Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Craon, une famille de producteurs de pommes et de poires un peu résignée face au gel

-
Par , France Bleu Mayenne

En France, 10 régions sur 13 ont été touchées par une vague de gel la semaine du 5 avril et de nouvelles gelées arrivent encore en Mayenne cette semaine du 12 avril. A Craon, la famille Moulard a subi des dégâts dans ses parcelles de pommes et de poires, en partie protégées. Elles ne le seront plus.

La famille Moulard cultive 13 hectares de pommes et deux de poires à Craon.
La famille Moulard cultive 13 hectares de pommes et deux de poires à Craon. © Radio France - Aurore Richard

Les températures étaient encore négatives dans la nuit de ce mardi 13 à ce mercredi 14 avril pour une bonne partie de la Mayenne, avec quelques gelées alors que la semaine du 5 avril, une vague de gel a déjà déferlé sur la France. "Probablement la plus grande catastrophe agronomique de ce début du 21è siècle" selon le ministre de l'Agriculture. 

Chez nous, en Mayenne, quelques cultures de colza, kiwis, noisettes, prunes, et surtout, de pommes et de poires ont été touchées d'après la FDSEA. C'est le cas du verger de la famille Moulard à Craon qui compte 15 hectares, principalement de pommes. Aujourd'hui, ces producteurs sont un peu résignés. 

Des fleurs au coeur marron, grillé par le gel

Romain Moulard n'a pas besoin d'aller très loin dans les rangs de pommiers pour constater les dégâts. "Quand on prend une fleur, on ouvre, et on voit que c'est marron, ça a grillé donc ça ne va rien donner. On en voit une verte sur 80 ou 90", décrit ce producteur. 

Quand le gel touche la fleur, le coeur initialement vert devient marron.
Quand le gel touche la fleur, le coeur initialement vert devient marron. © Radio France - Aurore Richard

Pourtant, lui, et sa soeur Julie, avaient pris quelques précautions. "Pour la partie pommes, il y a 13 hectares donc on ne pouvait pas tout couvrir en bougie anti-gel mais on a couvert les poires. C'est un pot métal, à l'intérieur, il y a une cire qu'on allume avec un petit carton mais ça n'a pas suffi à réchauffer suffisamment les parcelles", explique-t-il.

Le système de bougie anti-gel reste cher

Romain ne remettra pas ce dispositif en place dans les prochains jours, même si des gelées sont à nouveau prévues. "Les bougies, c'est un coût. Il en faudrait 400 par hectare et c'est huit euros la bougie, donc il ne faut pas que cela coûte plus cher que le si peu qu'il reste", admet-il.

Dans une quinzaine de jours, les producteurs évalueront mieux les dégâts causés par le gel.
Dans une quinzaine de jours, les producteurs évalueront mieux les dégâts causés par le gel. © Radio France - Aurore Richard

Il reste par exemple de la pomme Armorique. Une variété ancienne qui n'a pas encore fleuri et que le gel, n'a donc pas pu abîmer. Mais cette variété ne fait pas partie des plus demandées par les consommateurs.

Difficile encore d'évaluer précisément les dégâts ici, comme dans le reste de la Mayenne. Il faut attendre une quinzaine de jours pour voir ce que donne les fleurs. La FDSEA attend donc d'y voir plus clair, d'avoir des chiffres, pour demander la reconnaissance de calamités agricoles pour notre département.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess