Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A La Puye, le collectif "Bien Commun" s'organise contre le projet d'usine de méthanisation

-
Par , France Bleu Poitou
La Puye, France

Ce vendredi soir, le collectif "Bien Commun La Puye" a organisé un réunion publique pour parler du projet d'usine de méthanisation en bordure du bourg. Un projet auquel le collectif s'oppose, alors que le permis de construire a été signé par la préfète en décembre.

Le collectif a organisé une réunion publique pour parler du projet d'usine de méthanisation.
Le collectif a organisé une réunion publique pour parler du projet d'usine de méthanisation. - Collectif "Bien Commun La Puye",

La réunion publique avait été annoncée à l'occasion des vœux du maire : ce vendredi soir, environ 150 personnes ont répondu à l'invitation du collectif "Bien Commun La Puye" pour discuter du projet d'installation d'une usine de méthanisation non loin du bourg, situé à une dizaine de kilomètres de Chauvigny.  Un projet auquel les membre du collectifs sont opposés. 

Un premier projet en 2014 avec la communauté de communes 

Cette idée d'installer une usine de méthanisation en bordure du bourg remonte à 2014. A l'époque, la région lance un appel à projet auprès des collectivités pour étudier les possibilités de méthanisation. L'entreprise La Puye Biogaz s'est alors rapprochée de la communauté de commune du pays chauvinois pour discuter d'une usine de méthanisation près du bourg. A l'époque, les ressources auraient été celles des agriculteurs locaux, et la chaleur dégagée aurait servie à chauffer l'EHPAD de la commune. _"Un projet local et écologique"résume Olivier Brossard, premier adjoint au maire et membre du collectif. Mais ces plans ne voient pas le jour "car c'était compliqué de réunir toutes les conditions"_. L'entreprise poitevine a donc continué seule et en autonomie ses projets. 

Du gaz de La Puye à Châtellerault

"C'est quand l'entreprise est venue faire du repérage de terrain et nous demander le certificat d'urbanisme qu'on a eu la puce à l'oreille", explique Olivier Brossard. En 2018, l'entreprise de méthanisation relance donc le projet, mais "cette fois, on ne sait pas d'où viennent les matière, le chauffage de l'EHPAD a été abandonné et surtout, ils prévoient de créer 28 kilomètres de conduite pour acheminer le gaz de La Puye à Châtellerault sur le réseau de gaz Engie". De nouveaux plans qui ne conviennent pas au au conseil municipal, "car le terrain ne convient pas : les réseaux n'existent pas, il y a des soucis de voirie, et il est situé à proximité du bourg, sous les vents dominants". C'est pour s'opposer avec plus de force contre ce projet qu'une dizaine de personne a créé le collectif Bien Commun La Puye, organisateur de la réunion de vendredi. 

Permis de construire signé en préfecture

Les élus ont donc rejeté par deux fois la demande de permis de construire, en juin et en août. Mais le 10 décembre dernier, la préfète de la Vienne a signé le permis de construire. "Dans la foulée, le conseil municipal a pris une délibération contre le projet et autorise le maire à prendre tous les recours contre ce permis". Il a également sollicité les services de la préfecture et déposé un recours gracieux pour demander à la préfète de réexaminer le dossier. Selon Olivier Brossard, la préfecture demande également à la municipalité de payer deux tiers des travaux du projet. Si les demandes de la municipalités sont rejetées, l'affaire pourrait aller jusqu'au tribunal administratif. 

La Puye Biogaz , appartient à Technique Solaire, l'entreprise également en partie en charge d'un autre dossier décrié dans la Vienne : celui de la ferme des 1.200 taurillons à Coussay-les-Bois

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu