Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement
Dossier : Le Festival de Loire à Orléans

Anthony Gorius a réalisé son rêve : remonter la Loire à la voile, d'Ancenis à Orléans

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu Loire Océan

Anthony Gorius, originaire de Loire-Atlantique, est présent au Festival de Loire à Orléans jusqu’à dimanche. Ce marinier vient de remonter la Loire à la voile, durant trois mois. Son périple "à contre-courant" est raconté dans un documentaire diffusé sur France 3. Marion Nowak l'a rencontré.

Anthony Gorius est présent au festival de Loire à Orléans cette semaine
Anthony Gorius est présent au festival de Loire à Orléans cette semaine © Radio France - Marion Nowak

Orléans, France

Anthony Gorius, 49 ans, est "le héros" du film documentaire A contre-courant,  présenté ce jeudi 19 septembre au Festival de Loire à Orléans. Ce film raconte l’histoire d’un rêve de nature, de solitude et de tranquillité qui se réalise, malgré la sécheresse qui touche la Loire cette année.   

Le marinier, qui vit à Châteaubriant (Loire-Atlantique), est parti en janvier d’Ancenis, entre Nantes et Angers, et son périple a duré plus de trois mois. Dans son bateau à voile carrée, Anthony explique que "le confort a été spartiate", mais "le plaisir de naviguer en pleine nature l’a emporté" sur les désagréments liés à sa toue cabanée de 6m20.  Le navigateur n'était pas vraiment seul, puisque sa chienne Nina l'a accompagnée pendant la remontée de Loire.

Une Loire très basse

Ces "désagréments" étaient les suivants : peu de vent et une Loire dont le niveau n’a cessé de baisser. Anthony Gorius confie que "cet hiver, il y avait un niveau d’eau comme si c’était l’été ! C'était très bas." Cela l'a obligé parfois à creuser dans le sable ou encore à être tracté par des bateaux à moteurs. 

La toue cabanée d'Anthony Gorius, amarré sur le quai du Châtelet à Orléans, pendant le festival de Loire - Radio France
La toue cabanée d'Anthony Gorius, amarré sur le quai du Châtelet à Orléans, pendant le festival de Loire © Radio France - Marion Nowak

Le quadragénaire a même dû sortir son bateau de l’eau et le faire rouler sur des rondins de bois, "en mode viking", afin de passer le barrage de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher). Malgré tout, le marinier confirme que la Loire reste un espace refuge pour la biodiversité, et a vécu de belles surprises : "un jour, j'ai rencontré un chevreuil au milieu de la Loire ! Apeuré par le claquement de sa voile, il s’est jeté à l’eau pour rejoindre la terre ferme et est passé juste devant mon bateau". 

Documentaire présenté au Festival de Loire d'Orléans

Le documentaire "A contre-courant", réalisé par François Guillement pour France 3 Pays-de-la-Loire, est disponible en ligne, et sera également projeté dans le cadre du Festival de Loire d'Orléans, en présence d'Anthony Gorius : rendez-vous au Bateau Lavoir, quai du Chatelet à Orléans, à 14h ce jeudi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu