Élections DOSSIER : Le « vivre-ensemble » : un enjeu électoral 2017

A Vesoul, quatre détenus vont voter pour le second tour de l'élection présidentielle

Par Florian Cazzola, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon jeudi 4 mai 2017 à 20:30

A la maison d'arrêt de Vesoul, trois détenus ont obtenu une permission de sortie pour aller voter dimanche 7 mai (photo d'illustration).
A la maison d'arrêt de Vesoul, trois détenus ont obtenu une permission de sortie pour aller voter dimanche 7 mai (photo d'illustration). © Maxppp - NCY

Ce sont des paroles rares. Quatre détenus de la maison d'arrêt de Vesoul, en Haute-Saône, voteront dimanche 7 mai, pour le second tour de l'élection présidentielle. Trois ont obtenu une permission de sortie pour se rendre aux urnes, un autre a fait une procuration de vote.

Certains électeurs n'iront pas voter dimanche 7 mai pour le second tour de l'élection présidentielle. D'autres en revanche, font tout leur possible pour remplir leur devoir citoyens. C'est le cas de plusieurs détenus de Franche-Comté. A la maison d'arrêt de Vesoul, en Haute-Saône, quatre détenus pourront élire le prochain président de la République.

"Il faut aller voter pour que ça change"

La maison d'arrêt de Vesoul est celle qui comporte le plus de détenus votants en Franche-Comté. Parmi les 65 détenus, trois ont obtenu des permissions de sorties et un autre pourra voter par procuration. C'est même une priorité pour Dominique*, malgré cette privation de liberté momentanée. "C'est un droit civique que nous avons, avance-t-il. Il est très important d'avoir un président qui a la carrure pour gouverner le pays pendant les cinq années à venir. Il faut saisir toutes les opportunités pour que ce pays aille mieux et change"

Avec l'acceptation du juge d'application des peines, les détenus sont autorisés à quitter l'établissement pendant un certain laps de temps. "J'ai ramené ma carte d'électeur, explique Ali*, qui n'a raté aucune élection depuis sa majorité. Je suis sorti pour aller voter au premier tour, une permission de deux heures. J'ai donc dit à ma famille de venir me chercher. Dimanche, j'aurai une permission de 8 heures à 18 heures." Seule condition à remplir pour les détenus, prouver leur vote en ramenant leur carte d'électeur tamponnée.

Nous sommes des électeurs comme les autres. Il n'y a pas de différence. Il faut aller voter, c'est très important. J'appelle même tout le monde à se rendre aux urnes dimanche prochain." Thomas*, détenu à la maison d'arrêt de Vesoul.

Le créneau horaire de sortie est déterminé par la juge d'application des peines. Cela permet aux détenus de se rendre à leur bureau de vote, plus ou moins éloigné en fonction du domicile.

En Franche-Comté, sept détenus votent

La maison d'arrêt de Vesoul est celle qui accueille le plus de détenus votants. Quatre au total sur les 65 personnes présentes. Dans le reste de la Franche-Comté, les prisons de Besançon et de Lons-le-Saunier accueillent un détenu bénéficiant d'une permission de sortie. A Belfort, seulement un détenu vote par procuration. Et il n'y en a aucun à la maison d'arrêt de Montbéliard. Malgré ce faible nombre de votants, les discussions derrière les barreaux ne diffèrent pas vraiment de celles qui existent à l'extérieur. Beaucoup s'informent pendant les élections, notamment grâce à la télévision. Certains lisent même les programmes des candidats. Mais on évite tout de même de trop parler politique.

Reportage à la maison d'arrêt de Vesoul.

La loi pénitentiaire de 2009 facilite le vote des détenus

Dès le mois d'octobre, l'administration pénitentiaire a prévenu tous les détenus de leur possibilité de faire une procuration ou une demande de sortie pour aller voter aux deux tours de l'élection présidentielle. Pour cela, il faut être être inscrit sur les listes électorales et avoir une adresse postale. Depuis 2009, la loi pénitentiaire autorise à un détenu d'élire domicile auprès d'un établissement pénitentiaire s'il ne dispose pas d'un domicile personnel. Une décision pour encourager le vote en prison.

"La personne détenue qui est déchue de ses droits civiques et politiques ne peut pas bénéficier d'une permission de sortie, explique Laurence Barthel, la directrice de la maison d'arrêt de Vesoul. Par ailleurs, ces permissions de sorties ne sont accordées qu'aux personnes condamnées. Les détenus prévenus, dont les dossiers sont en cours d'instruction, n'ont pas le droit de sortir. Mais ils peuvent faire une demande de procuration."

En 2012, 1 624 procurations et 356 permissions de sortie ont été accordées pour l’élection présidentielle en France.

En 2012, 1 624 procurations et 356 permissions de sortie ont été accordées pour l’élection présidentielle en France. La grande majorité des détenus ont conservé le droit de vote, sauf ceux étrangers et ceux privés de leurs droits civiques.

* Les prénoms des détenus ont été modifiés.

. - Aucun(e)
.

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.