Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Incendie de la forêt de Chiberta à Anglet

Incendie de Chiberta : 40 hectares de la forêt du Pignada vont être abattus à Anglet

-
Par , France Bleu Pays Basque

Après l'incendie qui a ravagé la forêt du Pignada en juillet dernier, une importante phase d'abattage commence. 40 hectares d'arbres vont être abattus jusqu'en février prochain.

La forêt du Pignada calcinée au bout de l'allée Gabriel Peri
La forêt du Pignada calcinée au bout de l'allée Gabriel Peri © Radio France - Jacques Pons

La régénération de la forêt du Pignada, à Anglet, devra passer par une importante phase d'abattage. Les experts, consultés par la mairie d'Anglet et le conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, les deux principaux propriétaires du massif forestier, sont unanimes : 40 hectares d'arbres, se trouvant dans la zone brûlée, vont devoir être abattus. Le 30 juillet dernier, 90 hectares de pinède, sur 220 au total, ont été touchés par un incendie. 

Afin de régénérer la forêt, paradoxalement, il est en effet indispensable de procéder à ces abattages. Il y a d'abord un enjeu de sécurité, certains arbres ayant été fortement fragilisés. Il s'agit aussi de faire de la place pour les futures pousses à venir. Mais surtout, les pins restant sont menacés par un parasite.

90 hectares de la forêt du Pignada ont été touchés par l'incendie de juillet dernier.
90 hectares de la forêt du Pignada ont été touchés par l'incendie de juillet dernier. - Mairie d'Anglet

Une course contre la montre contre un parasite

"Il s'agit d'un parasite du bois qui s'appelle le scolyte, qui creuse ses galeries dans l'espace entre l'écorce et le bois dur de l'arbre", décrit Antoine Oberlé, responsable de l'unité territoriale de Bayonne à l'office nationale des forêts. "En creusant ses galeries, il va peu à peu asphyxier l'arbre, et l'arbre va dessécher en l'espace de quelques jours." C'est pourquoi, "c'est une course contre la montre qui s'engage ", ajoute Antoine Oberlé, "pour éviter que les scolytes qui sont présents aujourd'hui de façon importante dans la zone brûlée, qui sont aujourd'hui en dormance pendant la saison hivernale, ne se développent dès la sortie de l'hiver directement sur les arbres moins touchés par l'incendie ou qui sont sains aujourd'hui."

Si rien n'est fait, à terme, c'est donc la forêt entière qui est menacée. Alors même si cet abattage massif est un crève-cœur pour le maire d'Anglet, Claude Olive, il assure aussi qu'il est nécessaire. "Oui cela va être traumatisant, oui il va y avoir un grand vide dans les semaines qui viennent. Mais il va falloir l'accepter et si dire que l'on va être de ceux qui vont régénérer cette forêt et laisser quelque chose d'important. On n'est pas prêt de retrouver les arbres tels que je les ai connu", avoue le maire, "parce que ce sont des arbres qui ont entre 40 et 60 ans qu'on va abattre. Mais d'un mal on va essayer d'en tirer un bien."

Il y a eu le traumatisme de l'incendie. Il va maintenant y avoir le traumatisme du vide. — Claude Olive, le maire d'Anglet

1 103 arbres de la zone brûlée vont malgré tout être conservés et seront surveillés de près. Ils permettront d'avoir une source d'ensemencement naturelle pour les replantations futures.

Les abattages vont donc durer jusqu'en février prochain. Tous les jours, 10 à 15 camions transporteront les arbres, avenue de l'Adour. Les arbres coupés seront vendus et utilisés pour le chauffage, la fabrication de palettes ou les panneaux à particules. 

De février à mars 2021, l'office nationale des forêts procédera ensuite à un recépage, qui consiste à couper les feuillus brûlés à la base, afin de faire apparaître des rejets. Puis pendant quelques mois, il y aura un temps de pause pour laisser la végétation reprendre sur une saison complète. Ce n'est que l'hiver prochain que des arbres commenceront à être replantés. L'idée sera d'avoir des essences différentes pour rendre cette future forêt plus résistante, au réchauffement climatique notamment.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess