Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Ah bon ? On n'a plus le droit d'arroser en journée ?" : les jardiniers mosellans face à la sécheresse

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

En raison de la sécheresse, la préfecture de la Moselle interdit, entre autres, l'arrosage des jardins potagers entre 11h et 18h. Mais cette nouvelle restriction n'est pas encore arrivée à toutes les oreilles. Certains amateurs des jardins familiaux de Metz doivent changer leurs habitudes.

L'arrêté préfectoral interdit, entre autres, l'arrosage des jardins potagers entre 11h et 18h
L'arrêté préfectoral interdit, entre autres, l'arrosage des jardins potagers entre 11h et 18h © Radio France - Lucas Valdenaire

La Moselle est en alerte sécheresse. Jusqu'à présent, le département n'était qu'en "vigilance". En conséquence : la préfecture a pris un arrêté pour restreindre l'usage de l'eau. Ainsi, depuis ce 17 juillet, il est interdit de remplir sa piscine privée et de laver sa voiture. Il est également interdit d'arroser les pelouses, les espaces verts et les jardins potagers entre 11h et 18h. L'objectif étant de ne pas gâcher l'eau qui s'évapore en plein soleil.

Dans les faits, ces nouvelles règles ne sont pas toujours suivies, principalement faute de communication. Dans les jardins familiaux de Metz, par exemple, les amateurs ne sont pas tous au courant.

L’interdiction d'arroser entre 11h et 18h concerne également les propriétaires de puits
L’interdiction d'arroser entre 11h et 18h concerne également les propriétaires de puits © Radio France - Lucas Valdenaire

"On n'a plus le droit d'arroser en journée ? Ah bon ?"

Accroupi dans les courgettes, Gérard* a sorti le tuyau d'arrosage. A sa montre, il est bientôt 11h30. "On arrose tous les deux jours, on est obligé sinon ça pousse pas, confie le sexagénaire, longue barbe blanche et bob enfoncé jusqu'au milieu du front. Et l'arrêté préfectoral ? "Oui d'accord, mais ça ne fait rien parce que là, j'utilise un puits personnel. Donc je peux arroser comme je veux." Problème : l'arrêté stipule que c'est interdit là aussi, "qu’il s’agisse d’eau provenant du réseau d’alimentation public, de prélèvements dans les cours d’eau ou leur nappe d’accompagnement (nappe en équilibre avec les rivières), ou de puits personnels."

"Ah bon ? On n'a plus le droit d'arroser dans la journée ?" Au milieu des tomates, François tombe des nues. "Je pensais que dans les puits, c'était pas pareil. Bon, d'accord. Donc il faut venir plus tôt le matin alors ? Je vais pas venir à 6h non plus hein ! Déjà que je me lève tous les matins à 5h pour aller au boulot..." Et pourquoi pas le soir après 18h ? "Je mets déjà une heure et demi à tout arroser, ça va faire juste !"

"Les feuilles jaunissent déjà" : le témoignage de François, jardinier amateur près de Metz

"Regardez, le niveau du puits a baissé de moitié !"

Stéphane, lui aussi, dispose d'un puits dans sa cabane. "Venez voir à quel point le niveau de l'eau a baissé ! En un mois et demi, j'en ai déjà perdu la moitié, s'inquiète le passionné. En août, ce sera encore plus bas ! C'est la sécheresse, c'est certain. Ça ne pousse plus comme avant de toute façon." 

Au cas où, Francis et Christelle font leurs réserves, dans le jardin juste à côté. "Avec le gros cubi de mille litres, juste là, montre la Mosellane. C'est rempli qu'avec de l'eau de pluie. Et puis, si ça ne suffit pas, on fera des choix dans l'arrosage. Tant pis pour les plantes ou les haricots. On arrosera seulement les tomates et les courgettes."

Cet arrêté tient jusqu'au 31 août, "sauf évolution de la situation météorologique et hydrologique conduisant à renforcer, prolonger ou abroger les mesures prises, explique la préfecture. Les contrevenants s’exposent à des amendes (1 500 euros, 3 000 euros pour les récidivistes)."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

*Les prénoms cités dans cet article ont été modifiés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess