélu à Daours à l'est d'Amiens et qui sort tout juste de jours très difficiles après avoir contracté le virus. Il a appris qu'un électeur contaminé était passé par le bureau de vote qu'il présidait. Difficile pour ces maires de ne pas faire le lien entre élection et contamination. A Montagne-Fayel, 160 habitants à l'ouest d'Amiens, le maire sortant et trois conseillers ont attrapé le virus. "Ici on pense tous que le premier tour à permis à l'épidémie de se répandre", glisse l'un d'eux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess