Élections

Présidentielle - 1er tour : un bug informatique complique le vote par procuration à Toulouse

Par Magalie Lacombe, France Bleu Toulouse lundi 24 avril 2017 à 17:58

La ville de Toulouse s'engage à comptabiliser le nombre d'électeurs par procuration qui n'ont pas pu voter au premier tour de la présidentielle.
La ville de Toulouse s'engage à comptabiliser le nombre d'électeurs par procuration qui n'ont pas pu voter au premier tour de la présidentielle. © Maxppp - ©MaxPPP

A Toulouse, le service élection a été débordé - un peu plus que d'habitude - la veille du premier tour de l'élection présidentielle à cause d'un plantage du logiciel de transcription des procurations sur les listes électorales.

Vous en avez peut-être fait les frais ou vous avez quelqu'un dans votre entourage à qui c'est arrivé, dimanche : une procuration de vote qui n'a pas marché. Pour le moment, c'est impossible de quantifier le phénomène.

Un bug informatique à Toulouse

La ville de Toulouse reconnaît un bug informatique, samedi après-midi, qui a ralenti la procédure d'enregistrement des procurations puisque les agents du service élections ont dû le faire à la main.

Le problème a été contourné dans la nuit. Et de façon marginale, au début de la matinée, on a continué pour des procurations qui n'avaient pas pu être saisies à les réinjecter sur des listes électorales dans les bureaux de vote. Les personnes qui n'ont pas pu voter, c'est à mon avis, de façon exclusive le fait que la procuration n'est pas parvenue à la ville - Sacha Briand, adjoint chargé des élections à la mairie de Toulouse.

Sacha Briand, l'adjoint chargé des élections à la mairie de Toulouse.

Les principaux intéressés frustrés

Mais, pour Sacha Briand, l'unique problème des procurations, comme lors de chaque élection, ce sont les délais postaux qui sont souvent à l'origine de mauvaises surprises et qui sont, avec les courriers perdus, seuls à pouvoir expliquer, cette fois encore, les procurations non parvenues dans les bureaux de vote toulousains.

Les électeurs déçus de ne pas avoir pu voter par procuration témoignent sur les réseaux sociaux. - Radio France
Les électeurs déçus de ne pas avoir pu voter par procuration témoignent sur les réseaux sociaux. © Radio France

Ce qui n'empêche pas les principaux intéressés d'exprimer colère et frustration.

Pauline, 34 ans, vote à Toulouse et travaille à Pau : "Le 18 avril, je me suis rendue au commissariat central de Pau, sachant que j'ai eu un changement professionnel au dernier moment. Je me suis dit que le délai était peut-être un peu court mais sur le site du gouvernement, je n'avais pas dead line pour faire cette procuration. Sur place, à Toulouse, la responsable du bureau de vote était complètement débordée par des problèmes similaires. En plus de ça, cette procuration était valable pour les deux tours donc je ne sais pas même pas si je pourrai voter pour le second. Pour moi, voter, c'est un acte responsable, un acte citoyen et là, je me suis sentie bafouée dans ces droits comme je ne l'avais jamais encore été auparavant."

Marie, 40 ans, aurait voulu voter pour un de ses amis : "On a appelé le service de la mairie pour vérifier que la procuration était bien enregistrée et elle ne l'était pas. On m'a dit : "il se peut que ça arrive dans la journée puisque le problème a l'air d'avoir une certaine ampleur donc si c'est le cas, laissez-moi votre numéro de téléphone et je vous rappelle." Elle m'a rappelée à 19h30 en me disant : "On ne l'a pas reçue, je suis désolée, vous ne pouvez pas venir voter." Il semblerait que les moyens n'aient pas été mis en oeuvre pour enregistrer correctement les procurations."

REPORTAGE Les témoignages d'électeurs et de mandataires frustrés et surpris à Toulouse.

Le recours devant le Conseil Constitutionnel a peu de chances d'aboutir

Un groupe Facebook s'est créé : Ma procuration n'a pas fonctionné et une pétition est également en ligne.

Il existe une possibilité de recours devant le juge électoral du Conseil Constitutionnel mais à condition de prouver que la procuration n'est pas parvenue au bureau à temps à cause de circonstances particulières dûment justifiées et à priori le recours n'aura des chances d'aboutir que si le nombre de procurations concernées peut avoir un impact significatif sur le résultat du vote.