Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

120 loups dans la Drôme, d'après de nouvelles estimations

La fédération de chasse de la Drôme est formelle. Après une campagne de "hurlements provoqués" et grâce aux pièges photographiques, elle réajuste ses estimations. Le nombre de loups a largement franchi la barre de 100 spécimens dans le département.

Un loup. Image d'illustration.
Un loup. Image d'illustration. © Radio France - Bleuette Dupin

Il y aurait actuellement pas moins de 120 loups, dans la Drôme ! C'est l'estimation de la fédération de chasse, après une campagne de comptage. Les chasseurs ont mené une opération de "hurlements provoqués" au mois d'août dernier, sur une partie du département. 272 participants se sont postés sur 2 grands secteurs de la Drôme : d'une part le Vercors Ouest et la Raye (les contreforts du Vercors), soit une zone entre Saint-Jean-en-Royans et Gigors-et-Lauzeron, et d'autre part un secteur autour de Saint-Nazaire-le-Désert.

48 loups et une vingtaine de louveteaux

Pendant six nuits (voir le détail du protocole ci-dessous), les chasseurs ont imité le hurlement du loup pour voir si l'animal répondait. Sa présence étant avérée dans ces zones, les "hurleurs" n'ont pas été étonnés d'entendre les loups adultes. 48 loups ont répondu. En revanche ils l'ont été par le nombre de louveteaux nés cette année. 

Carte du bilan de la campagne de hurlements provoqués menée par les chasseurs de la Drôme en août 2019, dans le secteur du Vercors Ouest et de la Raye. - Radio France
Carte du bilan de la campagne de hurlements provoqués menée par les chasseurs de la Drôme en août 2019, dans le secteur du Vercors Ouest et de la Raye. © Radio France - Florence Gotschaux

Car c'est bien pour estimer le nombre de naissances qu'était menée cette opération. "Le loup est un animal territorial, qui répond facilement. Gutturalement, les adultes sont très faciles à reconnaître. Les jeunes ça fait comme des jeunes chiens dans les chenils. Ça gazouille, ça chouine, ça fait des petits bruits, explique Michel Sanjuan, vice-président de la fédération de chasse de la Drôme, en charge du dossier Loup. On a été surpris de voir la quantité de jeunes louveteaux".

Grâce à des pièges photographiques, les chasseurs ont ensuite pu affiner leurs estimations : rien que dans les deux grands secteurs sondés (qui représentent 15 communes de la Drôme), 18 à 20 louveteaux sont présents.

Le loup présent sur la quasi totalité du territoire drômois

En faisant des projections, et grâce aux 70 pièges photographiques dispersés sur le département, les chasseur revoient leurs estimations à la hausse. "En mars dernier je parlais de 70-80 loups, déclare Michel Sanjuan. Aujourd'hui on peut affirmer qu'on a un minimum de 120 loups sur le département. Voire 150 loups. Mais 120 c'est certain". Et d'après les clichés pris par les pièges photographiques, le loup serait présent sur 80% du territoire. "_Même en plaine ! A Valence, on l'a pris en photo quartier des Riviers (près de l'aéroport de Chabeuil), à Fauconnières, Chabeuil. Plus au sud, on l'a vu à Montélimar, La Laupie, ou même dans le village de Marsanne. Ça nous inquiète beaucoup_".

Il faut réagir pour ne pas se laisser déborder - Michel Sanjuan

La fédération de chasse de la Drôme réclame que soient fixés des quotas de loups à abattre dans chaque zone où il est présent en trop grand nombre. Le prédateur attaque les troupeaux de brebis. "Pour les éleveurs, c'est un vrai fléau. Ils sont obligés d'acquérir des chiens de protection, et ce n'est pas sans poser problème aux promeneurs, aux VTTistes, assure Michel Sanjuan. Le loup met aussi en danger la faune sauvage, ça impacte l'ensemble des animaux de nos forêts et _met en difficultés nos plans de chasse_. Tous les utilisateurs de la nature son impactés, directement ou indirectement".

Cartographies des loups entendus lors de l'opération de hurlements provoqués menée par les chasseurs de la Drôme en août 2019. - Radio France
Cartographies des loups entendus lors de l'opération de hurlements provoqués menée par les chasseurs de la Drôme en août 2019. © Radio France - Florence Gotschaux

Dans la Drôme, au 18 octobre dernier, 161 attaques indemnisables avaient été comptabilisées depuis le 1er janvier. Soit une hausse de 17% par rapport à 2018. 425 animaux ont été victimes du prédateur. 

Pour la fédération de chasse de la Drôme, il faut réagir "pour ne pas se laisser déborder par le loup" dont la population croit de façon exponentielle. Pour le vice-président, spécialiste du dossier, "il faut _faire une gestion adaptative du loup, comme pour toutes les espèces_. Comme on le fait avec le cerf, avec le chevreuil ou le sanglier. Il faut faire des quotas et les prélever là où il y en a trop !"

Mais le loup est une espèce protégée et les tirs de prélèvements, comme les tirs de défense renforcée sont extrêmement encadrés. Cette année, 100 loups maximum peuvent être prélevés sur l'ensemble du territoire Français, soit 19% de la population de loups estimée en France (un peu plus de 520 loups d'après les chiffres officiels l'ONCFS). La période court jusqu'au 31 mai 2020. 

Bilan d'une nuit de campagne de hurlements provoqués dans l'Ouest Vercors et la Raye, en août dernier. Opération menée par la fédération de chasse. - Radio France
Bilan d'une nuit de campagne de hurlements provoqués dans l'Ouest Vercors et la Raye, en août dernier. Opération menée par la fédération de chasse. © Radio France - Florence Gotschaux

Une opération de "hurlements provoqués", comment ça marche?

L'opération de "hurlements provoqués" a été menée les nuits des 12-13 et 14 août puis les 27-28-29 août avec l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. 272 participants se sont positionnés dans deux secteurs de deux zones chacun : Vercors Ouest et la Raye (les contreforts du Vercors), et le secteur Roanne et Saoû-Roubion, autour de Saint-Nazaire-le-Désert. Cela représente une quinzaine de communes au total.  

Le protocole

A 4 km les uns des autres, pour ne pas s'entendre hurler, les chasseurs crient tous à la même heure. Des cris dans un cône de chantier pendant trente secondes, puis ils font une pause de trois minutes... le tout répété trois fois. 

Après une pause de 20 minutes, les chasseurs recommencent encore deux fois. Tout ça trois nuits d'affilée sur les mêmes secteurs. Ils notent et localisent les réponses des adultes et les "couinements" des louveteaux.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu