Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement
Dossier : Tempêtes de 1999, 20 ans après

"À chaque alerte météo, j'ai peur" : 20 ans après la tempête, les forestiers icaunais toujours traumatisés

-
Par , France Bleu Auxerre

Les 26, 27 et 28 décembre 1999, deux dépressions nommées Lothar et Martin balayaient la France en formant la "tempête du siècle". 20 ans plus tard, les traces de ces coups de vent sont encore visibles dans l'Yonne, sur le terrain comme dans les esprits.

Images des dégâts causés par la tempête de 1999 en Dordogne
Images des dégâts causés par la tempête de 1999 en Dordogne © Radio France

Yonne, France

C'était il y a pile 20 ans. Une violente tempête balayait la France avec un bilan humain effroyable : 92 morts, 2000 blessés. L'épisode, d'une intensité exceptionnelle, avec des rafales allant jusqu'à 170km/h à l’intérieur des terres, provoqué par les dépressions Lothar et Martin, a marqué l'histoire de la météorologie française. Dans l'Yonne, deux personnes sont décédées lors de cette tempête, entre 1,5 et 3 millions de mètres cube de bois ont été abattus.

"Un événement majeur ma carrière"

Deux décennies plus tard, la tempête n'est pas prête de se faire oublier, bien présente dans l'esprit des forestiers. "Elle a été un événement majeur dans ma carrière de forestier, on s'est retrouvés avec des dégâts d'une ampleur exceptionnelle. Aujourd'hui, on a tous encore la crainte que ça se reproduise", raconte Denis Hareng, responsable de la coopérative UniSylva dans l'Yonne, il participe au reboisement de la forêt depuis 2005.

"À chaque alerte météo, j'ai peur"

Depuis 20 ans, les tempêtes se suivent et s'amplifient en métropole, ce qui n'a rien de rassurant. "J'habite sur Paris et dès que j'entends qu'il y a un coup de vent en Bourgogne, j'appelle tout de suite chez moi pour savoir s'il n'y a pas trop de dégâts. À chaque alerte météo, j'ai peur. On est sur le qui-vive depuis la tempête de 99, c'est un souvenir épouvantable", affirme Hugues de Chastellux, président du syndicat des forestiers privés.

"Face à la nature, les forestiers sont démunis"

L'épisode de 99 a laissé des traces dans la manière de travailler des forestiers. "On essaie de s'adapter, de changer notre mode de fonctionnement, par exemple on laisse plus de tiges, en protection. On essaie de prévenir mais vous pouvez faire ce que vous voulez, si vous avez un orage localisé et que le vent souffle, c'est sur qu'il y aura des dégâts. Face à la nature, les forestiers sont démunis", avoue Denis Hareng. 

Les traces de cette tempête sont encore visibles sur le terrain. "La phase de nettoyage est globalement terminée, même s'il reste encore des zones où il faut travailler encore un an ou deux. Mais ce n'est pas demain qu'on ne verra plus rien, 20 ans pour un arbre c'est rien, il y aura encore des traces pendant des années", concède Hugues de Chastellux. 

- - Visactu
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu