Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - À Argelès-sur-Mer, l'abattage des pins a commencé malgré l'hostilité de certains écologistes

-
Par , France Bleu Roussillon

Les défenseurs des arbres étaient une dizaine mobilisés ce lundi matin dans le quartier du cimetière d'Argelès-sur-mer. Une présence qui n'a pas empêché le démarrage de l'opération d'abattage d'une trentaine de pins vieux de plus de 40 ans. Une décision prise pour des raisons de sécurité routière.

L'opération d'abattage a démarré en milieu de matinée
L'opération d'abattage a démarré en milieu de matinée © Radio France - Sébastien Berriot

La mairie d'Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) a comme prévu mis ses projets à exécution. Ce lundi matin, les tronçonneuses  sont entrées en action dans le quartier du cimetière sur la route Notre Dame de vie, pour commencer à abattre une trentaine de pins vieux de plus de 40 ans. C'est un projet que la municipalité avait lancé lors du mandat précédent, estimant que les racines de ces pins sortant du bitume étaient en train de devenir un grave danger pour la circulation routière.

Les défenseurs de la nature n'ont pas pu empêcher l'opération

Les défenseurs des arbres et certains riverains avaient fait le déplacement pour tenter d'empêcher et retarder l'opération d'abattage mais rien n'y a fait. La présence discrète des gendarmes et des policiers municipaux a dissuadé les opposants de monter aux arbres comme certains l'avaient envisagé. Les élus présents sur place ont répété que cet abattage était devenu une nécessité pour assurer la sécurité des automobilistes.

"Les racines peuvent provoquer un accident de voiture ou de scooter à tout moment, il faut y penser à ça". (Antoine Parra, maire d'Argelès)

Une partie des pins a été découpée en morceaux
Une partie des pins a été découpée en morceaux © Radio France - Sébastien Berriot

La vie des arbres ou la sécurité ?

Les représentants du GNSA (Groupement national de surveillance des arbres) eux accusent la mairie d'avoir négligé la nécessité de préservation de ces très vieux arbres. "Ils font partie du patrimoine", explique l'une des membres du GNSA. "Il y avait d'autres solutions pour résoudre le problème de sécurité routière, comme par exemple obliger les voitures à réduire leur vitesse à cet endroit".

"J'ai pleuré lorsque j'ai vu les premiers arbres tomber". (Une habitante d'Argelès)

48 arbres seront plantés

La mairie explique que la sécurité routière n'est pas la seule raison qui a poussé à cette opération. L'abattage des pins va également permettre de refaire le système d'évacuation des eaux pluviales qui menace aujourd'hui certains riverains. En lieu et places des 32 pins, la municipalité a prévu de replanter 400 végétaux, notamment 48 arbres de dimension importante.

"Les nouveaux arbres qui seront plantés auront une valeur écologique plus diverse". (Stéphane Pineda, élu en charge de l'environnement)

Le maire d'Argelès, Antoine Parra lui se dit très à l'aise sur cette opération qui a fait l'objet de très nombreuses réunions publiques et qui a selon lui été validée par les habitants lors du premier tour des élections municipales au mois de mars dernier.

Reportage à Argelès de Sébastien Berriot

Choix de la station

À venir dansDanssecondess