Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

À Grazay, le projet de rucher usine abandonné ?

-
Par , France Bleu Mayenne

Une ruche usine de 300 colonies d'abeilles à Grazay dans le Nord-Mayenne. Un projet que la SAFER (Société d'aménagement foncier et d'établissement rural), propriétaire des terres où elle doit s'installer, doit valider ou pas ce jeudi. Un projet très critiqué par les apiculteurs du Nord-Mayenne.

Ruches (illustration)
Ruches (illustration) © Maxppp - Vincent Voegtlin

Le projet de rucher usine à Grazay dans le Nord-Mayenne verra-t-il le jour ? La SAFER (Société d'aménagement foncier et d'établissement rural) propriétaire des 44 hectares où il doit s'implanter, doit valider ou pas l'arrivée de ce rucher de 300 colonies d'abeilles. Le projet est porté par un certain monsieur Leg, apiculteur en Moselle. Ses abeilles seraient sélectionnées génétiquement pour produire la gelée royale. Et ça ne plaît pas du tout aux apiculteurs du secteur de Grazay. 

Le projet fait l'unanimité contre lui chez les apiculteurs amateurs et les professionnels. Pour Mathieu Herbomel, apiculteur à Lassay-les-Châteaux, les colonies d'abeilles de monsieur Leg vont affamer toutes les autres du secteur. "Elles produisent principalement de la gelée royale et donc moins de miel. Ce qui veut dire que si elles étaient toutes seules dans la nature, elles mourraient de faim. 300 ruches qui vont fabriquer des faux bourdons, vont féconder les reines des ruches environnantes. Les miennes par exemple, celles des apiculteurs et celles qui sont dans la nature" explique le Mayennais. 

Un problème génétique, allié à un manque de ressources dans l'écosystème où les colonies éliraient domicile explique Ludovic Delcourt, apiculteur professionnel à Jublains. "Monsieur Leg dit qu'il reprend le site de presque 45 hectares et qu'il implantera des haies et des cultures mellifères, mais on a fait des calculs avec des collègues pour démontrer que ce n'est pas du tout suffisant pour nourrir ses ruches. En général, une abeille peut aller jusqu'à trois kilomètres de rayon, donc elles pourront venir aussi chez moi" déclare Ludovic Delcourt.

D'après nos informations monsieur Leg, injoignable par téléphone, et qui n'a jamais discuté avec les apiculteurs mayennais aurait déjà abandonné son projet. Confirmation ou pas de la SAFER dans la journée. Elle aurait déjà retiré de son ordre du jour l'étude du projet de monsieur Leg. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess