Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché après la disparition d'un enfant de 8 ans dans les Côtes-d'Armor

A Landivisiau, la future centrale à gaz divise les habitants

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Le chantier de la centrale au gaz naturel avance à grands pas à Landivisiau (Finistère), et il ne passe pas inaperçu. Alors que la mise en service est prévue en fin d'année, les abords du site sont devenus un lieu de promenade. Les habitants sont partagés entre fierté et inquiétude.

Le cœur de la centrale (générateur, turbine et transformateur) a été posé fin 2020.
Le cœur de la centrale (générateur, turbine et transformateur) a été posé fin 2020. © Radio France - Nicolas Olivier

Elle fournira bientôt de l'électricité pour toute la Bretagne. La future centrale électrique au gaz naturel à cycle combiné de Landivisiau (Finistère) est déjà assemblée à 65%. Le chantier connaît actuellement son pic d'activité : près de 700 salariés sont à pied d'œuvre pour construire cette installation, dont la cheminée culminera à près de cinquante mètres de hauteur. Déjà visible d'assez loin, le site de la zone du Vern est même devenu un lieu de passage obligé pour les habitants du secteur. 

ECOUTEZ le reportage de Nicolas Olivier de France Bleu Breizh Izel

446 MW... et beaucoup de CO²

Cette centrale toujours contestée (l'association environnementale Force 5 a d'ailleurs engagé un ultime recours devant la Cour européenne des droits de l'homme) vise à rendre la Bretagne plus autonome en électricité, alors que la région ne produit que 7% de l'énergie qu'elle consomme. D'une puissance maximale de 446 MW, soit l'équivalent de 35 à 55 éoliennes par vent fort, la centrale consommera autant de gaz naturel que la ville de Brest. Mais ce sont surtout ses rejets qui cristallisent les interrogations d'une partie de la population.

"On s'inquiète par rapport à la pollution" explique une promeneuse, venue voir le chantier de près. "Nous brûlerons du gaz donc nous émettrons du CO², reconnaît Christophe Marette, directeur du projet pour Total Direct Énergie. Mais il n'y pas plus de pollution que ça, ce sont plus des émissions que des pollutions. Ce sont les mêmes effluents que ce qui sort de votre chaudière à gaz."

D'après des associations environnementales comme S-EAU-S, la centrale rejetterait chaque année dans l'atmosphère plus d'un million de tonnes de CO², autant que 200 000 logements individuels chauffés au gaz. Laurence Claisse, la maire de Landivisiau, se veut pourtant rassurante : "toutes les études ont été faites. Je tiens beaucoup à la santé des Landivisiens et s'il y avait eu le moindre problème, on n'aurait pas autorisé ce projet. Ce sera sans nuisance et sans pollution", tranche-t-elle. 

Le chantier de la centrale vu depuis la route de Plougourvest, au nord de Landivisiau.
Le chantier de la centrale vu depuis la route de Plougourvest, au nord de Landivisiau. © Radio France - Nicolas Olivier

Dynamisme

La centrale a aussi ses fervents partisans, comme Serge qui y voit "une chance pour le territoire" tant sur le plan énergétique que pour l'emploi dans le pays de Landivisiau. Le site emploiera près de 40 personnes.

Juste à côté, la Sill vient d'achever sa tour de séchage, qui produira du lait infantile en poudre pour le marché chinois. Et le groupe norvégien Mowi (ex-Marine Harvest) termine sa nouvelle usine de fumage de saumon pour la marque Kritsen. Autant de projets qui illustrent le dynamisme de cette commune de 9 000 habitants, insiste la mairie de Landivisiau.

Piloté par l'Allemand Siemens, sous-traitant de Total Direct Énergie, le chantier de la centrale à gaz a pris un peu de retard du fait de la crise sanitaire du coronavirus. Total prévoit de lancer les essais en avril prochain, pour une mise en service envisagée entre décembre 2021 et février 2022.

On a fait pas mal de concertations avec le voisinage

ECOUTEZ Christophe Marette, directeur du projet pour Total Direct Energie

Choix de la station

À venir dansDanssecondess