Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Alteo obtient un délai de cinq mois pour se mettre aux normes environnementales

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

L'usine Alteo de Gardanne peut respirer. Alteo vient d'obtenir de la part de la préfecture de région un délai de cinq mois pour se mettre aux normes environnementales. L'entreprise d'alumines est dans le viseur d'associations écologiques qui l'accusent de rejeter des produits polluants en mer.

la nouvelle usine de traitement des eaux d'altéo
la nouvelle usine de traitement des eaux d'altéo © Radio France - Fabien LE DU

C'est sans doute un soulagement pour les 500 salariés de l'usine Alteo de Gardanne. Pointée du doigt par les associations environnementales qui l'accusent de rejeter des eaux usées en mer méditerranée, Alteo avait jusqu'à ce mercredi 1er janvier 2020 pour se mettre aux normes.

Mais l'entreprise d'alumines, produits utilisés dans les matériaux de construction et les composants high tech comme les écrans de smartphone ou de télévision, peut souffler. La préfecture de région vient de lui accorder un sursis jusqu'au 8 juin 2020. 

"Il y a lieu d'accorder d'urgence ce délai sollicité par Alteo afin de lui permettre de continuer de fonctionner au-delà du 31 décembre 2019." - Pierre Dartout, préfet de région

Pierre Dartout souligne qu'Alteo, leader mondial des alumines de spécialité met en avant "les risques de déstabilisation qu'une cessation brutale d'activité ferait peser sur le territoire".

Cet arrêté donne jusqu'au 8 juin à Alteo pour que la société mette en conformité ses rejets liquides dans le parc national des Calanques, pour les deux derniers paramètres sur lesquels elle est encore hors des clous : la demande biologique en oxygène (DBO5) et la demande chimique en oxygène (DCO).  

Un arrêté préfectoral du 28 décembre 2015 avait initialement autorisé Alteo à dépasser les normes environnementales jusqu'au 31 décembre 2021, pour six paramètres sur 51 au total. Ce délai avait été réduit de deux ans, au 31 décembre 2019, par un jugement du tribunal administratif de Marseille du 20 juillet 2018.

Si l'entreprise respecte déjà les normes au niveau du fer, de l'arsenic, de l'aluminium et du Ph, elle demande depuis plusieurs mois un délai supplémentaire pour la DBO5 et la DCO.  Dans son arrêté, le Préfet précise que l'entreprise a démarré la construction d'une nouvelle station de traitement biologique qui lui permettra de respecter définitivement les normes environnementales.  

  • Mer
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu