Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

30.000 Indriens ont une eau du robinet polluée selon l'UFC Que Choisir

-
Par , France Bleu Berry

Dans l'Indre 30.000 personnes ont une eau du robinet polluée, c'est ce qui ressort de la quatrième carte de la qualité de l'eau publiée ce mardi par l'association de consommateurs UFC Que Choisir. Les communes concernées se situent essentiellement au sud-est de Châteauroux.

Pour l'UFC Que Choisir, l'eau du robinet des Indriens contient trop de résidus de pesticides
Pour l'UFC Que Choisir, l'eau du robinet des Indriens contient trop de résidus de pesticides © Radio France - Sarah Tuchscherer

Il y a trop de résidus de pesticides dans l'eau du robinet des Indriens. C'est ce que dit l'UFC Que Choisir, qui publie, ce mercredi, une carte interactive de la qualité de l'eau en France. Pour cette quatrième édition, l'association de consommateurs note un progrès : 98% des Français ont chez eux une eau conforme à la réglementation, contre 96% en 2017. Mais parmi les 2% restants se trouvent un certain nombre d'Indriens, 30.000 selon ses estimations de l'association. 

Des dérogations accordées

Pour parvenir à ce résultat, l'UFC Que Choisir a compilé les bulletins d'analyses réalisées par l'Agence régionale de santé entre janvier 2019 et décembre 2020. Ceux-ci indiquent que dans une vingtaine de communes de l'Indre les seuils de pesticides autorisés sont dépassés régulièrement. "Cette norme est définit de manière arbitraire", indique Olivier Andrault, chargé de mission de l'association. "Au cas par cas, les ARS évaluent le niveau de risque potentiel. La plupart du temps, elles accordent une dérogation autorisant le réseau d'eau à poursuivre sa distribution. Bien sûr, celui-ci doit tout faire pour diminuer la part de contaminants et pour revenir dans les clous"

Un principe "pollué-payeur"

Les communes concernées se situent essentiellement au sud-est de Châteauroux, sur une diagonale allant de Sazeray à Déols en passant par Montgivray, Nohant-Vic, Ardentes et Etrechet. "Il est probable que dans cette vallée de l'Indre il y a une agriculture utilisant pas mal de pesticides. Il y a aussi", poursuit Olivier Andrault, "une difficulté des communes desservies par ces eaux-là à dépolluer de manière suffisamment efficace". L'UFC Que Choisir estime qu'en la matière, c'est le principe du "pollué-payeur" qui s'applique, le consommateur paie sur sa facture le coût d'une dépollution rendue nécessaire par les pratiques agricoles. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess