Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Nancy, bientôt des masques chirurgicaux recyclés en circuit court

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

A Nancy, les associations Echogestes, ATP Rives de Meurthe et le lycée Loritz travaillent ensemble sur une solution de recyclage des masques de protection contre la Covid. Objectif : donner une seconde vie à ces nouveaux déchets qui s'accumulent.

Le moule qui sert à couler la règle a été conçu au lycée Loritz
Le moule qui sert à couler la règle a été conçu au lycée Loritz - Lycée Loritz

Que faire de nos masques de protection qui partent à la poubelle chaque jour après avoir été utilisés quelques heures ? Et s'ils étaient recyclés localement ? C’est le pari des associations Echogestes, ATP Rives de Meurthe et du lycée Loritz à Nancy. Dans une vingtaine de lieux, les masques sont déposés dans des poubelles spécifiques, avant d’être transformés. Ils pourraient servir à créer des fournitures scolaires ou d’autres objets.

Des milliers de masques jetés dans le quartier chaque semaine

Un projet né d'une frustration, notamment celle de Laurence Desmougins, présidente de l'association ATP Rives de Meurthe et directrice du centre Auchan Lobau : 

" Nous, dans le magasin, on a 1 500 masques par semaine fournis à nos équipes. Au niveau interne, c'était déjà un gros problème. En plus, j'ai un gros parking et je vois ces déchets voler partout, c'est devenu insupportable."

ATP Rives de Meurthe et l'association Echogestes se mettent au travail pour trouver une solution pour ces masques qui sont bien en plastique et non en papier, note Dominique Sacco, président d'Echogestes. Avec les entreprises du secteur, il est donc décidé de collecter ses masques sur une vingtaine de sites, dans des poubelles dédiées. Un déchet à manipuler avec précaution poursuit Yann Frémy, vice-président d'Echogestes : 

"Les règles sont précises. Le sac plastique doit être mis dans un autre sac plastique. Tout cela est fermé et on attend 24 heures avant de toucher la matière. A partir de ce moment là, ce n'est plus un déchet dangereux."

Une poubelle pour masques chirurgicaux à Nancy
Une poubelle pour masques chirurgicaux à Nancy © Radio France - Cédric Lieto

Masques broyés puis fondus

Il restait encore à trouver un débouché, une utilité à ces masques en polypropylène. C’est le partie du lycée Loritz qui possède son fablab, à l'origine de la fabrication de visières de protection lors du premier confinement.  Avec une entreprise lorraine, le lycée a mis au point le recyclage des masques pour les transformer en règles, comme l'explique Thierry Decker, le proviseur adjoint : 

"Une fois les masques débarrassés des élastiques et de leur tige de métal, ils sont broyés et placés dans une presse qui va les fondre puis les injecter dans les moules prototypés au lycée".

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des moules créés par une machine que ne possédait pas le lycée. C'est un élève qui a adapté des plans trouvés sur internet pour la fabriquer. Si aujourd'hui, on parle de règles, d'autres objets pourraient suivre. Mathieu Klein, maire de Nancy et président de la Métropole du Grand Nancy, a fait part de son intérêt pour le projet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess