Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Une tonne de déchets ramassés toutes les semaines dans la forêt de Saint-Amand

-
Par , France Bleu Nord

Alors que le gouvernement a récemment convoqué les professionnels du BTP pour mieux lutter contre les décharges sauvages, dans la forêt de Saint-Amand les Eaux, le phénomène s'aggrave car l'ONF ramasse 1 tonnes de déchets par semaine et pourrait en récolter encore plus.

Les salariés en insertion du CAPEP de Raismes chargés du ramassage des déchets dans la forêt de Saint-Amand les Eaux
Les salariés en insertion du CAPEP de Raismes chargés du ramassage des déchets dans la forêt de Saint-Amand les Eaux © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

Saint-Amand-les-Eaux, France

Cinq matelas, une chaîne hifi, des jouets, des pneus, en tout 2m3 de déchets, voilà la "récolte" du jour sur un seul point sensible de la forêt pour l'équipe de la CAPEP, une des deux associations d'insertion qui gère le ramassage pour l'ONF (Office national des forêts).

Un ramassage qui ne fait qu'augmenter depuis deux à trois ans, et qui dégoûte Rémi : « Il y aussi parfois de l'essence, de l'huile de vidange, et l'huile de vidange ça peut polluer un centaine d 'années les nappes phréatiques ! c'est scandaleux que l'être humain ait un comportement comme ça ! »

Cinquante tonnes sont ramassées tous les ans, alors que ce n'est pas du tout le cœur de métier de l'Office national des forêts, rappelle Philippe Merlin. Le responsable de l'ONF sur la zone explique que ce ramassage coûte 30 000 euros par an, soit l'intégralité de l'enveloppe accueil du public qui pourrait servir à l'installation d'aire de pique nique, au nettoyage de sentiers, etc. 

Une infraction de 5e classe avec une amende qui peut aller jusqu'à 1500 euros

Alors pour tenter de démasquer les contrevenants, parfois les agents de l'ONF ouvrent les sacs poubelles pour trouver des indices qui leur permettraient de remonter aux propriétaires. Ils peuvent alors dresser un PV et les indélicats peuvent être condamnés à payer une amende qui peut aller jusqu'à 1500 euros pour une contravention de 5° classe.

Le reportage de Rafaela Biry-Vicente

L'ONF a aussi installé deux pièges photographiques pour identifier les contrevenants, un 3° devrait bientôt être installé.  L'office qui reçoit de plus en plus l'aide de citoyens ulcérés par ces tas d'immondices, dont certains n'hésitent pas à laisser des messages.

Message d'un citoyen ramasseur sur le dépôt de déchets - Radio France
Message d'un citoyen ramasseur sur le dépôt de déchets © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

La gratuité des déchetteries pour les professionnels, le retour des "encombrants", parmi les pistes évoquées

Cet été Fabien Roussel, le député communiste du Valenciennois, secrétaire national du PC avait alerté le ministère de l'Agriculture pour demander plus de moyens pour l'ONF, et une réunion en sous préfecture pour élaborer une politique de prévention. 

Un thème mis en lumière par la mort du maire de Signes dans le Var renversé après avoir demandé à des ouvriers du BTP de ramasser des gravats déposés illégalement.

Fin août la réunion a eu lieu, et le sous-préfet de Valenciennes doit réunir les élus du territoire ce mois-ci.

Parmi les pistes évoquées, le retour des "encombrants" une fois par mois dans les villes qui ont arrêté ce service pour les habitants, des peines plus lourdes. Et puis la gratuité des déchetteries pour les professionnels, une solution préconisée aussi par le gouvernement, le 5 septembre dernier,  Brune Poirson, la secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire a lancé ce projet auprès des professionnels du BTP dont on retrouve beaucoup de déchets dans les décharges sauvages.

Choix de la station

France Bleu