Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Risque nucléaire : 19 communes du Gard dans le nouveau périmètre de distribution de pastilles d'iode

-
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Les personnes habitant dans un rayon de 10 à 20 km autour de la centrale nucléaire de Tricastin vont recevoir d'ici quelques jours un courrier des pouvoirs publics leur permettant de retirer gratuitement leurs boîtes de comprimés d’iode stable dans les pharmacies.

Centrale nucléaire du Tricastin (Drôme)
Centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) © Radio France - Guillaume Horcajuelo

Nîmes, France

C'est le coup d’envoi de la campagne complémentaire de distribution de comprimés d’iode stable autour de la centrale nucléaire de Tricastin. Elle concerne les habitants, mais aussi les établissements recevant du public (ERP), comme les établissements scolaires, situés dans un rayon de 10 à 20 km autour de la centrale nucléaire. Cette campagne vient en complément de la distribution d’iode effectuée en janvier 2016 dans un rayon de 0 à 10 km autour des centrales nucléaires françaises.

125.000 personnes et 1.513 établissements concernés dans le Gard

La préfecture du Gard précise qu'en cas d’accident nucléaire, "le rejet d’iode radioactif dans l’atmosphère pourrait constituer un risque sanitaire pour les personnes. Respiré ou avalé, l’iode radioactif se fixe sur la glande thyroïde, organe essentiel à la régulation hormonale. Cette glande est particulièrement sensible chez les jeunes et les femmes enceintes (foetus). La prise de comprimés d’iode stable permet de saturer la glande thyroïde qui, ainsi, ne peut plus capter ou fixer l’iode radioactif". Prendre ces comprimés d’iode stable sur instruction du préfet fait partie des actions de protection des personnes en cas d’accident avec l’évacuation, la mise à l’abri, etc.

Cette extension de 10 à 20 km, en ligne avec les recommandations des autorités européennes de sûreté nucléaire, concerne, pour la France, 2,2 millions de personnes et plus de 200.000 établissements recevant du public (ERP) répartis sur 1.063 communes.

Les 19 communes concernées 

  • Aiguèze
  • Bagnols-sur-Cèze
  • Carsan
  • Chusclan
  • Le Garn
  • Issirac
  • Laval-Saint-Roman
  • Pont-Saint-Esprit
  • Saint-Alexandre
  • Saint-Christol-de-Rodières
  • Saint-Etienne-des-Sorts
  • Saint-Gervais
  • Saint-Julien-de-Peyrolas
  • Saint-Laurent-de-Carnols
  • Saint-Michel-d'Euzet
  • Saint-Nazaire
  • Saint-Paulet-de-Caisson
  • Salazac
  • Venejan

Les six réflexes à adopter en cas d’alerte nucléaire sont systématiquement rappelés à cette occasion : 

  1. Se mettre à l’abri rapidement dans un bâtiment en dur
  2. Se tenir informé à l’aide des médias
  3. Ne pas aller chercher ses enfants à l’école
  4. Limiter ses communications téléphoniques
  5. Prendre le(s) comprimé(s) d’iode stable sur instruction du préfet selon la posologie
  6. Se préparer à une éventuelle évacuation.

Depuis le mois de juin, les personnes concernées peuvent s’informer sur le site www.distribution-iode.com avec sa foire aux questions pour les riverains, les maires et les ERP.

Un numéro vert, le 0800.96.00.20 est disponible du lundi au vendredi de 10h à 18h et le samedi de 10h à 12h.

Choix de la station

France Bleu